Loading...

Personne:Samuel Werner

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 7 février 1720
Date de décès 10 février 1775
Métier architecte


Biographie

Architecte de la Ville de Strasbourg et du Chapitre Saint-Thomas.

Né le 7.2.1720 à Strasbourg (baptême à Saint-Pierre-le-Vieux), il était fils de Jean-Jacques Werner, maréchal-ferrant et de Catherine Marguerite Frantz. Il s'est marié le 15.5.1743 à l'église Saint-Pierre-le-Jeune avec Marie Marguerite Fischer, 11ème enfant de Laurent Fischer, aubergiste au Paysan Bleu (Wirt zum Blauen Bauern) et de sa deuxième épouse Anne Marie Schweighaeuser. Lors de son mariage il est décrit comme tailleur de pierre et maçon ainsi que bourgeois (Steinmetz und Maurer auch burger). Il décède le 10.2.1775 à Strasbourg à l'âge de 55 ans et 3 jours. Lors de son enterrement, qui a lieu deux jours plus tard à l'église du Temple Neuf, il est décrit comme inspecteur du Bâtiment et Maître d'oeuvre du Mauerhof (Bau Inspector bey hiesiger Statt und Werckmeister des Mauerhof). L'inhumation a lieu ensuite au cimetière Sainte-Hélène. (1)

Concernant son activité comme architecte: Echevin de la tribu des Maçons (1745). Maître d'oeuvre du "Mauerhof", il succéda en 1757 à François Pierre Pflug, inspecteur des Bâtiments de la Ville. En 1770, on lui conféra le titre d'architecte de la Ville. Il acheva d'abord l'ancien Hôtel de la tribu des Marchands, dit Poêle du Miroir (aujourd'hui maison Mozart) au 29, rue des Serruriers, commencé par son prédécesseur dans le style fleuri du "rococo strasbourgeois" (1757-1759). En 1760, il construisit sur ses propres plans la Maison de la Taille (2, rue du Vieux-Marché-aux-Grains), dans un style plus apaisé, si l'on fait abstraction de l'étonnant ondoiement des entablements de fenêtres du premier étage. En 1763, W. opta pour un parti plus classicisant : l'Hôtel Waldner de Freundstein (17, rue des Charpentiers) surprend par son austérité après les grâces et les opulences du "rococo strasbourgeois". L'orientation néo-classique se confirme dans la Maison de la Tour-aux-Pfennigs (1769), aujourd'hui disparue, qui se trouvait au n° 5, rue des Grandes Arcades, à la Maison des Orphelins, mise en chantier en 1771, aujourd'hui Lycée professionnel Oberlin, au n° 4, rue de l'Académie, et à l'imposant Séminaire protestant (1, quai Saint-Thomas), entrepris en 1772. W est également l'auteur des décorations éphémères (arcs de triomphe et portiques) élevées pour la réception de Marie Antoinette en 1770. En dehors de Strasbourg, il a reconstruit, avec des réemplois gothiques, l'église protestante de Schiltigheim (1765) (2)

Adresses liées

Personnes liées

Références

Sources

(1) Etat civil numérisé du Bas-Rhin, et recherches de Christoph Berning, de Wuppertal, sur la famille Fischer de Strasbourg.

(2) Intégralité de la notice de Théodore Rieger, exception faite de la bibliographie, extraite du Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 40, page 4195-4196 (2002)

(Portrait) Photographie d'après une peinture (1752). B.N.U.S., Bibliothèque numérique : NIM.08846

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.