Loading...

Ancien hôtel de la tribu des marchands ou poêle du Miroir (Strasbourg)

From Archi-Wiki

1 rue du Miroir, 5 rue Gutenberg, 29 rue des Serruriers

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1757 à 1759
Architecte Jean-Louis Muller
Structure Immeuble
Courant architectural baroque
Régence

Date de construction 1782 à 1784
Architecte Pierre Michel d'Ixnard
Courant architectural néoclassique

Date de démolition 11/8/1944

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 30/5/1984
Classement Monument Historique 30/5/1984
Consultez les 2 actualités de l'adresse


Ancien hôtel de la tribu des marchands ou poêle du Miroir1

Date 1757 à 1759
Architecte Jean-Louis Muller

Historique et 1ère phase des travaux

La riche corporation des marchands et des négociants installe son poêle dans la maison Zu dem Spiegel ("au miroir" en allemand), citée dès 13672. L’immeuble est reconstruit au XVIIIe siècle dans le style Louis-XV. Il forme un quadrilatère irrégulier de trois façades donnant sur les rues du Miroir, des Serruriers et Gutenberg.

La construction a été effectuée en deux grandes étapes. On élève d'abord le n°29, rue des Serruriers entre 1757 et 1759 ; puis en 1782, Pierre Michel d'Ixnard donne les plans des façades rue du Miroir et rue Gutenberg, que nous traiterons plus loin3. La première phase de la construction a longtemps été attribuée -y compris dans des ouvrages de référence4- à François-Pierre_Pflug, l'architecte de la Ville, ainsi qu'à Samuel_Werner. En fait, il s'agit d'une erreur d'interprétation des textes d'archives, comme l'explique très bien le site érudit "Maisons de Strasbourg"5, qui propose une transcription et une traduction des "Protocoles du Miroir" de mars 1757 à mars 1759. Ces protocoles détaillent minutieusement l'avancée du chantier. On y apprend que c'est le maître-maçon Jean-Louis Muller [archive] qui a réalisé le projet et que l'architecte Pflug a uniquement prodigué des conseils à propos des fondations. Quant à Werner, il se contente de vérifier des factures et n'est pas directement lié à la construction.

Le Poêle du Miroir est très fréquenté et s’y tiennent des concerts, spectacles et expositions6.

Descriptif

L’immeuble de la rue des Serruriers se développe autour d’une cour à colonnes jumelées. La façade est de style Louis XV, avec un rez-de-chaussée à arcades ornées de mascarons (têtes sculptées) aux motifs des Quatre saisons. A l’étage noble on trouve des mascarons des Quatre continents. Ces mascarons sont loin d'être inhabituels, on en trouve sur de nombreux bâtiments construits à la même période : au 18 rue Gutenberg on trouve les mêmes mascarons pour les quatre continents.


Dans "Le Patrimoine des Communes d'Alsace et du Bas Rhin", l'immeuble est décrit comme étant une synthèse du style Régence français et du Baroque allemand7.



2e phase des travaux8

Date 1782 à 1784
Architecte Pierre Michel d'Ixnard

Construction

Dans la continuité des travaux de Jean-Louis Muller, Pierre Michel d'Ixnard réalise les plans des façades rue du Miroir et rue Gutenberg ainsi que la cour intérieure avec son péristyle à colonnes jumelées.

C'est sur la façade côté rue Gutenberg, entre les fenêtres rectangulaires au-dessus du premier étage, qu'on peut lire l'inscription "TRIBU. DES MARCHANDS. M.DCCL.XXXV" pour signaler la corporation et la destination du bâtiment. Les travaux réalisés par Ixnard rue Gutenberg sont de style néo-classique.

A l’intérieur à l'étage du bâtiment 1 rue du Miroir, se trouve une grande salle de concert avec un décor de style rocaille, qui donne sur la rue des Serruriers. Cette salle est appelée salle Mozart, car le musicien y a joué en 17786. L'accès à la cour intérieure se fait par la rue des Serruriers ou la rue du Miroir. C'est aussi depuis la cour que l'on accède à la salle Mozart.

Evènements historiques

Le 8 avril 1789, les représentants des 20 corporations de la ville y ont élu les deux représentants de Strasbourg aux Etats Généraux.

