Loading...

Parc de l'Orangerie (Strasbourg)

From Archi-Wiki

parc de l' Orangerie (Strasbourg)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1692
Architecte Le Nôtre
Structure Jardin / Parc

Date de construction 1895
Architecte Johann-Karl Ott
Structure Jardin / Parc

Date de construction 1895
Sculpteur Alfred Marzolff
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de construction 1899
Sculpteur Albert Schultz
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de construction 1903
Architecte Fritz Beblo
Structure autre

Date de construction 1905
Sculpteur Alfred Marzolff
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de construction 1993
Sculpteur Jean Claus
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de rénovation 23/5/2013
Structure Jardin / Parc

Classement Monument Historique 25/3/1993
Consultez les 9 actualités de l'adresse


Parc de l'Orangerie

Date 1692
Architecte Le Nôtre

Le Parc aurait été dessiné par André Le Nôtre en 1692 et doit son nom à l'orangerie (138 orangers plantés après la Révolution).

Dans un document diffusé par les archives de la ville on peut lire "L'agencement initial des allées et des plantations s'inscrit parfaitement dans les conceptions françaises des jardins au XVIIème siècle, mais rien ne permet d'affirmer que Le Nôtre a contribué à la réalisation de la promenade"1.

Le tracé géométrique de la première promenade plantée d'arbres remonte au XVIIème siècle. Le parc, sans doute conçu par Antoine du Chaffat, fut aménagé à partir de 1740.2

Un pavillon de plaisance fut construit en 1804 en l'honneur de l'impératrice Joséphine qui aimait s'y promener avec Napoléon.

Le parc fait actuellement 26 hectares.

Aménagement du parc

Date environ 1895
Architecte Johann-Karl Ott

L'aménagement du parc fut l'œuvre de l'architecte de la ville Ott et du jardinier en chef Kuntz.

Le dessin des allées et du lac fut modifié, en accentuant les courbes et les arabesques.Il s'agissait toujours d'un parc à l'anglaise,mais interprété selon le goût de 1900.

Terrasse au bord du lac

Terrasse construite au bord du lac. La base Mérimée la décrit comme un « exèdre surmonté d'un garde-corps en pierre, et occupé par deux bancs en pierre à montants en protomé de griffon ». L'eau de la cascade, provenant du rocher, la traverse avant de s’écouler dans le lac. Des photographies de cet ensemble, prises en 1895 sont également visibles sur la page consacrée à l’exposition de 1895 [archive] dans le parc de l’Orangerie.

Monument de Victor Nessler

Date 1895
Sculpteur Alfred Marzolff

Buste du compositeur Victor Nessler, oeuvre d Alfred Marzolff, situé en face du Pavillon Joséphine à l'Orangerie. Victor Nessler était né le 28.1.1841 à Baldenheim, fils du pasteur du lieu, et décédé le 28.5.1890 à Strasbourg. Auteur de cantates et opéras, dont Fleurette (1864), Der Rattenfänger von Hameln (1879) et Der Trompeter von Säckingen (1884), il était avec E. Schuré un ardent défenseur de Wagner, à la recherche des vieilles légendes germaniques, à la manière de Goethe et Herder. L'oeuvre entier de Nessler se trouve à la "Staatsbibliothek" de Munich.

Son ami, le critique et historien Edouard Schuré disait de lui qu'il était "un grand garçon énergique, d'apparence rude, d'une indépendance sauvage, au fond d'une extrême sensibilité. Lorsqu'il improvise au piano, avec ses cheveux bruns bouclés et ses yeux bleu foncé, ce paysan du Danube devient beau et semble vraiment inspiré..."

Sa tombe se trouve au cimetière Saint-Gall. Elle consiste en une "dalle inclinée en granite moucheté, signée Hatz Frères à Colmar,(et) est ornée d'une belle inscription en lettres de bronze, surmontée d'une lyre, d'une plume et d'une branche de laurier, symbole de la gloire qu'a connue le musicien".

