Loading...

Edito:Créer c'est le contraire de détruire

From Archi-Wiki

01/02/2016

Actualité Créer c'est le contraire de détruire.jpg

Depuis quelques mois j'habite en Allemagne, à Munich. Comme beaucoup d'autres villes allemandes, Munich a été lourdement bombardé pendant la seconde guerre mondiale. Pourtant c'est une ville qui a été extrêmement bien reconstruite. Bien sûr pour un œil un tout petit peu exercé les bâtiments n'ont pas tous été reconstruits « à l'identique ». La reconstruction c'est faite dans les mêmes volumes en respectant l'ancien parcellaire. Pas d'immeubles de grande hauteur au centre de Munich. Néanmoins l'architecture contemporaine est bien présente, parfois discrète et seulement dans les intérieurs, les cours, mais d'autres fois clairement et fièrement affiché en pleine ville. Ce savant mélange ancien / contemporain donne l'image d'une ville extrêmement dynamique.

Pour créer, on peut reconstruire des villes, les faire revivre, mais on peut tout aussi bien créer des bases de données et les organiser, cela pourrait être le « métier » de l'association Archi-Strasbourg. Depuis quelques mois nous avons étendu notre base de données à d'autres villes que Strasbourg. C'est pourquoi le projet s'appelle maintenant Archi-Wiki.

C'est un projet que nous souhaitons faire évoluer avec davantage de villes, d'autres langues et nécessairement plus de contributeurs. En somme ajouter plus de contenu, celui-ci n'ayant pas de limite. Il est infini à l'image de nos villes en perpétuelle transformation. L'évolution d'Archi-Strasbourg vers Archi-Wiki s'avérait nécessaire car les architectes ont travaillé dans d'autres villes et les cabinets d'architectes contemporains travaillent à une échelle nationale voire internationale.

Malgré son caractère générique « Archi-Wiki » n'est pas une fin en soi, bien au contraire. Nous n'avons aucune politique ou ambition monopolistique. Nous partageons nos données sous la forme d'opendata (données ouvertes)1 [archive] et souhaitons que d'autres projets émergent grâce à nos données.

Il y a quelques années j'ai eu peur, de par sa gratuité, que Wikipédia supprime définitivement toutes les autres encyclopédies : Encarta, Larousse, Universalis... C'est certain, le paysage des encyclopédies a changé en raison de la présence de Wikipédia, il y a moins d'encyclopédies papier, mais c'est au bénéfice des utilisateurs. Le choix existe toujours sur internet et surtout Wikipédia a permis l'existence de nombreux autres projets. Le contenu des encyclopédies est utilisé tous les jours par des dizaines de millions de personnes et il permet d'illustrer ou documenter des millions de sites.

C'est bien cela l'intérêt de créer du bien commun et partager la connaissance : faire en sorte que le contenu soit réutilisable pour tout type de projet, commercial ou non. Wikipédia engendre bien plus d'externalité positive qu'il ne fait de mal aux autres encyclopédies ou sites « concurrents».

Un contenu collaboratif est réutilisable à condition qu'il soit libre et sourcé, c'est à dire crédible.

Il arrive souvent que l'on me dise qu'il existe des initiatives similaires à Archi-Wiki2 [archive] . Je le sais et c'est tant mieux. J'y suis totalement favorable et encourage cette diversité. Encore mieux, j'espère qu'Archi-Wiki sera copié

Pourquoi copier et comment copier Archi-Wiki ?

Le croisement des données permet la création d'une oeuvre originale. C'est tout l'enjeu de l'opendata (données ouvertes).

Un exemple, grâce au partage des données de la CTS3 [archive] et avec les données d'Archi-Wiki on pourrait faire de multiples applications différentes :

  • afficher des photos des bâtiments à proximité de chaque station de tram ou bus
  • indiquer les arrêts de tram ou bus à proximité de chaque adresse
  • etc...


En croisant avec d'autres jeux de données ouverts (par exemple l'opendata de la Région Alsace [archive]) on pourrait créer encore davantage d'applications. Ce qui est intéressant c'est que les possibilités vont 'croissan't avec l'ouverture des données.

