Loading...

5 rue Saint-Léon (Strasbourg)

De Archi-Wiki

5 rue Saint Léon

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1893 à 1895
Architecte Eugène Dacheux
Personnalité Paul Muller Simonis
Structure Immeuble
Courant architectural néo-XVIIe siècle

Date de rénovation 2015 à 2017
Consultez les 5 actualités de l'adresse


Maison Muller Simonis

Date 1893 à 1895
Architecte Eugène Dacheux
Personnalité Paul Muller Simonis

Historique

L'historique de cette bâtisse est singulier. L'immeuble a été construit par l'architecte Eugène Dacheux pour le prêtre et mécène Paul Muller Simonis. Le terrain est acheté début 1893, les travaux accordés par la ville le 4 mars 1893 et l'immeuble livré le 8 mars 18951.

En réalité cet immeuble fait partie d'un plus vaste ensemble, puisque dès l'origine était prévu une deuxième construction en arrière-cour, destinée à accueillir l'imprimerie du quotidien catholique l'Elsässer. Dans ce quartier, les bâtiments à vocation industrielle étaient interdits par le règlement d'urbanisme, c'est pourquoi l'imprimerie était prévue dans la cour.

Au départ le maître d'ouvrage pensait aménager des logements destinés à être loués dans l'immeuble sur rue. Rapidement il change d'avis et prévoit d'y aménager sa résidence principale. Ainsi deux portes d'entrée sont installées en façade. L'une mènera à l'imprimerie et les bureaux des activités éditoriales, et l'autre à sa résidence principale. Cependant ce dispositif n'est pas très pratique, car malgré l'installation d'une porte spécifique, il faut passer par la cour de la maison pour accéder à l'imprimerie. Rapidement Paul Muller Simonis fera donc édifier le 6 rue Finkmatt permettant un accès à l'imprimerie1.

Descriptif

Immeuble éclectique d'influence française. Les encadrements de fenêtres sont typiques du XVIIe siècle français. Au deuxième étage se trouve un balcon central flanqué de deux balcons ronds à cul de lampe. Le troisième étage possède un unique balcon ouvert sur un toit surélevé. Ce balcon est encadré de piliers surmontés d'un fronton sculpté. La toiture est dans le style français1.

Le rez-de-chaussée possède un bossage en grès, tandis que les pleins des étages sont en brique jaune clair et foncé. Les chaînages et les encadrements de fenêtres sont en grès rose.

Le personnage pittoresque au troisième étage symbolisant l'alsacien, assis sur une pile de livres, est l'emblème du journal "Le Nouvel Alsacien - der Elsaesser"1,2. Il surplombait l'ancienne entrée de ce journal. Entre les deux guerres, cet emblème a été utilisé pour illustrer les documents publicitaires du journal3.

On trouve une plaque en marbre du nom de cette maison "Muller Simonis".

Rénovation

Date 2015 et 2017

La façade de l'édifice a été rénovée en deux fois entre 2015 et 2017.

Références

  1. a, b, c et d Catherine Maurer, Article « Peut-on parler d'un mécénat catholique ? Paul Müller-Simonis, un prêtre bâtisseur entre France et Allemagne », pp 469-470 in Metacult_-_Strasbourg_lieu_d'échanges_culturels_entre_France_et_Allemagne, 2018
  2. D'après le Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg .éd. 2012 p. 189, cette statue pourrait être due à Philippe Grass. Or, il s'agit très vraisemblablement d'une erreur puisque Philippe Grass est décédé en 1876, ou alors le sculpteur se serait inspiré d'un dessin de Philippe Grass, c'est une hypothèse. On peut très fortement douter d'un hypothétique réemploi puisque le Nouvel Alsacien (Der Elsässer) a été fondé en 1885
  3. Vivre à Strasbourg

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 7 jours
Pointage 0
J'ai rédigé une courte biographie de Henri Wadéré, tout en mettant en ligne la bio du NDBA. Après réflexion, je pense que tu as des chances d'être sur la bonne piste, Fabien.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 7 jours
Pointage 0
Oui, il y a bien une notice sur le sculpteur Henri Wadéré (1865-1950) dans le NDBA n° 39, et il n'est pas fait mention de cette sculpture. Mais il est question de "360 oeuvres très diverses". Du coup, cela reste du domaine du possible. L'ennui, c'est qu'en 1891, il s'est fixé définitivement à Munich, mais cela n'exclut cependant rien. Si je trouve le temps, je mettrai en ligne la biographie prochainement sur Archi-Wiki.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 8 jours
Pointage 0

Puisqu'il vaut mieux être précis, j'ai consulté l'édition du DHRS de 2012 dans la salle de lecture des Archives : en fait, il est simplement mentionné que la statue de l'Alsacien est "probablement de Philippe Grass", mais il n'est nullement écrit que Paul Muller-Simonis et Philippe Grass se connaissaient bien.