Une rue de Strasbourg porte son nom dans le quartier des Musiciens, donné en 1913 (Nesslerstrasse). Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg précise qu'en 1940, "l'administration allemande n'a pas changé le nom puisqu'il s'agissait d'un compositeur alsacien".

Gänseliesel3

Date 1899
Sculpteur Albert Schultz

Statue de "Lison à l'oie" traduction littérale de Gänseliesel [archive]4, réalisée en 1899 par Charles Albert Schultz.

En 1898 l'architecte en chef de la ville de Strasbourg commanda au jeune sculpteur un sujet destiné à la fontaine dans l' enceinte de la grande halle aux légumes ( l'Ancienne Douane ) près de la Place du Corbeau. Un an après le bronze était mis en place. C'était une jeune alsacienne tenant au bras un panier de légumes qu' elle venait d'acheter et qu' une oie voulait lui voler.

A cause des fenêtres gothiques très basses l' éclairage de la halle était tellement mauvais qu' il fallut sur le champ redescendre le statue et lui trouver un autre emplacement. Le bronze fut entreposé dans les couloirs du Château des Rohan dont le directeur était Adolphe Seyboth. On laissa le soin à Albert Schultz de trouver dans la ville l' emplacement qui lui paraissait être le plus favorable pour son bronze. Il proposa la place Saint Etienne où l' on a plus tard érigé le Meiselocker. Il se décida pour un jardin public. En 1900 la statue d' Albert Schultz y fut montée sur un simple socle; la fontaine de la halle aux légumes resta orpheline.

Charles Albert Schultz (1871-1953), fils d'un ébéniste, il fit ses études aux Arts Déco de Strasbourg, puis à Munich (NDBA)

Zoo

Date 1903
Architecte Fritz Beblo

Le zoo a été construit en 1903 par l'architecte de la ville Fritz Beblo5.

Le bâtiment conçu par Beblo en 1903 présente un plan légèrement courbé avec une rotonde coiffée d'un dôme à l’impériale à chacune des deux extrémités, et des lucarnes à jouées galbées à l'aplomb et dans l'axe des deux grandes façades.

Les plans, coupes, élévations et perspectives du projet sont numérisés sur le site internet des archives de la ville [archive] (cote 843W325 - vues 16; 22; et 23)6.

Après un versement d'une subvention de 270 000 euros en 2015, une demande supplémentaire de 40 000 euros pour boucler le budget a été demandée..et acceptée !7

3/2017: Le zoo va devenir un parc zoologique à faune locale ; trois scenarios sont à l'étude, une concertation publique suivra. La mini-ferme va être réhabilitée à partir de septembre 2017.8

Site de l'Association des Amis du Zoo de Strasbourg [archive]

Historique du zoo sur le même site

Hercule terrassant le lion9

Date 1905
Sculpteur Alfred Marzolff

La statue d' Hercule terrassant le lion est une oeuvre de Alfred Marzolff.

On sait que ce héros grec est plus connu sous son nom latinisé, que nous avons reproduit ici. Mais il s'agit bien d'Héraclès, "l'homme le plus fort de la terre ! Rien de ce qui vit dans l'air, la mer ou la terre ne peut jamais le vaincre".

Sa victoire sur le lion de Némée a été le premier de ses douze travaux. Ayant d'abord fait usage de son épée et de sa massue, il comprit rapidement que ses armes ne lui serviraient à rien. Il se précipita donc sur le monstre à mains nues et il étouffa la bête.10

