Loading...

Rue du Vingt-Deux Novembre (Strasbourg)

From Archi-Wiki

Rue du Vingt-Deux Novembre

Image principale


Chargement de la carte...

Date de construction 1910
Structure rue

Date de transformation 2019
Structure rue
Consultez les 9 actualités de l'adresse


Rue du Vingt-Deux Novembre

La rue du Vingt-Deux Novembre, initialement Neue Strasse, commence au débouché du pont du Maire-Küss jusqu’à l’angle sud-ouest de la Place Kléber1. La rue correspond à la première partie d'une grande opération d'urbanisme commencée à Strasbourg en 1910-1911 et menée sur une cinquantaine d'années, la Grande Percée. Le percement commence à la fin de l'année 1911 avec ce tronçon qui comprend en 1914, douze immeubles neufs, douze autres en cours d'achèvement ainsi que treize maisons sauvegardées qui se trouvaient sur le parcours de la nouvelle rue. Les travaux reprennent après la fin de la première guerre mondiale.

La Grande Percée, comme détaillé plus loin, est motivée par des perspectives hygiénistes, économiques et de mobilité. Elle associe constructions nouvelles et préservation d'édifices plus anciens. Alors que les bâtiments aux numéros pairs correspondent à des projets d’avant 1914, les numéros impairs mélangent les constructions d'avant percement, avec 6 immeubles édifiés entre 1912 et 1914 et 7 bâtiment élevés par la suite, jusque dans les années 1970. Le tram circulait encore dans cette rue jusqu'au milieu des années 1950, conformément au souhait initial du début du siècle.

Historique du nom de la rue2

1912: Neue Strasse (rue Neuve)

1919: rue du 22 Novembre (en souvenir de l'entrée triomphale des troupes françaises le 22 novembre 1918, avec le général Gouraud en tête). La rue Neuve a été dénommée par le conseil municipal le 31 mai 1919, rue du 22 novembre3.

1940: Strasse des 19. Juni (rue du 19 juin) (jour d'entrée des troupes allemandes en 1940)

1945: rue du 22 Novembre

Nejstross (alsacien)

Contexte et genèse de la Grande Percée

Date 1910

Une décision motivée

L'idée d'une grande intervention dans le centre-ville est énoncée par le maire Rudolf Schwander dès 1907 afin de contrer la prolifération de logements insalubres, les difficultés de circulation et le manque de locaux commerciaux4. Trois ans plus tard, le 10 mai 1910, il expose devant le Conseil Municipal un projet de percement détaillé. La nouvelle voie courbe, de 1400m de long et de 18m de large traverse la vieille-ville, selon le tracé conçu par l’architecte municipal Fritz Beblo. Elle relie de ce fait la gare située à l’ouest au port situé au sud en traversant les quartiers anciens5.

Les terrains et maisons sur le trajet

Entre 1907 et 1910, Schwander fait acheter en secret (pour éviter la spéculation) par 3 agents immobiliers les maisons du tracé de la rue : 135 vieilles maisons. Seuls 2 immeubles ont été expropriés. Après l’acquisition des terrains sur le tracé de la future rue, la Ville charge une banque de Mannheim de vendre ou louer ces futurs terrains à bâtir, peinant à trouver une banque locale6.

Mais ces 135 maisons n'ont pas été démolies sans un examen préalable : comme le rappelle Michael Darin dans son étude du percement à Strasbourg, les façades de ces maisons sont soumises à une commission chargée de les classer en différentes catégories. Un inventaire est réalisé entre les bâtiments ne présentant aucun intérêt (33 bâtiments), ceux comportant des éléments remarquables dignes d’être conservés (86), et ceux dont la conservation sur place est souhaitée (14). Ainsi, une dizaine de maisons au niveau de la Grande rue de la Grange ont été conservées. En plus de ce classement, des relevés architecturaux ainsi qu'une campagne photographique sont effectués7. Malgré ces efforts, des pertes sont tout de même à déplorer. Dans les années 1920, le service des Monuments Historiques tente de sauver des immeubles menacés sur d'autres tronçons de rue en les inscrivant sur l'Inventaire supplémentaire. Dans certains cas, des éléments sont démontés et conservés dans les musées de la ville.

Quant aux habitants des maisons, ils sont relogés selon leur situation familiale : les familles se retrouvent délocalisées dans la lointaine cité-jardin du Stockfeld tandis que les personnes seules sont invitées à rejoindre le Foyer du célibataire8.


Rue piétonne

Date 1994

La rue est devenue piétonne entre la rue des Francs-Bourgeois et la rue du Fossé des Tanneurs en 1994.

Rue piétonne (suite)

Date 27/4/2018

La rue, qui était déjà réservée aux piétons depuis la rue des Francs-Bourgeois jusqu'à la rue du Fossé des Tanneurs, est aussi réservée aux piétons depuis l'intersection avec la rue Gustave Doré jusqu'à l'église Saint-Pierre -le-Vieux (depuis fin avril 2018)9

Aménagement de la voie piétonne

Date 10/2019


Paysagiste : Atelier Chemins Indiens Bureau d'études infrastructures : Soderef

La rue est plantée d'arbres qui créeront des oasis de fraîcheur dans la Grande Percée de 1910.

Autres vues sur cette adresse

Vues prises depuis cette adresse

Bibliographie

-Michaël Darin, L’alignement et le percement à Strasbourg, in Strassburg/Strasbourg, Lieu d'échanges culturels entre France et Allemagne, Architecture et urbanisme de 1830 à 1940, Deutscher Kunstverlag, 2018, pages 359-384.

-Stéphane Fisch, La Grande Percée, in Strasbourg 1900, naissance d’une capitale, Somogy Editions d’art, 2000, pages 240-243.

-Attention travaux, 1910, De la Grande Percée au Stockfeld, Archives de Strasbourg, 2010.

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Raphael PROT

53 months ago
Score 0

Détails sur la rue et sentiment relayé par la presse:

"Les travaux de la « Grande Percée » commencent en 1912 dans la Grande rue de la Grange. La démolition des constructions le long du nouvel axe se fait en moins d'une année. Comme nous l'avons vu précédemment, il n'y a pas à cette époque la volonté de garder un quelconque édifice qui pourrait avoir des traits historiques remarquables. Tout est démoli comme prévu dans les plans de la ville, malgré un sentiment de désolation. En effet la presse locale relaye le sentiment de la population : « La population est hantée par le spectre de la grande percée de la rue. Son meurtrier, griffant avec une cruauté implacable les vieilles maisons, enfonçant ses griffes de fer toujours plus profondément dans le cœur de Strasbourg ». La même année sortent de terre les premières constructions dans cette « Neue Strasse »"1

(1870-1939), AVCUS 154 MW20, Dernières Nouvelles, édition allemande. Traduction.

Autre chose:

Le côté impair de la rue a conservé treize bâtisses anciennes, la nouvelle rue s'alignant sur ce côté de l'ancienne Grande rue de la Grange. Ainsi les constructions du numéro 23 au numéro 45 sont pour moitié encore visibles aujourd'hui*.

*Sept immeubles ont disparu suite aux bombardements américains du 24 août 1944.2

(1870-1939),
  1. Strasbourg, réaménagement urbain de l'ancienne forteresse au tournant du 20ème siècle
  2. Strasbourg, réaménagement urbain de l'ancienne forteresse au tournant du 20ème siècle