Loading...

Personne:Georges Michel Muller

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 17 août 1707
Date de décès 12 février 1781
Métier architecte


Biographie

"Maître-maçon", "Entrepreneur", ou "Architecte", selon les sources.

Georges Michel Muller est né le 17.8.1707 à Strasbourg (paroisse catholique St-Louis), fils du cordeur de bois Gaspard Müller, et d’Anne Marie Schleger.

Il se marie deux fois, la première fois en juin 1737 avec Marie Françoise Schüssler, fille de tailleur, qui décède en 1752. Il se remarie alors en 1754 avec Marie Catherine Meltzheim, fille d’un apprêteur de cuirs, cette dernière mourant en 1773.

Il décède le 12.2.1781 à Strasbourg (paroisse catholique Saint-Etienne)

Il fait son apprentissage de 1725 à 1730 chez Arnaut Lagardelle, qui sera témoin à son premier mariage en 1737, de même que Jean Rondouin, tous les deux "entrepreneurs du Roi".

En mars 1737, il présente son « chef-d’œuvre » et s’inscrit dans la tribu des maçons. On trouve tous ces renseignements dans une excellente biographie qui lui est dédiée sur le site Maisons-de-Strasbourg, de Jean-Michel Wendling 1

On rappellera qu’à l’époque, les activités de maître-maçon, entrepreneur et architecte sont synonymiques :

Ainsi, il est cité comme maître maçon sur le site officiel Culture.fr, lorsqu'il est maître d'oeuvre d'une école à Breuschwickersheim (Bas-Rhin) en 1773.

Il est par contre mentionné comme entrepreneur dans le "Dictionnaire des Monuments historiques", éd. La Nuée Bleue, 1995, page 569, concernant la réalisation du Haras national, de la rue Sainte-Elisabeth. On remarquera que concernant la même réalisation, l'ouvrage "Connaître Strasbourg", éd. Alsatia, 1988, page 186 le cite comme architecte.

Il est enfin également mentionné comme architecte dans le "Dictionnaire historique des rues de Strasbourg" (éd. 2002, page 388), qui lui consacre une petite biographie : "Architecte, il fut échevin de la tribu des maçons, auteur de la maison Janin, 31 rue des Serruriers. Il construisit sa propre maison 7 place Saint-Etienne, l'Hôtel des Deux-Ponts (sur des plans de Massol), l'Hôtel d'Ettenheimmunster 3 place de l'Hôpital, l'Hôtel de Christine de Saxe rue des Juifs. On lui attribue aussi les Ecuries royales du Haras National rue Sainte-Elisabeth".

Il est également décrit comme architecte lors de l'inscription de son décès en date du 12.2.1781 dans les registres de la Paroisse catholique St-Etienne, à Strasbourg : D.Georgius Michaël Müller Senator Magistratus hujus urbis et ejusdem quondam architectus conjux defuncta Catharina Meltzheim.

On y apprend qu'il était aussi membre du Conseil de la Ville. Les témoins au décès étaient Georges Michel Muller, inspecteur des Ponts et Chaussées, et François Joseph Muller, licencié en droit, tous deux fils du défunt (D.D.Georgio Mickaële Müller pontium et viarum inter provincia inspectore et Francisco Josepho Müller Juris utriusque licentiato defuncti filiis). 2

Adresses liées

Personnes liées

Références

  1. Maisons-de-Strasbourg : http://maisons-de-strasbourg.fr.nf/histoire/index/notices-proprietaires/georges-michel-muller/ [archive], consulté le 202/06/2018
  2. Etat civil numérisé du Bas-Rhin, Paroisse catholique St-Etienne, Strasbourg,1770-1783, page numérisée 157 / 198

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.