Loading...

7 quai Zorn (Strasbourg)

From Archi-Wiki

7 quai Zorn

Image principale
"2018-10-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction environ 1876
Structure Maison
Courant architectural néoclassique

Date de extension 1879

Date de extension 1909
Architecte Otto Zache

Date de rénovation 10/2018
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Villa Anna1

Date environ 1876

Le domaine est ancien, sans aucun doute antérieur à la date d'ouverture du dossier (1879). A cette date on trouve les courriers et les dessins d'August Herbst, un peintre-décorateur, qui occupe la maison, qui existe déjà. Il souhaite en effet construire une dépendance à l'arrière de son terrain et remplacer d'autre part la clôture qui donne sur la voie. Il est donc clair que le domaine comprend déjà une demeure bâtie, comme en témoigne d'ailleurs le dessin que Herbst a lui-même remis à la Police du Bâtiment . La question qui se pose d'emblée est de savoir depuis quand existait cette demeure ?

Disons qu'en consultant les Registres de Population aux AMS, nous pensons avoir trouvé à peu près le créneau pendant lequel cette maison a pu être construite. A cette époque le quai Zorn s'appelait encore le "Spittelgarten ", dont le tronçon que nous avons étudié allait du n° 1 à 11. Le n° 7 du quai Zorn actuel était numéroté à cette époque comme "Spittelgarten n° 2". Or, dans le premier document consulté, qui couvre les années 1845 à 1850 (600MW257), le n° 2 existe bel et bien, mais ses habitants, qui sont un couple de restaurateurs et deux servantes, sont censés l'avoir quitté en septembre 1847, pour aller habiter au quai des Pêcheurs. Et il paraît assez clair qu'ils y ont été poussés par un événement précis.

Et dans le deuxième document que nous avons consulté, qui couvre, lui, les années 1844 à 1856 (600MW256), la maison n° 2 est déclarée "démolie", et sur le document est laissé un "blanc" qui signifie évidemment qu'il n'y a pas d'habitants à cette période à cette adresse. D'après nous, on peut en conclure que la maison qui précédait l'actuelle demeure a été démolie après septembre 1847. Et que la nouvelle maison, c'est à dire la maison actuelle, a forcément été construite entre 1847 et 1879, date à laquelle elle existe déjà. Avons-nous beaucoup avancé ?

La question est délicate, faute d’éléments d'information. D'ailleurs, une autre question vient immédiatement à l'esprit : le peintre Auguste Herbst est-il lui-même à l'origine de cette maison ? Ce que nous savions sur ce personnage provenait en fait essentiellement de la conjugaison de deux sources : - nos recherches dans l'état civil de Strasbourg aux A.M.S., et - la notice que lui a consacré Maître François Lotz, dans son dictionnaire des "Artistes peintres alsaciens de jadis et de naguère (1880-1982)", éd. Printek 1985.

Or, d'après la notice de Maître François Lotz, qui se fiait à un renseignement de la Société des Amis des Arts, le peintre Auguste Herbst serait « né le 24.3.1847 à Strasbourg », et il poursuit : "Auguste Herbst habitait encore à Strasbourg en 1876. Mais en 1901 et 1904, il demeurait à Nancy (...) On le vit à la Société des Amis des Arts de Strasbourg dès 1876, puis en 1901 et 1904. Principalement fusiniste et aquarelliste Herbst Auguste laisse essentiellement des paysages de France et d'Allemagne ". Maître François Lotz cite ensuite toute une série de tableaux avec leurs titres.

Sauf l'admiration que nous avons pour le grand travail réalisé par Maître François Lotz avec ses dictionnaires sur les artistes d'Alsace, il a cependant fait deux confusions entremêlées : D’abord, il a confondu, le père et... le fils ! Celui-ci s'appelait en effet aussi Auguste Herbst, et il est d'ailleurs cité dans le Répertoire des Artistes d'Alsace des XIX et XXe siècles de A. Bauer et J. Carpentier, éd. Oberlin, 1985., comme un illustrateur et aquarelliste né le 18.10.1878 à Strasbourg, qui s'est formé à l'Ecole des Arts Décoratifs et a exposé à Strasbourg (1898, 1904).

La deuxième confusion a été induite par un faux renseignement de la Société des Amis des Arts : en effet, si l’on consulte l’acte de naissance d’Auguste Herbst, le fils, on y apprend que son père, le peintre décorateur Auguste Herbst n’était pas né en 1847 à Strasbourg, mais à Herischdorf, en Silésie ! Et en consultant ensuite son acte de mariage, on apprend qu’il était né exactement le 15.5.1844 à Herischdorf, en Silésie, et qu’il était le fils de Carl August Herbst, propriétaire et de Henriette Hallmann, domiciliés en dernier lieux à Warmbrunn, en Silésie !

Heureusement, cette erreur n’a pas une grande incidence sur nos investigations, et nous arrivons donc à une première conclusion : à savoir que nous pouvons raisonnablement penser que c'est Auguste Herbst père, lui-même, qui a fait construire vers 1876, la maison actuelle. Et si ce n'est pas lui qui l'a fait construire, qu'il a acheté le domaine avec une maison construite depuis peu.

