Loading...

7 quai Rouget de Lisle (Strasbourg)

From Archi-Wiki

7 quai Rouget de Lisle (Strasbourg)

Image principale
"2011-07-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
"2011-07-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1932 à 1933
Architecte  Tim Helmlinger
Structure Immeuble

Date de ravalement environ 7/2011
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1932 à 1933
Architecte  Tim Helmlinger

Immeuble de rapport dû à l'architecte Tim Helmlinger, et construit pour Guillaume Gillmann, ingénieur à Chaufontaine-Lunéville (54)2. La demande d'autorisation de construire date du 2.3.1932. L'autorisation de construire est délivrée le 12.4.1932. Très vite, le 25.7.1932, l'architecte écrit à la Ville dans le but de lui soumettre une modification du projet de construction de Monsieur Gillmann. "Il s'agit de l'aménagement au cinquième étage d'un atelier pour artiste, qui serait construit environ 2 mètres en retrait sur la façade principale et couverte en terrasse". Il conclut en disant qu'il espère bon accueil à sa demande "vu qu'il s'agit là d'un atelier studio si rare dans notre ville". La réponse positive entraîne une modification du dessin du haut de la façade qu'on trouve sur le premier projet d'ensemble de février 1932, en lui donnant l'aspect caractéristique qu'il a aujourd'hui.

Précisons que les notes de calculs sont dues au bureau technique de Ch. Rudmann (25 rue Sleidan) et signées le 8.8.1932 par l'ingénieur R. Emery. La réception finale de l'immeuble a lieu le 24.11.1933. Le dossier contient encore les témoignages d'un litige entre la Ville et l'architecte concernant les portes du garage qui s'ouvrent vers l'extérieur, ce qui poserait des problèmes de sécurité. Ce type de problèmes fait certes le lot quotidien du métier d'architecte, et n'est certes pas à négliger, mais ne fait pas la pérennité d'un immeuble tel que celui-là, distingué par un ouvrage spécialisé.

Dans son "Guide d'architecture" de la France au 20 e siècle, Bertrand Lemoine mentionne en effet cet immeuble comme représentatif de l'architecture moderne en Alsace. On y trouve une photo de l'immeuble en question et on y lit ceci : « Situé le long du quai dans un quartier résidentiel, cet immeuble de rapport comprend un ensemble de logements tout confort de trois ou quatre pièces disposées en façade et sur l'aile latérale. Sa conception se veut moderne tant dans la distribution des appartements aux couloirs réduits qu'au niveau constructif, avec piliers et planchers en béton et murs de brique. Les terrasses du 6e étage et de la toiture participent du désir d'ensoleillement et d'aération. La façade avec ses bow-windows latéraux n'est pas sans rappeler le style moderne classique de Roux-Spitz à Paris »3.

Ravalement

Date environ 7/2011


Ravalement terminé en octobre 2011

Label Architecture contemporaine remarquable4

Date septembre 2017

L'immeuble a été retenu dans une liste d'ouvrages architecturaux contemporains remarquables établie en septembre 2017 par le Ministère de la Culture, et dont nous proposons ci-dessous l'intégralité de la description :

CONTEXTE ET HISTORIQUE DE LA CONSTRUCTION

«L'édifice de logements collectifs est conçu dans l'actuel quartier de la Neustadt, l'extension urbaine conçue et réalisée à partir de la période de l'annexion allemande (1871-1918) et poursuivie de retour sous le giron français. Dans les années 1920/30, les quais sont bordés de constructions hautes s'élevant à 20 mètres au maximum. Les constructions élevées en face du quai Rouget-de-Lisle, sur l'île Sainte-Hélène, sont le résultat d'une modification de la réglementation municipale exigeant des maisons individuelles et constructions de taille moyenne ou basse dans ce secteur.»

DESCRIPTION DE L’ENSEMBLE

«L'édifice, de style Art déco, rappelle des constructions analogues de Paris. L'entrée de l'immeuble est monumentale. L'immeuble comporte le logement du concierge au premier sous-sol et la chaufferie au deuxième sous-sol. Au rez-de-chaussée et aux étages, un total de 13 appartements sont conçus par l'architecte Tim Helmlinger. L'aile gauche des quatre premiers étages est occupée par des appartement de 4 pièces, et l'aile droite par des appartements de trois pièces. Les cinquième et sixième étages sont respectivement constitué d'un appartement de cinq pièces. Le sixième étage comporte une grande terrasse de plus de 15 mètres de longueur. La toiture est constituée en terrasse accessible par la cage d'escalier. Les pièces de réception sont disposées en façade sur le quai, pour faciliter la perspective sur l'église Saint-Paul et la cathédrale pour ses habitants. Les services et les chambres à coucher donnent sur une cour spacieuse, bien éclairée et bien aérée. Le couloir des logements, réduit au minimum afin d'assurer un maximum d'espace dans les autres pièces, est éclairé par la lumière du jour.»

Vues prises depuis cette adresse

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 882W254
  2. L'épouse de Guillaume Gillmann (1862-1936), à savoir Anne Busch (1870-1934), était une tante maternelle de Tim Helmlinger. Il est donc assuré que cette commande émanait du réseau familial de l'architecte
  3. Le "Guide d'architecture-France 20 ème siècle", Editions A. et J. Picard, Paris, 2000, 350 pages
  4. Label Architecture contemporaine remarquable, Ministère de la Culture, Direction des Affaires culturelles du Grand-Est, page 166 : https://infodujour.fr/wp-content/uploads/2019/07/Fiche-des-%C3%A9difices-b%C3%A9n%C3%A9ficiant-du-label-Architecture-contemporaine-remarquable-du-Grand-Est.pdf [archive], consulté le 01/07/2020

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Anne-françoise auberger

one month ago
Score 0
Exceptionnelles photos d'intérieur et de vues strasbourgeoises, merci Wilfred