Loading...

Personne:Jules Berninger

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 4 octobre 1856
Date de décès 1er août 1926
Métier architecte


Biographie

Architecte à Strasbourg.

Jules Geoffroy Berninger est né le 4.10.1856 à Strasbourg, au n° 15, place du Temple Neuf, fils de Etienne Damien Berninger, maître-tailleur à Strasbourg, et de Louise Piton. Venu de Bruchsal, en Bade, le père de Jules Berninger était arrivé à Strasbourg en 1842, et avait pris la nationalité française en 1848.

Concernant sa formation, on conjuguera deux sources: - D'après une biographie familiale, il a fait ses études secondaires à Strasbourg et ses études d'architecture en Allemagne du Sud. Il a fréquenté l'Atelier Pascal à Paris. - D'après une autre source, Jules Berninger a travaillé comme dessinateur aux chemins de fer Alsace Lorraine et fait un stage chez un maçon à Karlsruhe. En 1874, à 18 ans, il suit des cours d'architecture à Stuttgart. En 1880-81, il est à l'Ecole des Beaux Arts à Paris.

Jules Berninger revient à Strasbourg en 1881 et à 25 ans, il s'établit comme architecte. De 1884 à 1893, il était le collaborateur de Albert Brion à Strasbourg, puis il a travaillé ensuite en association avec son beau-frère Henri Gustave Krafft, qu'il avait rencontré à Paris.

Il avait en effet épousé en premières noces Cécile Krafft, la soeur de son associé, en juin 1884 et sera père de 3 enfants (- Erwin, 1885-1964, docteur en droit, directeur-gérant de société à Mulhouse, - Isabelle, 1888-1961, peintre à Paris, - Dominique, 1898-1949, architecte aux USA).

Après la mort de Cécile Krafft, il se remarie le 1.9.1909 à Strasbourg avec Elisabeth Ziegelmeyer, fille du marchand retraité Emile Ziegelmeyer, dont il avait conçu la maison au n° 18 quai Rouget de Lisle en 1906, avec son associé Gustav Krafft. Celle-ci alla s'installer, après la mort de son mari en 1926, dans une communauté du Graal en Autriche, où elle fit construire des chalets pour sa communauté avec la fortune héritée de son mari.

Jules Berninger est décédé à Colmar le 1er août 1926 à Colmar, âgé de près de 70 ans.

Selon Shelley Hornstein, l'association Berninger et Krafft sera féconde mais pas de projet municipal important. Ils feront appel à différents styles: Renaissance italienne, Louis XIV, Louis XVI et moderne sans employer le style pur Vienne ou Darmstadt. "La coexistence harmonieuse de formation internationale et de contexte artistique alsacien se reflète dans l'oeuvre de ces 2 natifs de Strasbourg."

Le dictionnaire historique des rues de Strasbourg mentionne notamment parmi ses réalisations la villa Schutzenberger (1899), au n° 76 allée de la Robertsau, le n° 1 place Broglie, la villa Knopf (1905) au n° 10 rue Schiller et le n° 24 rue Brûlée. Et parmi ses nombreuses autres réalisations , il cite encore le Bethesda, boulevard Jacques Preiss, et les Grands Magasins Magmod (1912).

Selon la biographie familiale, Jules Berninger rechercha avec son beau-frère Gustave Krafft, qui était également aquarelliste, la réalisation de leur idéal commun qu'on peut définir ainsi : "créer des habitations élégantes et ensoleillées, des magasins spacieux et bien aménagés, accuser la beauté et la qualité des matériaux employés, être moderne sans jamais renier la tradition nationale". Cette source ajoute : "Ce fut un homme entier et sans artifices, dans la vie de qui on chercherait en vain une intrigue ou une compromission. Il avait le regard clair et droit, et une démarche rapide et décidée".

En dehors de Strasbourg :

Avec Albert Brion il réalisera à Wissembourg l'école primaire de garçons catholiques actuelle école Wentzel [archive] de 1883 à 1884. L'école, dans un style néo-renaissance, ressemble au bâtiment construit seul par Albert Brion, la clinique gynécologique dans l'enceinte de l’hôpital civil. Avec Gustave Krafft, il réalisera un immeuble à Metz au 24 rue Maréchal Foch1

On trouvera pour finir, ci-dessous, une liste autographe des travaux exécutés par Jules Berninger, provenant des archives personnelles de Mr. Robert Metzenthin, petit-fils de l'architecte Max Metzenthin, le document en question ayant transité par son frère aîné, qui avait épousé une petite fille de l'architecte Jules Berninger. La photo de Jules et Cécile Berninger avec leur enfant a d'ailleurs la même origine. Au nom d'Archi-Strasbourg, nos plus vifs remerciements lui sont exprimés ici, ainsi qu'à sa famille.

Association avec Albert Brion

Adresses liées

Jules Berninger est associé avec Albert Brion entre 1884 et 1893 (cf. biographie et liste autographe de ses travaux, page 1, ci-dessus).

Association avec Gustave Krafft

Jules Berninger est associé avec Gustave Krafft entre 1894 et 1915 (cf. Liste autographe de ses travaux, page 1 et 5, ci-dessus)

Adresses liées

Projets non réalisés

Personnes liées

Références

  1. Structurae [archive], consulté le 01/06/2021

Sources

  • Etat civil numérisé du Bas-Rhin, Adeloch
  • Biographie familiale, document privé datant de janvier 1998
  • Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 352
  • HORNSTEIN Shelley: Tendances d'architecture art nouveau à Strasbourg, thèse, 1981. (page 27 du 1er fascicule)

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

one month ago
Score 0

J’ai précisé dans la fiche signalétique l’origine de la précieuse liste des travaux de Jules Berninger, à savoir qu’elle est due à la générosité de Mr.Robert Metzenthin, qui est décédé depuis, en date du 27/05/2020 à l'âge de 92 ans (source : faire-part des DNA du 3 juin 2020).

Voici ce qu’il m’écrivait en 2014 après m’avoir contacté, suite à la consultation d’Archi-Wiki : « En triant mes papiers je tombe sur la photocopie d'une liste manuscrite par J. Berninger (belle famille de mon frère), des "Travaux exécutés de 1881 à 1914". Ce document est signé et daté du 22 mars 1923. Je m'apprêtais à le détruire, mais me ravise, au cas ou cela pourrait vous intéresser. Merci de me donner votre avis » (puis, après ma réponse enthousiaste et son envoi) : » Pour ma part, cette liste, à présent entre vos mains, est donc utilement sauvegardée et je ne souhaite pas la conserver » ; R.M.

Digito

one month ago
Score 0
Merci Wilfred, ce récit est un petit miracle, ou l'alignement des planètes, comme quoi il ne faut jamais désespérer! La beauté n'est jamais très loin nous venons encore une fois d'en avoir la démonstration. Cette fiche rend hommage à la générosité de M. Robert Metzenthin, sans lui la fiche n'aurait pas été aussi complète.