Le bâtiment visible actuellement présente une façade de style néoclassique dont la partie centrale en ressaut est ornée de quatre pilastres au premier étage et est surmontée d'un fronton triangulaire.

Extension

Date 1879

Comme nous l'avons déjà évoqué, le 19.4.1879 le peintre décorateur August Herbst écrit donc à la Police du Bâtiment de l'époque pour demander l'autorisation de remplacer la clôture qui entoure son terrain "im Spittelgarten", vis à vis des bains municipaux (les anciens Bains Weisz) (on trouve donc confirmé ici la situation exacte de cet établissement). Le matériau sera du fer, et la hauteur et la distance seront définis par rapport à la route (la voie s'appelle encore "Kleinspittelgartenweg "). Il envoie aussi son projet de construction d'une dépendance à l'arrière de son terrain. L'autorisation ne tarde pas. Le 29.4.1879 le responsable des voies de la ville de Strasbourg lui répond favorablement. La réponse spécifie qu'il est autorisé : 1) à construire une remise ou un hangar (ein Schoppen ), 2) à remplacer la clôture par une clôture en fer (eisernes Stabetengeländer ). Il est mentionné qu'en face de sa propriété se trouve la "Schwimmschule " (l'école de natation). Par contre, il semble que l'érection d'un muret qui a également été demandé n'est pas jugée recevable. Tous ces éléments semblent donc confirmer l'estimation que nous avons faite précédemment, à savoir qu'Auguste Herbst possédait ce domaine depuis peu.

Extension

Date 1909
Architecte Otto Zache

Le dossier reprend ensuite seulement en 1907 avec Emil Krebs, "privatier", et il est question à ce moment là de la "Villa Hollandaise ". A cette époque le domaine a toujours pour numéro le n° 2 (Zornstaden 2 ). Krebs fait construire une extension (Anbau) à sa maison, et fait des modifications au niveau du toit de la dépendance, à laquelle il souhaite donner une destination équestre. Il fait aussi installer une sorte de véranda à l'entrée de la maison. La villa s'appelle dorénavant "Villa Krebs ". Les architectes sont Backes et Zache. Grâce à eux, le dessin de la maison apparaît ainsi pour la première fois dans le dossier. On est en 1909. Par la suite le dossier de la Police du Bâtiment n'enregistre plus, semble-t-il de travaux. En 1912, un certain Grünewald, architecte, est installé au n° 8 quai Zorn (autrefois n° 3). Il est donc voisin immédiat de Krebs. On trouve alors dans le dossier des échanges de courriers avec un certain Maurer, dont l'adresse est Gustav-Klotz Strasse 14 . En fait il s'agit sans doute de l'actuel n° 6 quai Zorn. L'actuelle rue Johann Knauth était en effet encore dénommée à l'époque rue Gustave Klotz, dont elle constitue encore aujourd'hui le prolongement. En 1916-17, enfin, la villa s'appelle "Monikaheim"2. Aujourd'hui l'on trouve le nom de "Villa Anna " sur la maison, mais nous n'avons aucune information à ce sujet.

Rénovation

Date 10/2018


Rénovation de la toiture en cours.

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 954W491
  2. Dans un récapitulatif du 40e Congrès de l'Alliance d'hygiène sociale (https://gall...9t/texteBrut [archive] [archive] ), il est écrit "Le « Monikaheim " était un refuge pour filles-mères avec leurs nourrissons, créé par l'initiative privée en 1909 et qui a été fermé, faute de ressources, en 1918. " L'annuaire de 1914 mentionne en effet un "Kathol. Fürsorgeverein Monikaheim"

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

one month ago
Score 0
Merci pour votre commentaire, que je me suis permis d'ajouter dans les sources.

Archigeek

one month ago
Score 0

À mon tour de vous remercier. Pour confirmer vos hypothèses :

En regardant les plans conservés aux Archives, j'ai noté que sur les plans de 1877 (https://arch...ocle/#id:213 [archive] ) et 1880 (https://arch...ocle/#id:212 [archive] ), une bâtisse est représentée de petite taille (moitié moindre que la villa actuelle) et qu'elle se trouve implantée au fond de la parcelle et sur la limite. Le Plan de 1880 ne fait qu'appliquer le projet d'urbanisme sur le plan de 1877 et donc ne peut servir à affiner la "datation". Par contre sur le plan de 1894 (https://arch...ocle/#id:202 [archive] ), la Villa "Anna" est représentée ainsi que l'extension qui se trouve à son tour en limite de parcelle.

Archigeek

one month ago
Score 0

Concernant le Monikaheim :

Dans un récapitulatif du 40e Congrès de l'Alliance d'hygiène sociale (https://gall...9t/texteBrut [archive] ), il est écrit "Le « Monikaheim " était un refuge pour filles-mères avec leurs nourrissons, créé par l'initiative privée en 1909 et qui a été fermé, faute de ressources, en 1918. " L'annuaire de 1914 mentionne en effet un "Kathol. Fürsorgeverein Monikaheim"