En fait ; les mêmes données mises en forme différemment, avec une structure différente, permettent d'interagir avec un autre public. Un site web par définition ne peut pas intéresser l'ensemble des internautes. C'est normal, nous sommes tous différents, et avons des goûts différents.

Un exemple : les données d'un site d'architecture pourraient être utilisées par un site d'amateurs de football qui présente l'historique des résultats des matchs. Il pourrait, pour chaque stade afficher une photo (issue d'Archi-Wiki ou d'autres sources de données), et quelques données architecturales intéressantes comme la date de construction, l'architecte et les extensions éventuelles. Le tout dans le but de rendre le contenu du site plus riche et plus ouvert.

En résumé les mêmes données, mais présentées différemment donnent des résultats très différents.

Pour utiliser les données d'Archi-Wiki c'est extrêmement simple, il suffit d'utiliser l'opendata via ce lien : http://www.archi-wiki.org/?archiAffichage=lienOpendata [archive]

Ensuite les données peuvent être extraites via un simple tableur, ou mieux, par un programme informatique pour les interpréter, c'est à dire les mettre en forme. C'est à la portée de n'importe quel informaticien.

Les données sont mises à jour une fois par semaine et davantage si nécessaire selon la nature du projet qui a besoin de nos données.

Si l'on n'est pas informaticien on peut aussi tout simplement réutiliser le contenu (des photos, des phrases ou des paragraphes entiers) en citant simplement la source. C'est ce que font généralement les étudiants, auteurs ou journalistes qui utilisent nos contenus. Nos textes sont sous Licence ouverte [archive] et la majorité de nos images sous licence Créative Commons (CC-by-SA) [archive] ou sous domaine public.

Principe de diversité au sein des bases de données

Pour illustrer ce principe de diversité nous allons prendre un exemple très simple. Imaginez 5 carrés rouge, que nous appellerons « jeu de données », dans un carré de format 5x5 qui contient 25 cases.

Voici un exemple très simple et schématique de la façon dont pourraient être organisées ces données :


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - contenu.png

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - contenu2.png

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - contenu3.png

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - contenu4.png

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - contenu5.png


Ces cinq carrés font 5x5 et n'utilisent que 2 couleurs le rouge et le blanc. Les 5 carrés sont tous différents, pourtant ils utilisent le même jeu de données.

Imaginez le résultat avec des milliards de données. La diversité c'est la vie. Un site, une entreprise, une institution ou une association ne peuvent pas avoir le monopole sur nos goûts. C'est pourquoi nous sommes convaincus au sein d'Archi-Strasbourg que nous devons partager nos données pour offrir plus de possibilités.

Les mêmes données mais sur un autre site, présentées différemment, peuvent avoir un tout autre impact. Ce qui compte au niveau des données c'est ce qu'on en fait (présentation, recherche, etc). Les fichiers bruts, c'est-à-dire les bases de données brutes, présentées le plus souvent sous forme de tableau, en dehors de l'aspect purement technique, n'ont pas d'intérêt.

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - data aw.png

Exemple de données d'Archi-Wiki sous forme de tableau

Une fois mise en forme ces données peuvent être présentées sous la forme d'un site, de statistique, etc

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - archi-wiki.png

Mise en forme des données sous la forme d'un site, ici Archi-Wiki

Ce que j'essaie d'expliquer c'est qu'avec un « habillage » (certains l'appellent aussi design ou maquette) différent mais avec les mêmes données, le site Archi-Wiki pourrait plaire à d'autres utilisateurs. Les possibilités deviennent infinies quand on commence à croiser les données d'un site avec celles d'autres sites.

Principe de diversité dans la vie

Le principe de diversité ne se limite bien sûr pas aux bases de données. Dans notre vie de tous les jours nous sommes constamment influencés par le travail des autres.

