Loading...

1 place Broglie (Strasbourg)

From Archi-Wiki

1 place Broglie

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1730
Entrepreneur Arnaud Lagardelle
Structure Immeuble

Date de construction 1856
Structure Immeuble

Date de démolition 1900

Date de construction 1900 à 1901
Architecte Gustave Krafft
Jules Berninger
Structure Immeuble
Courant architectural Art nouveau

Date de transformation 1920
Architecte Emile Wolf

Date de transformation 1938
Architecte Emile Widmann (fils)

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 29/10/1975
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Historique

Adresse citée par Seyboth dans son livre "Strasbourg Historique et Pittoresque", éd. 1894 p.87.

Avant 1555: Auberge de la Couronne

1555: achat par un maréchal-ferrant

1772: reconstruction de la maison (cette date est cependant fausse d'après une autre source1).

Un puits public, qui se trouvait devant cette maison, fut supprimé en 1773.

Construction

Date 1730
Entrepreneur Arnaud Lagardelle

Le sellier Claude Dabeind charge en 1730 le maître maçon Arnaud Lagardelle de rebâtir une maison en pierre de deux étages1.

Sur une gravure réalisée vers 1820, on peut voir que la maison est dotée d'une toiture à la Mansart.

Nouvelle construction

Date 1856

La maison est reconstruite en 18561. Un étage attique avec balcon filant remplace l'étage mansardé.

Maison Flach2

Date 1900 à 1901
Architecte Jules Berninger
Gustave Krafft

Immeuble à vocation commerciale et résidentielle, construit pour les frères Flach. (Le dossier de la Police du Bâtiment conserve une demande, datée d'août 1872, au nom de monsieur Flach, coiffeur et locataire au 1 place Broglie, pour la pose de becs de gaz devant la maison.)

Les plans sont signés Berninger et Krafft en décembre 1899.

Le permis est accordé le 14 janvier 1900 et la fin des travaux a lieu le 3 septembre 1901.

Profitant de sa situation à l'angle, l'immeuble domine les deux rues de sa tourelle coiffée d'un bulbe en coup de fouet.

A l'origine, la tourelle était un oriel formé par la superposition des balcons aux garde corps en fer forgé comprenant des motifs végétaux.

L'idée de la tourelle d'angle a été reprise par Josef Vincenz Brejcha pour sa propre villa située 20 rue Jules Rathgeber.

Commentaire de Shelley Hornstein dans sa thèse sur l'Art Nouveau de 1981 : « Berninger et Krafft bouleversent le temple de l'historicisme qui régnait à Strasbourg [...] Le cachet d'Art Nouveau de Berninger et Krafft se rencontrera à d'autres occasions, mais ici, on notera particulièrement leur habileté dans ce style au niveau des fonds commerciaux. 3

Dans sa visite art nouveau, Isabelle Kapp, historienne de l'art et guide conférencière, nous apprend que les ferronneries des balcons sont d'esprit français et représentent un décor de paon faisant la roue.

Pour plus de détails et photos, voir également la fiche sur le site de Frank Derville [archive].

Un ascenseur reliant le rez-de-chaussée et le premier étage est conçu par l'architecte Emile Wolf en 1920.

Photographies au début du XXIe siècle

Photographies et illustrations anciennes

Plans


Différents commerces2

Date 1901 à 1979

Les vitrines de magasins étant situées au rez de chaussée et au premier étage, plusieurs commerces voisinaient à cette adresse.

Le dossier de la Police du Bâtiment conserve plusieurs courriers et demandes pour la pose d'enseignes.

Le rez-de-chaussée était initialement occupé par la Württembergische Metallewarenfabrik (orfèvrerie industrielle)4.

1913: Hermann Blankenburg, Vêtements pour hommes.

Juillet 1913: cabinet dentaire d' Hubert Colette.

Septembre 1932: Orfèvrerie Christofle.

Octobre 1965: magasin d'exposition Citroën.

Aout 1966 : Institut de beauté Nadine.

Novembre 1971: Informatique et gestion.

Mai 1973: demande pour débit de boissons.

Décembre 1973: Transports Citroën pour une agence de voyages Citer.

Septembre 1976: Fourrures Guy Weil.

Juin 1979: Voyages Nord Sud.


Transformations3

Date 1938
Architecte Emile Widmann (fils)

Beaucoup d'éléments Art Nouveau ont disparus suite à la transformation de l'étage mansardé par E. Widman en 1938.

Transformation des loggias de la tourelle en surplomb en pièces fermées.

Suppression des vitrines et création de grandes baies vitrées au rez-de-chaussée et au 1er.

cf Permis des Bâtiments de France en 1965 -19663.

Monument Historique5

Date 29/10/1975

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques : le 29 octobre 1975

"Tourelle d’angle et balcons des troisième et quatrième étages".


Références

  1. a, b et c Maisons de Strasbourg (site internet) - Jean-Michel Wendling, Maisons de Stasbourg - 1, place Broglie [archive], consulté le 24/04/2021
  2. a et b Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 654W211
  3. a, b et c HORNSTEIN_SHELLEY_(Thèse_1981)_(Livre), Tendances d'Architecture Art Nouveau à Strasbourg.
  4. Site Frank Derville [archive], consulté le 25/03/2021
  5. Mérimée_(site_internet) Notice Mérimée PA00085094 [archive] consulté le 25/03/2021

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean-Michel Wendling

47 months ago
Score 0
Il n'y a pas de construction en 1772, Seyboth se trompe. Il y en a par contre en 1736 et pour l'exercice 1856, voir http://maiso...page_id=2641 [archive]

Joël DURAND

47 months ago
Score 0

Jusqu’en 1555, la maison qui occupait cet emplacement au coin de la rue de la Nuée-Bleue, faisait partie de l’auberge "à la Couronne" située au 29 de cette même rue. Elle changea très souvent de propriétaires et fut une première fois reconstruite en 1772.

Source Seyboth : page 87

Jean-Daniel Lohner

47 months ago
Score 0
Les architectes sont Jules Berninger et Henri Kraft son beau frère et non Lütke et Backes.