Loading...

Square Pfeffel (Colmar)

From Archi-Wiki
Square Pfeffel DSC04137.jpg

Grand'Rue (Colmar)

Image principale
Chargement de la carte...
Structure place

Date de construction 1927
Sculpteur Charles Geiss
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Square Pfeffel

Le Square Pfeffel se situe Grand'Rue, il est voisin du Tribunal de Grande Instance et proche du 41 Grand'Rue, maison natale de Théophile Conrad Pfeffel ( 1736-1809).

Pfeffel, "poète et pédagogue" est connu pour avoir ouvert une école militaire à Colmar, 15 rue Chauffour.

«Souvent qualifié de « La Fontaine alsacien », il est le promoteur de la fable politique allemande. Véritable médiateur entre la culture française et allemande, il a traduit de nombreux textes dans les deux langues.»1

Statue de Pfeffel (1927)

Date 1927
Sculpteur Charles Geiss

Dans l'Agenda 2006 de la ville de Colmar2, on apprend l'histoire du monument érigé à la mémoire de Pfeffel.

«La statue de Théophile Conrad Pfeffel, dans le petit jardin à côté du Tribunal de Grande Instance, a été réalisée en 1927 par le sculpteur colmarien Charles Geiss.»

Elle remplace une statue réalisée en 1859 par le sculpteur André Friederich.

Le monument de Friederich était placé devant la façade est du musée d’Unterlinden.

Façade à pignon, vestige du Wagkeller

Depuis le square Pfeffel, à l'arrière du Palais du Conseil Souverain (Tribunal de Grande Instance), une façade à pignon de style gothique tardif avec des parties Renaissance attire l'attention. Il s'agit d'un vestige du Wagkeller qui appartient à l'histoire colmarienne.

Le Wagkeller est cité pour la première fois en 14O8.

Son appellation varie: Trinkstube en 1410, Herrentrinkstube en 1434.

"Dès 1459, le Wagkeller fit également fonction d'Hôtel de ville et la conserva avec quelques interruptions jusqu'à ce qu'il dût céder sa place au Conseil Souverain d'Alsace en 1698."

Wagkeller signifie caveau à la balance. En 1595, Nicolas Börlin, sculpteur municipal couronna la façade de l’hôtel de ville d’une statue tenant d’une main la balance, de l’autre le glaive, symbolisant la justice et rappelant ainsi l’origine du nom Wagkeller.

Une réplique de la statue couronne actuellement le fronton du Tribunal de Grande Instance, ancien Palais du Conseil Souverain qui remplaça le Wagkeller.

Dans son article: "Une société et une auberge de notables sous l'ancien régime", Francis Lichtlé mentionne une autre origine possible du nom Wagkeller, proposée par Lucien Sittler.

Wagkeller viendrait de Watkelre (Wat=Tuch=drap) qui signifierait plutôt la cave où étaient entreposés les draps. La première halle aux draps est effectivement mentionnée dès 1226, sur la place du Marché, actuelle place du Marché-aux-Fruits, devant le Palais du Conseil Souverain.

L'ensemble architectural était complexe avec des acquisitions successives sur la propriété du couvent des Augustins. Il a été reconstruit en 1532, rénové en1769/71.

Ce qui subsiste ne permet pas de mesurer l'importance du bâtiment. Les Archives conservent des dessins du Wagkeller antérieurs aux remaniements du XVIIIe.

Le Wagkeller était à la fois une société , un cercle de notables de la ville et une auberge, lieu de réunions et de festivités mais aussi lieu où séjournaient les hôtes de passage, princes, ecclésiastiques...

Ainsi "en route pour Strasbourg Louis XIV s'arrête à Colmar le 21 octobre 1681 et loge au Wagkeller..." Il y reviendra en 1682 et 1683.

Au Musée Unterlinden, dans la salle du Trésor des Trois Epis, se trouve une cheminée provenant du Wagkeller.

Statue de Pfeffel devant le musée Unterlinden

Date 1859 à 1918
Sculpteur André Friederich

De 1859 à 1918, le monument Pfeffel se trouvait devant le musée d'Unterlinden.

«Pour le cinquantenaire de la mort du poète et pédagogue Théophile-Conrad Pfeffel (1736-1809), le sculpteur André Friederich, de Ribeauvillé, fit don à la ville de Colmar d'une statue qui fut érigée devant le musée d'Unterlinden. Elle a été inaugurée le 5 juin 1859 en présence du maire Hercule de Peyerimhoff. Les intempéries ayant rapidement usé la pierre, une galvanoplastie exécutée par la "Galvanoplastische Kunstanstalt" de Geislingen remplaça le monument original en 1899.»3

La statue, réalisée en 1859 par le sculpteur André Friederich , s’était abîmée et avait été remplacée par une copie en bronze en 1899.

En septembre 1918, la copie fut enlevée et amenée à Francfort afin d’être fondue pour les besoins de l’armement.

Le monument a donné son nom au Restaurant Pfeffel, voisin du musée d'Unterlinden.

Médaillon de Jean-François Reubel

Dans le square, à droite sur le mur de la façade latérale du Tribunal, on peut voir un médaillon en grès blanc à l'effigie de Jean-François Reubel, célèbre avocat du Conseil Souverain.

«C'est sous sa présidence que furent ratifiés, en 1701 les "Droits de l'Homme et du Citoyen".»4

Voir 5 rue Saint Nicolas, une autre plaque commémorative.

Références

  1. https://www.tourisme-colmar.com/fr/portraits-de-colmariens/66-theophile-conrad-pfeffel [archive]
  2. Agenda 2006 de la ville de Colmar (Livre) page 103, téléchargeable en pdf. [archive], consulté le 23/01/2018
  3. Colmar_au_début_du_siècle_(Livre), Promenade illustrée dans les vieux quartiers, Bernard Grandadam, Jean Luc Eichenlaub, Editions du Rhin, 1988, page 50, avec une photo de la mise en place de la galvanoplastie
  4. Colmar, Circuit-Découverte, Les Couloirs du Temps, page 38.

Sources

- Colmar et la mémoire des pierres, site d'Etienne Biellmann [archive], consulté le 23/01/2016.

- Wikipédia [archive], consulté le 23/01/2016.

- "Entre le cœur et la raison Théophile Conrad Pfeffel (1736-1809), poète et pédagogue", blog de l'historien Gabriel Braeuner [archive], consulté le 23/01/2016.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jocelyne BOES

39 months ago
Score 0
"Pfeffel devant Unterlinden", placé ici, en lien avec la nouvelle statue dans le square, afin de ne pas surcharger l'adresse Unterlinden.