Je vais reprendre un exemple simple avec une peinture très connue: « Le déjeuner sur l'herbe de Edouard Manet, 1863 ». Ce tableau, comme d'autres créations, a beaucoup choqué à son époque. Pourtant il n'est pas arrivé par hasard et Manet c'est inspiré d'autres maîtres plus anciens. A l'inverse la célèbre création de Manet a inspiré d'autres artistes dont Picasso.

Une image valant mille mots, voici quelques œuvres qui ont inspiré ou engendré le déjeuner sur l'herbe de Manet :



Actualité Créer c'est le contraire de détruire - 1 Titien Pastoral concert.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - 2 Edouard manet le dejeuner sur lherbe.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - 3 dejeuner picasso1960.jpg


Le Concert champêtre, Titien, vers 1510 Le déjeuner sur l'herbe de Edouard Manet, 1863 Le Déjeuner sur l’herbe, Picasso, 1960


En vérité l'art contemporain, souvent incompris, tant en peinture qu'en architecture, s'inspire aussi bien souvent d'un ordre du passé. Bien qu'original, une œuvre est toujours l'influence d'une multitude d'expériences sur des choses déjà existantes.

Je ne peux m'empêcher de rajouter ici quelques images de notre monde, multicolore, une ode' à la diversité' et à la vie. Un monde en perpétuel changement et recelant les plus belles images de la diversité, tant naturelle que créée par l'homme.


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m1 desert du taklamakan.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m2 cellule-embryonnaire.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m3 famille perou.jpg


Désert du Taklamakan en Chine Cellule embryonnaire vue au microscope Péruviens

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m4 voie lactee.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m5 angkor wat.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m6 atomium.jpg


La Voie Lactée, notre galaxie au sein de l'univers Temple d'Angkor Wat au Cambodge Atomium, Bruxelles

Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m7 fleur lotus.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m8 montagne.jpg


Actualité Créer c'est le contraire de détruire - m9 giraffe.jpg


Fleur de lotus Sommet enneigé Girafes dans la savane


Pourtant le monde ce n'est pas que des images, des lieux, c'est aussi des sentiments, de la gastronomie, de la musique, de la danse, des odeurs... toute une palette de créations ou de choses naturelles que l'on doit préserver, découvrir, apprendre...

Pour en revenir à des choses plus prosaïques, avez-vous constaté combien aujourd'hui il est beaucoup plus simple de réserver un voyage, un billet de train ou faire un virement depuis internet. Pourtant toutes ces choses pratiques n'ont pas remplacé tous les guichets SNCF, les agences de voyages ou les guichets dans les banques. La vie réelle s'est réorganisée en prenant en compte les pratiques d'internet. Aujourd'hui nous avons plus de choix et gagnons du temps pour ce type de choses. Nous avons l'illusion de manquer de temps mais en réalité nous faisons plus de choses qu'avant.

Il est à parier que dans l'avenir de plus en plus de choses seront en accès « gratuit » ou tendrons vers la gratuité, tout simplement parce que c'est plus efficace. Je mets des guillemets à gratuit parce qu'en réalité rien n'est gratuit. Tout le monde sait que google et facebook ne sont pas des entreprises philanthropiques... Nous ne nous posons pas ici la question de savoir comment les agents économiques trouveront leur modèle économique, mais nous constatons simplement que c'est une tendance forte de notre monde. Après le CD à 15 €, la musique en téléchargement via iTunes à 0,99 € / morceau, nous avons maintenant la musique en ligne (Deezer etc) avec ou sans publicité, avec ou sans abonnement. Demain ce sera sans doute l'ensemble des articles de journaux, des livres, et bien d'autres services, qui seront en accès libre via internet. C'est le support et la dématérialisation qui rendent possible cette tendance à la gratuité.

Le modèle économique pour les différents acteurs-producteurs reste à trouver, mais si c'est meilleur pour la planète, meilleur pour l'homme, plus efficient, cela se fera.

Engendrer c'est créer

Par nature l'homme aime créer. Depuis qu'il est enfant il aime dessiner, bricoler, inventer, c'est à dire créer.

La création est un processus qui se renouvelle sans cesse, elle est infinie. Dans ce cas, pourquoi ne pas la favoriser et la partager pour améliorer constamment ce qui existe ?

