Loading...

Rue Sainte Hélène (Strasbourg)

De Archi-Wiki

rue Sainte Hélène

Image principale
Chargement de la carte...
Structure rue

Date de rénovation 2003
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Historique du nom de la rue 1

Date environ 1300

La rue Sainte-Hélène est une voie piétonne, peu commerçante, qui relie la rue du Fossé des Tanneurs à la rue Sainte-Barbe.

Elle dispose de quelques éléments remarquables, comme un immeuble avec de superbes peintures en trompe l'œil (n°9)

L'historique du nom de cette rue est très complexe, difficile à résumer et source de surprise, puis qu’aucune Sainte-Hélène n'est révérée ici, comme on le verra :

- Du XIIIe au XVe s., on est ici "au quartier des Pelletiers" = Under Kürsenern (Strasse)

- Mais en 1330, la voie s'appelle aussi In der Hellen, ou Hellengasse, du nom de la famille Zur der Hellen, de Inferno, dont le nom proviendrait de Helle désignant un lacis de ruelles sombres et sinistres.

- Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 93, précise encore que la parenté avec le mot Hölle, "enfer", explique l'appellation Höllengasse en 1735, et "rue de l'Enfer" en 1765.

- En 1792, à la Révolution, c'est donc un comble !, son nom devient "rue Sainte-Hélène" (par confusion avec Hellen), avec des aléas comme "rue du Civisme" (1793), ou "rue de l'Enfance" (1794), etc...

- En 1817, on se souvient de l'ancien nom puisqu'elle elle est appelée "rue Ste Hélène plutôt de l'Enfer, Höllen-Gasse"...

- Depuis 1872, elle est définitivement "rue Sainte-Hélène" (alternativement en allemand ou en français).

N.B. : Dans une autre source, on trouve la précision suivante : jusqu'en 1794, la rue Sainte-Hélène n'était qu'une impasse et s'arrêtait à la hauteur de la rue du Savon, au coin de laquelle s'ouvraient les cours du Poêle des Tanneurs et du Poêle des Drapiers.2

Rénovation

Date 2003

Le pavage de la rue a été entièrement refait en 2003.


Références

  1. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre)
  2. Strasbourg Historique et Pittoresque Ad. Seyboth (page 391

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 18 mois
Pointage 0
Merci pour votre commentaire, Jean-Michel Wendling, car comme toujours ils sont très avisés. En fait, j'avais simplement cité le contenu de la notice du DHRS, éd. 2002, page 93, et c'est vrai que j'aurai bien du mal à séparer le bon grain de l'ivraie ! Cependant, concernant la mention de l'impasse, c'était le fait d'une modification par un autre contributeur, et je l'avais placée exprès à la fin de la notice, en précisant qu'elle émanait d'une autre source que le DHRS, mais malencontreusement, j'avais oublié de supprimer sa première mention, replacée ensuite en fin de notice. Ce que je vais faire illico. Encore merci !

Jean-Michel Wendling

Il y a 18 mois
Pointage 0

Il est hasardeux de faire provenir le nom de famille Helle (Zur Hellen) d’un nom de rue. D'autant que l' « lacis de ruelles » est typique du XIX° ou même du XX° dans sa représentation du Moyen-Age. Seyboth traduit fort bien Helle par enfer, nom qu’on retrouve d’ailleurs en français, par exemple Denfert dans Denfer-Rochereau. Il fait aussi fort bien remonter au XVIII° siècle les premières mentions de Helenengasse (rue Sainte-Hélène). La substitution phonétique est encore facilitée par Sainte-Hélène qui désigne l’un des cimetières de la Ville, avec Saint-Gall et Saint-Urbain (Kurbau).

Il est assez inapproprié de parler d’impasse puisque la rue du Savon prolongeait la rue Sainte-Hélène.

Roland burckel

Il y a 18 mois
Pointage 0
j'avoue que je n'avais pas vu que tu avais déjà mis un historique car je n'avais pas lu le contenu de la page.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 18 mois
Pointage 0
Roland, quel intérêt d'écrire un doublon de l'historique de cette rue, alors qu'il y aurait tant de choses plus urgentes à améliorer sur le site ?