Le 20 juillet suivant, après le sac de l'Hôtel de ville, les membres du magistrat municipal s'y réunissent pour constater, sous la pression de l'opinion publique, la fin du statut particulier de la ville.

L'édifice est également le siège du Club des Jacobins pendant les premières années de la Révolution"7.

D'après l'ouvrage de Seyboth, Ixnard avait son domicile dans cette maison en 1789.9

Bombardement de 1944

Date 11/8/1944

Le bombardement du 11/8/1944 détruit l'immeuble en grande partie.

Monument Historique10

Date 30/5/1984

Classement parmi les Monuments Historiques le 30 mai 1984

Ancien hôtel de la tribu des marchands ou poêle du Miroir : façades et toitures sur rue ainsi que l’ancienne salle de concert dite salle Mozart au premier étage

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques le 30 mai 1984 vestiges de colonnes dans la cour et décor néo-classique à l’intérieur

Sources

Autres vues sur cette adresse

Références

Sources

- Mérimée [archive], consulté le 12/09/2020

- Dictionnaire des Monuments Historiques d'Alsace [archive] pages 580-581

- Maisons de Strasbourg [archive] consulté le 11/09/2020

- Biographie d'Ixnard à l'exposition "Archi classique !" [archive], qui s'est déroulée du 20 mars au 24 juin 2011, aux Archives de la ville de Strasbourg


Liens externes

Pour en savoir plus sur les mascarons voir le site Les mascarons de Strasbourg [archive]

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Roland burckel

41 months ago
Score 0
C'est rectifié.

Fabien Romary

41 months ago
Score 0

Roland tu avais surligné cette phrase:

bâtiment n'a pas été réalisé par l'architecte François-Pierre Pflug

je préfère mettre le conditionnel (n'aurait pas) plutôt que de surligner car je n'ai vraiment pas le temps d'aller au fond de ce débat de spécialiste et il ne faut pas emmêlé le lecteur dans sa première lecture, avant qu'il approfondisse avec d'autres sources.

Il faut être cohérent ce sont les architectes Samuel Werner et François-Pierre Pflug que nous avons épinglé, on ne peut donc pas surligné dans le texte une autre affirmation.

Fabien Romary

41 months ago
Score 0

J'ai totalement remis en forme cette fiche qui était éclaté en deux adresses (deux fiches) différentes. J'ai décidé de les réunir pour la compréhension global. Je me suis basé sur des sources sérieuse pour réaliser ce travail de synthèse (Mérimée et le dictionnaire historique des MH d'Alsace qui décrive bien cet immeuble comme d'un ensemble)

Au passage cela m'a permis de supprimé de nombreux doublons car sur les deux fiches existantes l'une répétait l'autre et inversement.

Ainsi nous sommes passés de 11 événements à 6. Evidemment il reste des améliorations possibles, j'ai simplement taché de rendre l'ensemble le plus compréhensible et crédible possible pour l'internaute (c'est l'objectif n°1).

Roland burckel

41 months ago
Score 0
J'ai modifié le texte.

Wilfred HELMLINGER

41 months ago
Score 0
C'est une bonne idée, Roland, d'avoir ajouté un lien vers le site Maisons-de-Strasbourg, mais si tu as lu le texte de Jean Michel Wendling, tu auras constaté qu'il conteste le rôle d'architecte à François Pierre Pflug et à Samuel Werner dans cette construction, l'attribuant au maître-maçon Jean Louis Muller. Pour être cohérent avec la fiche rédigée sur Archi-Strasbourg, cela aurait été logique de le mentionner (je note cependant que le nom de François Pierre Pflug n'est pas mentionné dans le texte de la fiche d'Archi-Strasbourg !).

Roland burckel

41 months ago
Score 0
Merci pour la remarque. L'erreur vient du livret des Balades Strasbourgeoises qui indiquait ces dates, j'ai rectifié.

Wilfred HELMLINGER

41 months ago
Score 0
Douze ans pour construire le Poêle du Miroir, cela paraît bien long ! Les dates de la construction sont en réalité 1757-1759 (sources : Connaître Strasbourg, 1988, pages 149-150, et Dictionnaire des Monuments historiques, 1995, pages 580-581).