Loading...

Personne:Philippe Bowé

From Archi-Wiki

Image principale

Philippe Bowé

Date de naissance 31 mars 1850
Date de décès 22 juin 1905
Métier personnalité
Chargement de la carte...
Nombre de réalisations 3




Biographie

Fondeur et propriétaire d'une fonderie à Strasbourg Neudorf.

Philippe Bowé est né le 31.3.1850 à Mertzwiller, fils de Jacques Bowé, 48 ans, tisserand à Mertzwiller, puis journalier et de Madeleine Muller, 34 ans (ce couple était domicilié, lors des recensements de 1856, 1861 et 1866 dans le secteur des Forges de Mertzwiller).

Il a épousé en premières noces Caroline Konrad, et en secondes noces Elisabeth Waechter.

Il est décédé le 22.6.1905 à Strasbourg, au n° 50, route du Polygone, âgé de 65 ans1. Le déclarant du décès est Charles Bové / Bowé, fondeur (Eisengiesser)

La tombe de la famille Bowé se trouve au cimetière Saint-Urbain, section n° 2. La stèle a la particularité d'être entièrement réalisée en un métal imitant le bronze2. Les photographies proposées ci-dessous montrent un monument qui était à l'époque de leur exécution dans un état fragile. Le monument est aujourd'hui restauré, et on proposera deux photos récentes dans un événement qui lui est spécialement consacré.

Philippe Bowé a donc créé et dirigé une fonderie à Strasbourg Neudorf, où il a aussi fait construire une remarquable maison au n° 50 route du Polygone, dont on ignore malheureusement tout de l'architecte ou du maître d'oeuvre, car le dossier des Archives ne contient aucun dessin lié à la construction, à une seule exception près, qui concerne la charpente métallique de l'immeuble, et qui est signé par un certain J. Conrad, entrepreneur dont on ne connait pas beaucoup de réalisations, et qui signe "pour le propriétaire" (für den Eigenthümer) tous les documents officiels.

Il avait appris le métier de fondeur dans une fonderie de son village natal. Devenu un habile artisan, il fut encouragé et secondé financièrement par sa famille et vint s'installer à Strasbourg Neudorf, où il créa sa propre entreprise, au n° 50 route du Polygone.

Il fit construire en 1894 sa propre maison à la même adresse, à laquelle il contribua par son savoir faire de fondeur : la carcasse, la charpente, et l'ossature sont métalliques, et de nombreux ornements sont sans doute sortis des ateliers de la fonderie Bowé.

C'est son fils Ernest Philippe Bowé (* 16.9.1885 Strasbourg, + 25.10.1966 Strasbourg), qui était professeur au Lycée Fustel de Coulanges, qui hérita de la maison familiale et du jardin de 40 ares. Celui-ci se maria tard, à l'âge de 56 ans, et cette union le laissant sans descendance, il légua sa propriété à la paroisse protestante en 1966, sous la condition que son bureau et le laboratoire du rez-de-chaussée servent pour soigner des malades.

N.B. : Concernant un séjour éventuel de Philippe Bowé aux USA, aucun élément objectif n'a été retrouvé pour l'instant. On notera qu'il est père de six enfants, qui sont nés en Alsace (dont les cinq premiers à Mertzwiller), de 1873 à 1885. Ce qui est par contre avéré, c'est q'un frère aîné de Philippe Bowé, à savoir Georges Bowé né le 20.12.1846 à Mertzwiller, également fondeur (Eisengiesser) est naturalisé américain, lorsqu'il vient de New-York lui rendre visite au n° 50 route du Polygone (à l'époque c'était encore le n° 34). Il repart ensuite pour New-York le 30.8.1895.

A noter que ce Georges Bowé, fondeur, n'est pas à confondre avec l'architecte homonyme Georges Bowé, dont le seul lien avec le précédent est d'être également originaire du village de Mertzwiller, et d'être donc, selon toute vraisemblance, un "cousin" du précédent.

Adresses liées

Personnes liées

Références

  1. Etat civil et recensements numérisés du Bas-Rhin- Adeloch et Ellenbach. Ce renseignement a été difficile à trouver, car sa mention est absente des tables décennales. Et dans l'index de l'année 1905, et dans l'acte lui-même, l'orthographe du patronyme est "Bové" au lieu de l'orthographe habituelle "Bowé". Par ailleurs on trouve dans l'acte lui-même une erreur concernant l'âge au décès qui est de 60 ans, au lieu des 65 ans réels !
  2. Guide des cimetières n° 1 de la Ville de Strasbourg, 2007, page 10

Sources

- Strasbourg_Neudorf_Devant_la_Porte_des_Bouchers_(Livre) Strasbourg Neudorf, éd. Coprur, 2000, pages 118 à 121.

- Fichier domiciliaire de Strasbourg, cote 602MW81, AVCUS.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

Loading comments...