Information11

Date 25/3/1993

Classement parmi les Monuments Historiques le 25/03/1993 : Parc de l'Orangerie y compris les divers éléments: fabrique, fontaines, groupes sculptés, éléments immobiliers transplantés dont la liste suit: pavillon de l'octroi, temple circulaire décastyle, dit temple de l'Amour, bâtiment principal du zoo, maison dite Buerehiesel (partie ancienne), cascade-butte en rocaille et pont à garde-corps en fer forgé, rocailles diverses, kiosque en pan-de-bois à proximité du lac, exèdre surmonté d'un garde corps en pierre et occupé par deux bancs en pierre à montants en protomé de griffon, charmille avec deux piliers, banc en pierre dans la niche de verdure communiquant avec la charmille, fontaine à bassin en tombeau à proximité de la charmille, fontaine à deux vasques circulaires superposées située à l’extrémité de la charmille, fontaine en fonte, à deux vasques circulaires superposées, située devant la façade postérieure au pavillon Joséphine, deux petites fontaines-colonnes en fonte à couronnement en forme de pagode, groupe sculpté "Gänzeliesel" (Albert Schultz,1899), buste du compositeur Victor Nessel (Alfred Marzolff,1895) et groupe sculpté: Hercule terrassant le lion (Alfred Marzolff).

Les Amours du poète12

Date 1993
Sculpteur Jean Claus

Fontaine de Jean Claus, réalisée en polyester et fibres de verre en 1993. Elle emprunte son titre à un poème de Heinrich Heine.

Nouvel éclairage13

Date 23/5/2013

Un nouvel éclairage est en place dans les allées de l'Orangerie, pour le bonheur des promeneurs et joggers du parc, entre 5H et 23H, prolongé jusqu'à 2H du matin pour les accès aux restaurants et au Pavillon Joséphine.

141 lampadaires de style classique mais avec LED ont été installés pour un coût de 700 000euros,

un investissement qui vise à terme une baisse de la facture énergétique.

Les luminaires trop proches des animaux ont finalement été supprimés.

Par ailleurs, les chemins ont été redessinés et bénéficient d'un nouveau revêtement.

Le prochain chantier est celui de la mini-ferme, la cabane aux livres incendiée en 2012 n'a quant à elle pas encore trouvé son nouvel emplacement.14


Autres vues sur cette adresse


Références

  1. Exposition des archives en 2004 "Parchemins et jardins" et sa ressource en PDF [archive] (lien coupé, vérifié le 8/4/2017)
  2. site de l'ADT67 [archive]
  3. DRAC (site internet)
  4. wikipédia [archive]
  5. Département Animation du patrimoine, service Action culturelle, direction de la Culture, Parcours: Le parc de l'Orangerie [archive], juin 2016, p.5, version pdf consultée le 19/1/2020
  6. consulté le 19/1/2020
  7. DNA du 22/9/2015 [archive]
  8. DNA du 22/3/2017 [archive]
  9. http://artnouveau.pagesperso-orange.fr/fr/artistes/marzolff.htm [archive]
  10. Paule du Bouchet : La mythologie grecque adoptée par les Romains, éd. Hatier, 1986, page 54.
  11. Mérimée_(site_internet) Notice Mérimée PA00085186 [archive] consulté le 21/1/2020
  12. Petit-patrimoine.com (site internet) - http://petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=67482_71 [archive] , consulté le 19/1/2020
  13. DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace (journal quotidien)
  14. DNA du 25/05/2013 [archive]

Annexes

Sources

1) Yves Kilian, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 28, pages 2820 et 2821)., 2) Wolfram Zink, in Almanach luthérien 1991, pages 110-111, 3) Guide du cimetière Saint-Gall, 2008, Ville de Strasbourg, page 23, 4) Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, pages 195, et389).

Lien externe

- DNA du 22/7/2012 en allemand (auf Deutsch) [archive]

- journal L'Alsace [archive]

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Mais je n'ai pas pu m'empêcher d'aller sur place et d'essayer de nouveaux clichés. Je constate que l'emplacement est très arboré et que la statue passerait presque inaperçue. Cela peut être une chance, pour échapper aux dégradations, du style des tags. Il n'empêche qu'elle gagnerait peut-être à être mieux mise en valeur.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Superbe, ta photo de 2012, Roland, de Hercule terrassant le lion ! Mr. Grégoire Mathias m'a confirmé que cette sculpture est sans aucun doute possible de Alfred Marzolff. J'ai donc confirmé la chose sur la fiche.