Il n'empêche qu'il s'agit quand même d'un renseignement probablement erronné, à moins que le sculpteur qui a réalisé la statue se soit inspiré d'un dessin de Philippe Grass, m'a glissé un connaisseur. J'ai alors suggéré que de toutes façons l'Alsacien n'était pas dans le style des réalisations de Philippe Grass. Et mon interlocuteur m'a alors répliqué : "vous trouvez qu'elle a du style cette statue ?". Bon, je pense que c'est une recherche qui va finir en queue de poisson...

Digito

Il y a 7 jours
Pointage 0

Merci d'avoir vérifié dans le DHRS 2012 Wilfred. Pour être cohérent avec tes recherches j'ai modifié le texte dans la source en supprimant le fait que Paul Muller-Simonis et Philippe Grass se connaissaient bien.

J'ai ajouté l'hypothèse d'une sculpture d'après dessin de Philippe Grass.

Wilfred, pourrais tu vérifier dans le NDBA s'il y a une biographie du sculpteur Henri (Heinrich) Waderé ? Paul Muller-Simonis a travaillé avec ce sculpteur pour la Rose mythique de l'église Saint Pierre le Jeune Catholique alors il serait probable que ce sculpteur ait aussi travaillé pour d'autres sculptures du même commanditaire.

Pour l'anecdote, enfant, j'ai un souvenir vague d'avoir vu un dessin du personnage représenté sur cette sculpture, sur la première page d'un magazine (peut être dans le Nouvel Alsacien ou dans la Revue Alsacienne Illustrée car mes parents avaient un ami qui était abonné à l'un des deux). Mais il est aussi probable que je conforme avec un dessin de Hansi, mes souvenirs datent d'il y a 30 ans...

Wilfred HELMLINGER

Il y a 8 jours
Pointage 0
Cette mention est d'autant plus incompréhensible qu'elle ne figurait pas dans l'édition de 2002, où il n'est question que de la "Maison Muller Simonis avec l'Alsacien assis sur une pile de livres (Eugène Dacheux, architecte, 1894 (page 161).

Burckel

Il y a 9 jours
Pointage 0
j'ai rajouté la source de cette information.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 10 jours
Pointage 0
Au vu de la date de décès du sculpteur Philippe Grass (mort en 1876), il paraît impossible qu'il ait pu bien connaître Paul Muller Simonis (né en 1862), et être l'auteur de la statue de l'Elsaesser, comme cela est suggéré dans la référence n° 2 de cette fiche.

Digito

Il y a 9 jours
Pointage 0

J'avais aussi eu un doute concernant l'auteur de cette statue c'est pourquoi j'en avais déplacé le contenu en référence en indiquant que nous n'avions pas de source concernant cette affirmation.

J'ai vu que Roland avait ajouté ce matin une source que je ne peux pas consulter dans l'immédiat, n'ayant pas l'édition 2012 du DHRS chez moi. C'est peut être le DHRS qui indique Philippe Grass.

Philippe Grass étant décédé en 1876 il est quasi impossible qu'il soit auteur de cette statue puisque :
1) l'immeuble date de 1893-95
2) Le nouvel Alsacien (Der Elsässer) a été fondé en 1885 donc après le décès de Philippe Grass!

A moins donc d'un très hypothétique réemploi et hasard digne du loto, Philippe Grass ne peut pas être l'auteur de cette statue.

Une autre piste serait Henri (Henrich) Waderé [archive] qui est l'auteur de la statue la Rose mystique en l'église Saint-Pierre-le-jeune (catholique) dont le financement a été assuré sous forme de don par Paul Muller Simonis (source: ouvrage Metacult 2018, p467). Piste à creuser, c'est moi qui avance cette hypothèse, pas ma source.

Qui est l'auteur de cette statue ? Peut le découvrirons nous dans les prochains mois.

J'adore quand la recherche avance sur AW !