Loading...

Discussion personne:Auguste Haentzler (fils)

From Archi-Wiki

Scolarité

1904 : école de la Ziegelau

1908 : école Saint-Thomas

Contexte historique

Au Neudorf, il a tout d'abord vécu au 1 kleine Amerika (1904/1905), puis avec ses grands-parents maternels et parents au 26 rue de la Grossau (1905-1916).

En 1915, il travaillait au service d'architecture - gravissant plusieurs fois la flèche de la cathédrale - avant d'effectuer deux années de service militaire durant la Grande Guerre, en Prusse Orientale.

En novembre 1918, Auguste Haentzler (Musketier 148 - Regt. 446 Inf. 9 à Allenstein) rejoint Strasbourg à pied puis en train, depuis l'hôpital militaire de Munich, avec quelques alsaciens. Les bureaux du 26 rue de la Grossau (Strasbourg-Neudorf) étaient transformés en logements pour soldats allemands, depuis août 1914.

En 1919, le cabinet de son père recherche un apprenti via les journaux de l'époque, il avait 21 ans.

Son futur beau-père, Auguste Kappler (Kappeler)1, né à Mulhouse, de parents allemands (Badois), vivants à Strasbourg depuis 1871, était charpentier, contre-maître (puis maître-charpentier) à Neudorf.

En 1922, Auguste Haentzler (fils) a vécu au 55 route de Colmar. Son fils, André né en mars 1923.

Entre 1938 et 1940, Auguste Haentzler (fils) est référencé au 12ème régiment d'artillerie (Haguenau). Réserviste au 46ème régiment d'infanterie en 1928.

Entre 1939 et le 20 juillet 1940, sa famille (dont son fils André) est évacuée au 18 rue Victor Hugo à Périgueux.

16 juillet 1940, des bombes incendiaires tombent sur les bureaux du Neudorf (secteur rue Simonis, chemin du Tabac, Place du marché, rue Joseph Guerber).

22 juillet 1940, Auguste Haentzler (fils) est revenu sur Strasbourg depuis Périgueux. Sa lettre évoque des étapes à Poitiers, Tours/Sens. À cette date, les alsaciens mettent environ 8 jours pour faire le trajet. Les travaux de gros-œuvre au bureau et à leur maison, dureront plusieurs mois. Les premiers jours de son "retour", Auguste Haentzler (fils) rendra visite à plusieurs clients "historiques" (Fénétrange, Matzenheim), puis ira à Barr (pour ses parents).

Ses lettres à sa famille nous informent, fin 1940, que les "diplômes sont confirmés" ou que les "bacheliers doivent effectuer un stage (travaux pratiques) de 6 à 12 mois".

Auguste Haentzler (père) réalise divers petits travaux (plans de situation, estimations) en 1941. Les réalisations d'immeubles et gros chantiers, feront leur retour après 1943, du côté du Hohwald (pensions Ledig, Hazemann, villa Vogel, puis hôtel Idoux après 19482 ; 3). Les architectes A. Haentzler & fils étant chargés des estimations, dossiers de destructions et de reconstructions, dont des îlots de village à Drusenheim et Schirrheim, pensionnats et édifices religieux.

Un aperçu général peut se résumer aux travaux référencés à cette période pour le Source:Cabinet_A._Haentzler.

Auguste Haentzler (père) était encore "actif" en même temps que son petit-fils !

Autre

  • Dossier aux archives départementales du Bas-Rhin, relatif à la première guerre mondiale (1914-1918), avant 1931. HAENTZLER, Auguste, Joseph - 718 D 200/21
  • Épisode de la cathédrale

source : Novembre 18 en Alsace - album du cinquantenaire, par Jacques Granier, 1969 - éditions des Dernières nouvelles de Strasbourg [archive]. (suite [archive])

Les bateaux de l'époque furent en majorité endommagés ou détruits.

à éclaircir

"D'octobre 1940 à décembre 1944, sous l'occupation allemande, il occupe les fonctions d'architecte à l'inspection des bâtiments publics de Strasbourg nord (Hochbauamt Strassburg nord)."

La période complète (1940-1945) ne correspond pas totalement !

Par ailleurs, Auguste (père) est resté en Alsace pendant cette période. Ce dernier était sapeur-pompier (IIème section des sapeurs-volontaires de Strasbourg , 1927-1929). Ce poste de "surveillance" des bâtiments publics pourrait mieux correspondre à ses compétences lors de l’évacuation de Strasbourg en 1939. Âgé de 65 ans en 1940, est-ce qu’il aurait continué à travailler comme architecte ?

Par ailleurs, une réelle « collaboration » avec l’administration de l’époque paraît peu probable à la vue des responsabilités locales du cabinet après 1948.

Enfin, le plus jeune frère d’Auguste (fils), avait 22 ans en 1939... avec un retour de Tambow le 22 octobre 1945. André, son fils, avait 16 ans en 1939 et 22 ans en 1945. Entre les proches, amis, voisins qui ne sont plus là en 1945 et l’histoire familiale, ces quelques lignes peuvent prêter à confusion !

Est-ce un réel rôle pendant l'occupation ? Toute la période 1939-1945 ?

Auguste (fils) réalisait des photos de Strasbourg et environs depuis, au minimum les années 30. Un ancien étudiant à Paris, dans la réserve de l’armée française (mobilisé entre 1938 et 1940 à Haguenau), peut-il avoir un poste administratif entre 1943 et 1945 sur Strasbourg ? Auguste (père) effectuait des copies de relevés (alignements, arpentages, plans) sur Strasbourg en 1941. Son passé dans la sécurité (pompier, architecture) et son histoire (né en 1875) correspondent « mieux » au « poste » (métier).

Une référence serait bienvenue car le cabinet était inaccessible après juillet 1940 et Auguste Haentzler père et fils4 ne sont parfois pas différenciables sur les documents administratifs.

  1. Occupant puis propriétaire d'une maison au 15 rue de la gravière / 1 rue du Héron à Strasbourg-Neudorf, entre 1900 et 1922. Décédé le 23 septembre 1942.
  2. un(e) spécialiste de cette histoire sombre serait bienvenu(e) car la localisation a une portée historique; "la ferme Idoux se trouvait sur le lieu-dit du Struthof"..., voir également https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA67013270 [archive] ; https://www.youtube.com/watch?v=2cARH5UE0YI [archive]
  3. source secondaire (archives familiales) : semaine de mobilisation (24 septembre 1938 - 1er octobre 1938) - hébergement à l'hôtel Idoux (Hohwald)
  4. source : CV de Auguste Haentzler (fils) - https://www.archi-wiki.org/Personne:Auguste_Haentzler_(fils)#comment-10040 [archive]