Dans nos sociétés modernes les entreprises dépensent beaucoup de temps à innover, inventer pour créer des objets ou vendre des services. La plupart du temps les recettes de la création ne sont pas partagées car on souhaite garder une longueur d'avance sur ses concurrents ou vivre sur une rente de situation (exemple : les brevets). Ce système est pervers car il nous fait tous beaucoup travailler, souvent sur des problématiques identiques en nous mettant en concurrence et en situation de stress (que le meilleur gagne justifie-t-on !). La loi du « toujours plus » (plus de vente, plus de chiffre d'affaire, plus de dividende, etc) n'est pas bon pour l'environnement ni pour notre santé.

A t-on déjà imaginé ce que serait le monde si chacune des découvertes était constamment partagée à l'échelle planétaire en vu de l'améliorer ?

Je ne crois pas que l'être humain soit fainéant et se reposerait sur les autres pour créer ou laisser travailler à sa place. Chacun a envie et a besoin d'avoir sa place dans la société. S'il y avait une voie plus royale qu'une autre nous voudrions tous avoir la même profession.

Nous sommes tous différents et avons tous notre place dans la société, que l'on soit médecin, éboueur ou agent administratif. En vérité nous sommes tous absolument complémentaires et utiles aux autres.

Les progrès réalisés les cent dernières années sont considérables, pourtant l'avenir nous réserve des changements encore plus profonds. La société de consommation a-t-elle encore un sens et un avenir ? La concurrence et la publicité telles que nous la connaissons ? L'emploi, tel que nous l'entendons aujourd'hui ?

Tout ceci ne serait-il pas déjà obsolète et ne vivons-nous pas la dernière décennie de ce modèle ?

La nature nous impose d'être en communion avec elle car c'est elle qui nous a donné la vie et c'est grâce à elle que nous respirons. Nous nous sommes parfois éloignés de la nature et à chaque fois elle nous fait revenir vers elle (exemple avec le réchauffement climatique que l'on ne peut pas ignorer). L'enjeu démographique et les ressources limitées sur la planète tendent les rapports entre les différents pays : chacun voudrait avoir le niveau de consommation des occidentaux puisque eux en ont profité davantage pendant plusieurs décennies.

Partager, être généreux comme sait le faire la nature, voici les valeurs d'avenir. Le partage et le don sont le terreau qui favorise la création. A chaque fois qu'il y a eu de grandes catastrophes climatiques ou des attentats ces dernières années il y a eu de grands mouvements de solidarité qui se sont mis en place et les humains ont continué à avancer et à croire en l'avenir.

Nous devrions tous pouvoir comptez les un sur les autres dans notre vie de tous les jours, et ceci sans même que l'état ou les institutions n'aient à intervenir ou nous disent de le faire. S'entraider est quelque chose de naturel bien au delà de la famille ou des amis. On peut aussi aider des inconnus, des gens qu'on ne connaît pas et que l'on ne verra jamais, quel plaisir immense de participer à l'effort collectif pour que les choses avancent et que les maladies, l'ignorance et les guerres reculent !

C'est pourquoi nous avons fait ce choix au sein de notre minuscule association d'architecture de partager nos données. Nous espérons engendrer' d'autres bases de données et initiatives' pour que d'autres contributeurs nous rejoignent dans cet effort commun.

Derrière chaque écran d'ordinateur, chaque tablette, chaque smartphone, il y a un humain. Les bases de données, internet ne sont pas virtuelles mais bien réelles. Les heures que nous passons devant nos écrans c'est pour avoir une expérience plus vivante, plus précise et avoir une meilleure connaissance de la réalité que nous allons ensuite appréhender avec notre corps.

Créer plutôt que de détruire, voilà l'avenir. On peut détruire ce qui est mal, un cancer, une maladie, ce qui est mauvais pour l'homme ou la nature. Créer n'est bien sûr pas toujours positif, ne soyons pas naïf, les camps de concentration, les listes d'hommes à abattre, voilà des créations négatives dont on pourrait se passer dans l'avenir.

