Loading...

Actualités adresse:11 rue du Maréchal Joffre (Strasbourg)

From Archi-Wiki

11 rue du Maréchal Joffre

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1885 à 1886
Architecte August Jerschke
Otto Back
Structure Immeuble

Date de transformation 1928 à 1930
Architecte Auguste Mossler

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 19/8/1993
Consultez les 8 actualités de l'adresse

Information

Date 1894

En 1894, paraît à Strasbourg, la publication d'un livre de synthèse historique et technique sur l'Architecture à Strasbourg : Strassburg und seine Bauten, édité à Strasbourg par Karl Trübner1.

La particularité de cet ouvrage c'est qu'il est rédigé par les architectes et ingénieurs eux-mêmes. Après avoir brossé l'histoire ancienne, l'ouvrage passe en revue, d'une manière thématique les constructions récentes. Dans un chapitre concernant les édifices construits pour des associations (Gebäude für Vereine), on trouve justement le 11, rue du Maréchal Joffre.

Voici la courte description du bâtiment et de son histoire par le Post-Baurath Bettcher :

« Die Loge zum treuen Herzen hat sich in den Jahren 1885/86 ein eigenes Heim in der Möllerstrasse nach dem Entwurfe des Baumeisters Aug. Jerschke geschaffen.

In der Hauptfront 30 m lang, mit einer Tiefe von 19 m zeigt das Gebäude dir Formen moderner Bauweise. Von den beiden Geschossen enthält das untere die aus zwei Sälen und einem Versammlungszimmer bestehenden Gesellschaftsräume, das oberer den Tempel, das Conferenzzimmer und die Bibliothek. Die Küchen, Wirthschafts- und Vorrathsräume liegen im Souterrain.

Für das Gebäude wurden an Baukosten 90 000 Mark aufgewendet. »

On proposera ci-dessous un essai de traduction, susceptible d'être amélioré:

« La Loge "Au Coeur fidèle" s'est fait construire son propre home en 1885/86 dans la Möllerstrasse d'après les plans du Baumeister Auguste Jerschke.

D'une longueur de 30 mètres, et d'une profondeur de 19 mètres, le bâtiment montre des formes modernes.

Parmi les deux niveaux, le rez-de-chaussée comporte deux salles de réunions et des communs, à l'étage on trouve le temple, une salle de conférence et la bibliothèque. Cuisine, économat et magasins se trouvent dans le sous-sol.

Le coût pour la construction de l'édifice s'est élèvé à 90 000 Marks. ».

Visite Exceptionnelle

Date 4/12/2011

La visite guidée de la loge s'est déroulée dans le cadre d'une exposition qui a lieu au musée historique de Strasbourg « Les Frères Réunis à Strasbourg, une loge maçonnique engagée »2,3.

L'exposition au musée historique s'est déroulée jusqu'au 5 février 2012.

C'est donc une visite exceptionnelle à laquelle nous avons eu droit rue du Maréchal Joffre.

A notre connaissance l'information de la visite de la rue Joffre le 4 décembre 2011 a été assez peu relayée, hormis au musée historique dans le cadre de l'exposition. Le nombre de visiteurs était également limité.

C'est pourquoi nous profitons de cette page pour vous relater la visite pour qu'un plus grand nombre de personnes puisse en profiter et en découvrir un peu plus sur le patrimoine de notre ville.

Historique

D'abord ce qui fait l'originalité des lieux c'est qu'ils ont peu changé depuis leur construction en 1886. C'est donc un édifice tel qu'il se trouvait à la fin du XIXème qu'on peut visiter.

Les locaux ont été subventionnés, sur sa cassette personnelle, par l'empereur Guillaume II4

Avant la construction de ce bâtiment les maçons se réunissaient rue du Miroir puis rue Brûlée.

En 1919 les maçons sont expulsés par arrêté préfectoral et le bâtiment est attribué aux français.

Dans les années 1920 on trouvait dans la cour des garages qui étaient loués, une station à essence et même un jeu de boule !

Pendant la dernière guerre, les locaux ont été réquisitionnés par les nazis. On y trouvait également 'Radio Stuttgart'.

Architecture (intérieure) et symboles

A l'entrée du bâtiment, dans le vestibule, on trouve deux statues qui étaient à l'origine posées dans les niches de la façade. Il s'agit d'allégories de la vérité et du silence.

La loge du premier étage est la plus grande. Elle possède un grand ciel étoilé, paraît-il un jour d'équinoxe à Strasbourg.

La salle possède une belle hauteur sous plafond d'au moins cinq mètres, légèrement voûtée. Elle se décompose en deux parties, haute et basse, séparées par une chaine qui symbolise le lien entre les francs-maçons présents, absents et morts.

