Loading...

9 rue Théophile Schuler (Strasbourg)

From Archi-Wiki

9 rue Théophile Schuler

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1910 à 1911
Architecte Joseph Müller
Structure Immeuble

Date de démolition environ 1965

Date de construction 1968 à 1970
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1910 à 1911
Architecte Joseph Müller

Une villa a été construite ici en 1910 pour Paul Schaffer, Militär Intendanturrat (responsable militaire de l'intendance ?), domicilié 9 boulevard Ohmacht (Ohmachtstrasse 9 ). Elle était l'oeuvre de l'architecte Joseph Müller, situé 24 avenue de la Forêt Noire, et construite par l'entrepreneur Ph. Rössler.

L'autorisation de construire est donnée le 18.6.1910, avec un avenant du 5.12.1910. La construction est complètement achevée au 1.5.1911.

Démolition

Date environ 1965

La date de démolition est estimée et n'a pas pu être détérminée avec précision.

Construction1

Date 1968 à 1970

La date de la démolition n'a pas pu être précisée, mais dès 1962, le quartier a vent d'un projet de construction immobilière d'importance à cet emplacement, provoquant levée de boucliers, signature de pétition, et démarches auprès de la Ville de la part des riverains.

Un courrier daté du 2 novembre 1962 et signé par une trentaine de riverains, mérite d'être cité presque en entier, car, quelqu'ait été l'épilogue de cette affaire, elle garde tout son sens aujourd'hui.

"La Société Rhin et Moselle vient d'acquérir la propriété 9, rue Théophile Schuler : une villa monofamille avec un jardin d'agrément comprenant des arbres adultes d'essences variées : sapins, saules pleureurs, peupliers, arbres fruitiers. (...) La Société Rhin et Moselle a l'intention de démolir la villa et d'ériger un immeuble à 8 logements pour ses cadres. D'après le projet de l'architecte, M. Widmann, cet immeuble aura une profondeur de 33 mètres et couvrira ansi la quasi totalité du terrain.

La Société Rhin et Moselle a certainement choisi cet endroit pour offrir à ses agents la vue libre sur des jardins, masi elle-même supprime le caractère cité-jardins de notre quartier (caractère confirmé par la lettre de la Mairie du 23 avril 1958 dont copie ci-jointe); en effet, le nouveau propriétaire projette de surbâtir toute la surface disponible.

Ce précédent ne fait que décourager les autres propriétaires qui se donnent encore la peine d'entretenir des surfaces vertes. Le caractère de cité-jardins serait dorénavant de toute façon violé par l'implantation de cet immeuble collectif sans jardin; d'autres propriétaires risquent de se laisser tenter par des groupements financiers qui supprimeront peu à peu tous les poumons (jardins) de notre ville. " , etc...

Les années passant, et le projet ayant changé de main et s'étant sans doute adapté à certaines exigences des riverains, il ne fait finalement plus l'objet de l'opposition de ces derniers et obtient le permis de construire à la date du 2.10.1968, celui-ci étant suivi de plusieurs avenants. Le maître d'oeuvre est le cabinet d'architecture Sittler, situé 23-25 rue du Marais Vert et le maître d'ouvrage est la SCI "Les Charmettes". Sauf erreur, il comprend désormais 4 appartements, sans doute de grand standing, sur une superficie de parcelle d'un peu plus de 9 ares. Les travaux sont complètement achevés au 12.10.1970.

On précisera au sujet du nom de la SCI, que l'ensemble immobilier se situe à l'angle d'un passage qui relie la rue Théophile Schuler et la rue Jean-Jacques Rousseau. Et que "Les Charmettes" était une propriété composée de jardins et d'une maison qui fut habitée par le philosophe Jean Jacques Rousseau de 1736 à 1742 dans le vallon des Charmettes, à côté de Chambéry, dans le département de la Savoie2.

Pour finir, et sans vouloir relancer un débat vieux de plus de cinquante ans, on reconnaîtra que la façade de l'immeuble sur le rue Théophie Schuler est peu impressionnante, mais qu'elle est comne l'arbre qui cache la forêt, ce qu'on vérifiera grâce à la vue par sattelite...

Références