La création dont je parle c'est cette envie d'améliorer ce qui existe, faire en sorte que le savoir et la connaissance soient partagés, accessibles et gratuits comme l'air que l'on respire. Créer c'est la vie alors place à la diversité, à l'art, au partage et aux initiatives !

Fabien Romary

Président d'Archi-Strasbourg

Pour un meilleur confort de lecture vous pouvez Téléchargez la version PDF [archive]

Pour aller plus loin  , parmi les ouvrages qui m'ont inspiré pour écrire cet article :

  • Éloge de la fuite, Henri Laborit, 1976
  • Humain trop humain - Tome 1 et 2, Friedrich Nietzsche, 1886
  • L'Abondance Frugale : pour une nouvelle solidarité , Jean-Baptiste de Foucauld, Ed. Odile Jacob, 2010
  • L'économie qu'on aime, Amandine Barthélémy, Sophie Keller, Romain Slitine, Edition Rue de l'échiquier, 2013
  • L'effervescence du vide, Nicolas Grimaldi, Grasset, 2012
  • La longue Traîne, Chris Anderson, Pearson, 2007
  • La nouvelle grille, Henri Laborit, 1974
  • La Voie, pour l'avenir de l'humanité, Edgar Morin, Edition Fayard, 2011
  • Plaidoyer pour l'altruisme, Matthieu Ricard, Nil édition, 2013
  • Pour en finir avec la mécroissance, Bernard Stiegler, Alain Giffard, Christian Fauré, Flammarion, 2009


Voir aussi deux articles que j'avais écris sur ce sujet, publié sur Archi-Strasbourg :

- « Éloge de la Contribution » publié le 29/7/2015 :

http://www.archi-wiki.org/actualites-archi-strasbourg-106.html [archive]

- « Un contenu pour faire des découvertes » publié le 20/04/2013 :

http://www.archi-wiki.org/actualites-archi-strasbourg-69.html [archive]

Sources des images :

- Le Concert champêtre, Titien, vers 1510, http://giorgionetempesta.blogspot.de/2013/07/giorgione-and-titian-pastoral-concert.html [archive]

- Le déjeuner sur l'herbe de Edouard Manet, 1863, © RMN -Grand Palais(Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire_id/le-dejeuner-sur-lherbe-7123.html [archive]

- Picasso, Le Déjeuner sur l’herbe, 1960, http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article332 [archive]

- Désert du Taklamakan en Chine, user 6-A04-W96-K38-S41-V38, https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sert#/media/Fichier:D%C3%A9sert_du_Taklamakan.jpg [archive]

- Cellule embryonnaire vue au microscope, @DR, http://www.lavie.fr/actualite/societe/cellules-rajeunies-quelles-consequences-sur-l-embryon-03-11-2011-21558_7.php [archive]

- Péruviens, blogyvette, http://blogyvette.centerblog.net [archive]

- La Voie Lactée, notre galaxie au sein de l'univers, NASA, http://www.slate.fr/story/89075/univers-existe-pas-boson [archive]

- Temple d'Angkor Wat au Cambodge, Bjørn Christian Tørrissen, GFPDL, https://en.wikipedia.org/wiki/Angkor_Wat#/media/Fichier:Angkor_Wat.jpg [archive]

- Atomium, user Mike Cattell, CC by 2.0, https://en.wikipedia.org/wiki/Atomium#/media/Fichier:Atomium_320_by_240_CCBY20_flickr_Mike_Cattell.jpg [archive]

- Fleur de lotus, user Necocrief, Creative Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/Fichier:Fleur-lotus.jpg [archive]

- Sommet enneigé, user Bgvr, CC-by-SA 3.0, https://de.wikipedia.org/wiki/Dom_(Berg) [archive]

- Girafes dans la savane, Luca Galuzzi, CC-by-SA 2.5, https://en.wikipedia.org/wiki/Giraffe#/media/Fichier:Giraffe_Ithala_KZN_South_Africa_Luca_Galuzzi_2004.JPG [archive]

Notes dans le texte :


3 [archive]Compagnie des Transports Strasbourgeois