Loading...

10 rue du Travail (Strasbourg)

From Archi-Wiki

10 rue du Travail

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1933 à 1934
Architecte Ernest Misbach
Entrepreneur J. Nuss
Structure Immeuble
Courant architectural néoclassique

Date de ravalement 1994
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date 1933 à 1934
Architecte Ernest Misbach
Entrepreneur J. Nuss

Immeuble de rapport construit par l'architecte Ernest Misbach à la demande d'Eugène Hermann, 17 Boulevard Clémenceau. La demande d'autorisation de construire est effectuée le 22/08/1933 et accordée le 11 octobre 19331.

Les travaux sont achevés le 27/08/1934.

Les dalles sont en béton armé, ce matériau moderne contraste avec la façade fortement marquée par le néoclassicisme. De même, l'immeuble disposait dès l'origine d'un ascenseur.

Le gros oeuvre et les dalles en béton armé ont été conçus par l'entreprise de construction J. Nuss qui réalise les calculs statiques.

Dans le dossier de la police du bâtiment on trouve deux certificats de sinistrés, l'immeuble ayant été légèrement endommagé lors des conflits pendant la seconde guerre mondiale (sinistres en date du 25/09/1944 et 23/11/1944).

En 1994 l'immeuble a été ravalé et les balcons rénovés.

Descriptif

Bel immeuble avec sa façade imposante et ses ordres colossaux. L'attique est coiffé d'un fronton triangulaire encadré de deux oeils-de-boeuf.

Un immeuble quasiment identique à celui-ci se trouve au 17 boulevard Clémenceau, il a été réalisé quelques années plus tôt par le même couple de commanditaire et architecte.

On trouve comme pour l'homologue Boulevard Clémenceau, six pilastres corinthiens.

L'immeuble d'angle mitoyen au 8 rue du Travail a été réalisé par le même architecte, à la même période 1933/34, mais possède un style très différent puisque ce dernier est de style moderne alors que celui-ci est néo-classique. Il est difficile de savoir quel rôle ont pu jouer les commanditaires (tous les deux différents) dans le choix de ces façades. Eugène Herrmann avait déjà passé commande en 1930 d'un immeuble à la façade très proche au 17 boulevard Clémenceau, peut-être a-t-il voulu par mesure d'économie garder le même style de façade (on peut en douter vu la qualité de la façade), ou bien était-il plus conservateur et réticent aux idées modernes ? Autre hypothèse, en choisissant une façade de qualité au style classique, peut-être voulait-il s'assurer une clientèle de locataires aisés rassurés par ce type de façade bourgeoise intemporelle.

Plan d'archives

Vues récentes

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.