Anne-françoise auberger

39 months ago
Score 0
Le parc a été classé sixième des dix plus beaux parcs de France, par le site internet participatif TripAdvisor, qui prend en compte la quantité et la qualité des commentaires déposés.1

Fabien Romary

39 months ago
Score 0

Dans un document diffusés par les archives de la ville on peut lire "L'agencement initial des allées et des plantations s'inscrit parfaitement dans les conceptions françaises des jardins au XVIIème siècle, mais rien ne permet d'affirmer que Le Nôtre a contribué à la réalisation de la promenade"2.

Sur le site de l'office du tourisme du Bas Rhin (ADT67) on peut lire aussi :

"Le tracé géométrique de la première promenade plantée d'arbres remonte au XVIIème siècle. Le parc, sans doute conçu par Antoine du Chaffat, fut aménagé à partir de 1740."3

Voila de quoi mettre de l'eau au moulin concernant la paternité du Parc et savoir si Le Nôtre est l'auteur du tracée initiale de la promenade.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
J'ajoute encore cette petite pièce au dossier de la Gaenseliesel : Hans Haug (1890-1965), (dit Balthasar), une référence puisqu'il était conservateur, puis directeur des Musées de Strasbourg, décrit Albert Schultz dans l'Art en Alsace (Arthaud, 1962, page 185,) comme un artiste "honnête et traditionnel". Il évoque l'"Alsacienne aux oies", mais ne traduit pas le terme Gaenseliesel, qu'il évoque curieusement au masculin en écrivant : "le Gaenseliesel". Bref le débat n'est pas tranché, mais on ne peut pas dire que l'éloge soit dithyrambique !

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
La Bible n'est pas une bible, disait le regretté Gabriel Vahanian! Bon, ce n'est pas le sujet ! Tous les Strasbourgeois de souche connaissent la "Gänseliesel" sans avoir jamais eu l'idée de traduire ! Le revers de la médaille, c'est que cette oeuvre et son auteur, sont le plus souvent ignorés des études sur les étapes de l'Art alsacien, même anciennes (exemple : "Saisons d'Alsace " n° 47 (1973), consacré aux artistes d'Alsace. L'oeuvre et l'artiste sont rangés dans la catégorie "folklore", qui veut dire, malheureusement, que cela ne mérite pas d'être pris au sérieux ! Dans ma petite bio sur Albert Schultz, j'évoque le soixantième anniversaire de sa mort dont l'échéance approche. Le Musée d'Art Moderne de Strasbourg, qui conserve quantité de ses oeuvres, aura-t-il à coeur un jour de rendre hommage à ce genre d'artiste trop vite rangé dans la catégorie "populaire"?

Fabien Romary

39 months ago
Score 0
Je suis d'accord que Wikipédia n'est pas la bible, par contre "gardeuse d'oie" n'a pas le même sens que "Liesel à l'oie". Personnellement en lisant la traduction initiale je n'avais pas compris que "Liesel" était un prénom. Je veux bien faire un compromis en écrivant "Lison à l'oie" sauf bien sur si tu as une source plus fiable que wikipédia pour la "gardeuse d'oie" que tu propose.

Roland burckel

39 months ago
Score 0
Wikipédia n'est pas la bible.

Fabien Romary

39 months ago
Score 0
j'ai rajouté ma source pour cette traduction de Gänseliesel, qui est wikipédia [archive], avant ma modification Gänseliesel avait été traduit "Liesel à l'oie". Voir l'historique de la modif [archive]