Du côté est, au niveau de l'entrée de la salle, se trouvent deux pilastres possédant les inscriptions J et B. Il s'agit du nom des colonnes du temple de Jérusalem. J comme Jakin et B comme Boaz (Jakin et Boaz étaient les deux colonnes dressées devant le vestibule du Temple de Salomon5). Au dessus de l'entrée on trouve des initiales assez incongrues A.N.E.S.L.A.D.G.O.D.F qui veulent tout simplement dire "Au Nom Et Sous Les Auspices Du Grand Orient De France". Encore plus haut c'est une tribune aujourd'hui fermée, qui pouvait accueillir des musiciens. Les musiciens ont été remplacés par de fonctionnels haut-parleurs.

A l'opposé, à l'ouest, se trouve l'oeil de la conscience qui symbolise l'esprit et l'intelligence. L'oeil est inscrit dans un triangle lui même encerclé par les rayons du soleil et une couronne de lauriers qui symbolise la gloire.

Au mur dans la partie basse, un visiteur fait remarquer qu'il y a des rideaux, mais pas de fenêtres. Les rideaux noirs servent à l'occasion du deuil d'un franc-maçon par exemple.

Les fenêtres que l'on voit à l'extérieur du bâtiment sont purement décoratives, il n'y a pas d'accès depuis la grande loge aux fenêtres du 1er étage. C'est donc uniquement un choix architectural, esthétique. Il serait d'ailleurs intéressant de voir un plan d'archive pour voir comment a été traité l'accès purement technique à ces fenêtres, peut être y a t-il une double paroi ? Notre guide ne nous en a pas dit davantage.

Enfin, au sol, le damier blanc et noir symbolise le jour et la nuit.

Outre la grande loge, le bâtiment comporte également une bibliothèque possédant principalement des ouvrages de l'époque allemande 1872-1918 et quelques pièces plus anciennes. Une partie des documents a d'ailleurs été donnée à la BNU toute proche. On nous dira que les ouvrages de la bibliothèque servent peu pour le travail des maçons.

La salle avant la grande loge du 1er est occupée par une salle de convivialité (bar, lieu de rencontre, discussion).

Au rez-de-chaussée on trouve une grande salle des banquets et une autre loge plus petite mais possédant exactement les mêmes symboles que la grande salle du 1er.

Fonctionnement

Le président possède son pupitre côté ouest, à ses côtés il y a un secrétaire et un orateur. Chaque année le président change via des élections. Le président déchu est placé devant l'entrée à l'est pour rappeler, symboliquement, qu'il n'est pas au dessus des autres.

Lors des élections on utilise des boules blanches et noires d'où l'expression "blackboulé".

Les compagnons et maîtres sont assis au sud et les apprentis au nord. Les apprentis ne peuvent pas parler pendant les séances.

Pour changer de grade il faut réaliser un travail. L'assiduité aux séances est également très importante.

Côté est, à l'entrée de la grande salle, on trouve au sud du côté des compagnons le pupitre du 1er surveillant qui s'occupe de la formation des compagnons. Au nord on trouve le pupitre du 2ème surveillant qui s'occupe de la formation des apprentis.

Depuis 2011 la loge est mixte. La loge maçonnique est laïque et ouverte à toute les religions.

Lors des séances on demande la parole et on n'interrompt pas. Notre guide nous explique qu'il s'agit d'une société discrète mais pas secrète.

La confidentialité est de rigueur en dehors de la loge, on ne doit pas nommer ses frères à l'extérieur. Par contre un maçon peut se déclarer comme tel à l'extérieur s'il le désire.

Notre guide résume assez bien la situation : dans la franc-maçonnerie il est difficile d'y rentrer mais facile d'en sortir. Les personnes sont choisies en fonction de leurs qualités humaines.

Les travaux sont collégiaux. Parfois les sujets sont imposés et d'autres fois ils sont libres. Il y a deux réunions par mois.

Dans certains ateliers (loge) il faut prêter serment sur la Bible (exemple: Grande loge de France). On le voit donc, chaque loge est libre de fixer ses propres règles.

Conclusion

Les nombreux symboles de la loge de la rue Joffre se retrouvent dans toutes les loges, qu'elle soient modernes ou anciennes. C'est donc une société très codifiée tant pour sa symbolique que pour les règles qui régissent les maçons.

On notera qu'un magazine spécial de Saisons d'Alsace (n° ?) a été édité sur la franc- maçonnerie avec semble-t-il de très belles photos.

Merci à nos deux guides pour les nombreuses informations. Ceux-ci ont préféré gardé leur anonymat, par discrétion, à l'image de la franc-maçonnerie. Merci également à Monique Fuchs, conservatrice du musée historique pour avoir rendu la visite possible.


Statue

Date 21/12/2012

Dans la niche au-dessus de la porte d'entrée se trouve une statue.

Information

Date 29/3/2013

La loge possède un orgue, construit par le facteur d'orgue H.G. Koulen en 1888/89, ce qui est assez rare, il demande à être rénové6.

Plus de renseignements sur le site de la Fondation du Patrimoine [archive]


Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

Loading comments...