Loading...

2 rue Sédillot (Strasbourg)

From Archi-Wiki

2 rue Sédillot (Strasbourg)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1932 à 1934
Architecte Tim Helmlinger
Entrepreneur Charles Heiss
Emile Heiss
Structure Immeuble

Date de démolition 25/9/1944

Date de reconstruction 1947
Architecte Joseph Schwab (fils)

Date de ravalement 2005
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1932 à 1934
Architecte Tim Helmlinger
Entrepreneur Charles Heiss
Emile Heiss

Historique

Immeuble d’habitations et de commerces construit entre 1932 et 1934 à l'angle des rues Sédillot et de la Brigade-Alsace-Lorraine (celle-ci étant dénommée ainsi depuis 1946, et auparavant rue de Vienne).

Le maître d’œuvre est l'architecte Tim Helmlinger dont c’est l’une des premières réalisations importantes et qui était déjà tenté par ailleurs par un style davantage marqué par le modernisme et l’Art Déco, comme le montre l’immeuble situé au n° 7, quai Rouget-de-Lisle, construit vers la même époque.

Les maîtres d’ouvrage sont deux ingénieurs des Mines, domiciliés boulevard Tauler, à Strasbourg.

La note justificative des calculs relatifs aux travaux de béton armé de l'immeuble en date du 26.1.1932 est due à Charles Rudmann, ingénieur E.P.Z.

L'entrepreneur est la maison Heiss Frères.

La demande d'autorisation de construire date du 17.10.1931. L'architecte envoie son projet à la Ville le 30.1.1932. L'autorisation de construire date du 8.2.1932, et l'immeuble est prêt à être occupé en août 1934.

Description

La physionomie de l’immeuble illustre bien la transition entre les styles postéclectique ou postclassique et le style Art-Déco. On mentionnera en particulier les oriels ornant chacune des façades, et les balcons plus légers aux garde-fous en ferronnerie discrètes, distribués équitablement entre les deuxième et cinquième étages. Quant à l’étage mansardé, il est pourvu de lucarnes dont la taille va croissant des côtés vers le centre.

Une étude récente donne cette description : « Tout d’abord, le pan d’angle est occupé par deux balcons, aux premier et quatrième étages. De grandes consoles soutiennent les avant-corps et le balcon du premier étage. Le bandeau à modillons qui sépare l’entresol du premier étage prend l’aspect de pointillés. De nombreuses fenêtres bien alignées rythment la façade, tandis que le niveau du toit est dynamisé par cinq lucarnes au fronton incurvé.

Grâce à une photographie d’époque tirée sur carte postale et représentant l’immeuble peu après sa construction, avec la cathédrale en arrière-plan, nous pouvons constater que le pignon a été changé. Cette partie qui chapeaute l’angle, simplement incurvée et relativement basse sur la photographie ainsi que sur le plan d’origine, diffère de l’ élément situé aujourd’hui au même endroit. Ce dernier évoque davantage une proue de navire puisqu’il est haut, imposant et orné d’une mouluration. En fait, le nouveau pignon semble beaucoup plus moderne que le précédent » 2.

Bombardement du 25/9/1944

Date 25/9/1944

Immeuble partiellement détruit.

Reconstruction1

Date 1947
Architecte Joseph Schwab (fils)

Début 1947, l'ingénieur-architecte J. Schwab, 3 rue St-Maurice, reconstruit une partie sinistrée de l'immeuble, i.e. la partie attenant au pignon gauche vers la rue de la Brigade-Alsace-Lorraine, qui était dans sa partie supérieure entièrement démolie. L'architecte promet que la reconstruction se fera d'après les anciens plans et que rien ne sera changé à la disposition antérieure.

Pose d'une enseigne "Peugeot"

Date 1969

Vers la fin des années 60, le magasin Blondin-Sport sollicite l'autorisation de poser une enseigne lumineuse "Peugeot".

Ravalement

Date 2005

Ravalement de 2005

Incendie 3

Date 06/08/2019

Un incendie s'est déclenché dans la nuit de lundi à mardi, dans les combles de l’immeuble, entraînant l'évacuation de tous ses habitants, parmi lesquels Thierry Laurey, entraîneur du Racing, qui s'est légèrement blessé lors de l'évacuation de son appartement4.

Références