Roland burckel

39 months ago
Score 0
Gänseliesel se traduit par la gardeuse d'oie, personne n'a jamais entendu parler d'une Lison aux oies.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Concernant le sculpteur Albert Schultz, j'ai "posté" dans sa bio sur Archi-Strasbourg la notice du N.D.B.A. Dans un ouvrage sur le Quartier des XV et l'Orangerie, rédigé par des membres de l'A.D.I.Q., éd. Oberlin, 1985, on peut lire par ailleurs que la "Gänseliesel" lui fut "commandée en 1898 par l'architecte de la ville, M.Ott, et (qu'elle était) destinée à la grande halle aux légumes à la place du Corbeau (l'Ancienne Douane). Mais l'éclairage y était tellement mauvais qu'il fallait trouver un autre emplacement. C'est le sculpteur lui-même qui choisit l'Orangerie. C'est en 1900 que sa statue fut montée dans le parterre de fleurs." On lit encore que "Albert Schultz, devenu veuf et ayant perdu sa fille, a légué à la ville de Strasbourg sa villa avec son atelier" (page 20)

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0
Charles Albert Schultz était l'oncle de mon grand père paternel et helas a finit sa vie seul car a été contraint pendant la guerre à faire le buste d'Hitler , Y a t il d'autres de mon grand oncle visible aujourd'hui car j'aimerai retrouver sa trace , en mémoire de mon grand père qui a été le seul à garder une petite statuette de lui ?

Yves CLADY

39 months ago
Score 0

En réponse à Hector Garcia (cf. commentaire du 23/11/2011), la fontaine "Le singe et le dauphin" se trouvait derrière le pavillon Joséphine, à quelques mètres, sur la droite, à l'opposé de la statue "Gänseliesel" qui se dresse toujours devant la façade latérale gauche de cet édifice.

Je l'ai photographiée à cet endroit au début des années 90, peu avant son déménagement au MAMCS en 1994.

J'ajouterai ce cliché sur la page d'Archi-Strasbourg consacrée à l'Orangerie... quand j'aurai ouvert mon compte de membre contributeur, prochainement.

J'ai découvert cette fontaine dans mon enfance, au début des années 50...

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0

Merci beaucoup Wilfred pour ton information, c’était très intéressante.

Bon weekend

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Oui, c'est là. J'aime bien aussi l'oeuvre de Jean Claus, juste un peu moins que l'autre !

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0

Merci Wilfred et Fabien de vos gentilles réponses.

Une question Wilfred, dans le parc de l'Orangerie vous vous rappellez où a été la sculpture "Le Singe et le Dauphin" ? Je sais qu'elle était à côté du Pavillon Joséphine, mais où? C'est le même endroit où il y a maintenant "les Amours du Poète" de Jean Claus?

Merci d'avance.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Après une rapide consultation sur internet, ainsi que d'après T. Rieger, dont la notice date de 1998, l'oeuvre serait aujourd'hui au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. A vérifier.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Je l'ignore, mais je contemplais souvent cette fontaine dans ma jeunesse ! D'après Théodore Rieger, qui consacre dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, n° 31, page 3229,une longue notice au sculpteur, médailleur et céramiste, Ringel , cette fontaine était visible à l'Orangerie jusqu'en 1994. Cette scène illustre la fable de La Fontaine "Le Singe et le Dauphin", inspirée d'une fable d'Esope. Ayant pris le singe pour un homme, le dauphin est déçu de la réponse de ce dernier, lorsqu'il lui demande au cours de leur voyage vers Athènes, s'il connaît Le Pirée. Le singe lui répond en effet qu'il le voit tous les jours et que c'est un ami. De déception le Dauphin replonge le Singe et va trouver quelque homme afin de le sauver. On trouve une photo de la fontaine, dans le livre sur le Quartier des XV et l'Orangerie, par des membres de l'A.D.I.Q., éd. Oberlin, 1985.

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0

Bonjour à tous,

Je souhaiterai savoir si quelqu'un d'entre vous connaissait, où exactement a été installée la fontaine "Le singe et le dauphin" de Jean-Désiré Ringel, au Parc de l'Orangerie ?

Merci d avance pour votre aide.
  1. DNA du 18/06/2014 [archive]
  2. Exposition des archives en 2004 "Parchemins et jardins" et sa ressource en PDF [archive]
  3. site de l'ADT67 [archive]