Loading...

Palais Universitaire (Strasbourg)

From Archi-Wiki

9 place de l' Université

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1879 à 1884
Architecte Otto Warth
Structure Bâtiments publics
Courant architectural Néo-Renaissance italienne

Date de transformation environ 1940
Structure Bâtiments publics

Date de restauration 2002
Architecte Nunc Architectes

Date de restauration 2010

Date de rénovation 2016
Agence d'architecture NKS Architecture 2.0

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 21/5/1990
Classement Monument Historique 21/5/1990
Consultez les 25 actualités de l'adresse


Le projet du campus et le concours du Collegiengebäude

Date 1875
Architecte Hermann Eggert


Le projet du campus universitaire

Suite à la fondation de la Kaiser-Wilhelms-Universität en 1872, la conception du plan de l’ensemble du campus universitaire est confiée à Hermann Eggert à partir de 1875. Le campus principal se déploie sur les terrains des anciens remparts au nord de la ville1, dans l'emprise de la future Neustadt, alors que le plan d'extension de celle-ci n'est même pas encore élaboré2. Il s'agit de créer une institution honorant "la supériorité de la culture et du génie scientifique allemands3".

Le plan d'Eggert est présenté l'année suivant sa nomination, en 1876, et retravaillé jusqu’en 1878. Il propose de séparer le campus en deux entités distinctes en isolant les sciences médicales du côté de l'hôpital civil. Toutes les autres disciplines seront accueillies sur le site principal au nord de la ville, dans des instituts agencés autour d'un jardin central. Quinze millions de marks sont alloués au projet du campus, qui comprend la création du Collegiengebäude (Palais universitaire), de la bibliothèque, onze instituts et quatre cliniques4.

Le concours du Collegiengebäude

Le bâtiment du Collegiengebäude, actuel Palais universitaire, est un élément important du projet du campus, car il articule la ville ancienne à la ville nouvelle. Cependant, les dessins d'Eggert, qui proposait un bâtiment en H, ouvert sur l'arrière du campus et le jardin, avec un avant-corps central couronné d'une coupole5, ne séduisent pas le Reichstag, qui décide de lancer un concours. 101 architectes y participent (dont seulement 7 Alsaciens). Le projet lauréat est celui d'Otto Warth, alors jeune architecte et enseignant à Karlsruhe.

Il est dit que l'archéologue allemand Adolf Michaelis [archive] (1835-1910) a joué un rôle dans la victoire de Warth, mais aussi dans le choix d'un bâtiment évoquant la Renaissance italienne. Il enseigne l'archéologie à Strasbourg de 1872 à 19076,7.

Nous proposons ci-dessous quelques vues des projets proposés pour l'Université de Strasbourg. Ceux-ci étant très nombreux, tous ne sont pas visibles ici, cependant en cliquant sur les liens ci-dessous, il est possible de consulter l'intégralité des plans de certains projets sur le site du musée de l'architecture de l'université technique de Berlin:

- Projet de Mylius et Bluntschli [archive]

- Projet d'Oscar Sommer [archive]

- Projet de Hoßfeld et Hinckeldeyn [archive]

- Projet de Paul Kieschke [archive]

- Projet de Julius Raschdorff [archive]

- Projet de Carl Schwatlo [archive]

- Projet de Constantin Uhde [archive]

Palais Universitaire

Date 1879 à 1884
Architecte Otto Warth


Description

Contrairement au projet d'Eggert, le bâtiment de Warth est tourné vers la ville, vers l’Ill. Il forme ainsi la tête de proue du campus et tourne le dos au jardin8. Il se situe également au bout de l'axe impérial, faisant face au Palais du Rhin. Ce dialogue entre pouvoir et savoir était voulu par l'architecte Jean-Geoffroy Conrath et prévu dans le plan d'aménagement urbanistique de la Neustadt dès 1878.

Concernant le Palais universitaire, plusieurs influences contemporaines ont été citées : la Technische Hochschule de Berlin [archive] réalisée en 1877 par Richard Lucae [archive]9 mais aussi la Technische Hochschule de Zurich par Gottfried Semper et l’université de Vienne par Heinrich von Ferstel10.

A Strasbourg comme à Zurich et Berlin, les architectes ont opté pour des références à l'architecture de la Renaissance italienne, liées à la philosophie humaniste, particulièrement adéquates pour des lieux de savoir et d'enseignement. Un bâtiment de la Renaissance italienne semble avoir inspiré Warth plus spécifiquement : le Palais Pompéi de Vérone (1530), qui présente la même élévation avec soubassement à bossage rustique, un premier niveau à refends percé de baies cintrées, et un deuxième niveau scandé de colonnes ioniques engagées11.

Façade principale

Le bâtiment en grès gris, achevé en 1884, observe un plan en T. L'avant-corps de la façade principale est particulièrement intéressant : le fronton présente un groupe sculpté dominé par Pallas Athéna, figure de la Connaissance. Pour en savoir plus sur le groupe sculpté, voir ce site [archive]. En-dessous du groupe sculpté au centre, on peut lire l'inscription "Litteris et Patriae" (Littérature et Patrie). Il était initialement prévu d'inscrire "Kaiser-Wilhelms-Universität", mais une mention plus neutre a été préférée pour éviter toute provocation12.

Au niveau de l'entablement, et plus précisément de part et d'autre de la frise, on peut lire en chiffres romains : - à gauche MDLXVII (1567), correspondant à la date de création de la première université à Strasbourg, le Gymnase protestant Jean Sturm

- à droite MDCCCLXXII (1872), date d'inauguration de la nouvelle université allemande à Strasbourg

En dessous, toujours au niveau de l’avant-corps, deux niches sont occupées par deux statues, celle d'Argentorata, le nom latin de Strasbourg et celle de Germania, personnification du territoire germanophone. Le bâtiment incarne donc un esprit d’unification de la ville à l’Empire. Les deux statues d'origine13 ont disparu : en 1920, la statue de Germania a été décapitée puis réduite en miettes14,15,16. Celle d'Argentorata a disparu pendant l'occupation entre 1939 et 194517. Longtemps restées vides, les niches sont occupées depuis 2014 par des reconstitutions des statues originelles (voir dans l'onglet "Actualités" pour plus de détails).

Le bas-relief de gauche, au-dessus de la niche, représente des putti se passant la flamme du savoir. Le bas-relief de droite représente aussi des putti.

Les six pavillons d'angles sont ponctués de 36 statues en pied, représentant des personnalités pour la plupart issues du monde germanique : hommes de sciences et de lettres de la Renaissance jusqu’au XIXe siècle18.

Le bâtiment est inauguré le 27 octobre 1884 après un investissement de 2,5 millions de Mark (sur un total de 15 millions pour l'ensemble du campus).

Intérieur du Palais universitaire

L'intérieur du Palais est extrêmement soigné. La cour centrale, bordée d'arcades richement décorées, sur deux niveaux, est couverte d’un plafond de verre. C'est autour de cette vaste aula centrale que sont distribuées les salles d’enseignement. Les décors et peintures d'origine de l'Aula, masqués pendant l'Occupation de Strasbourg, ont été restaurés en 1989. Cependant, la verrière, autrefois colorée, a été remplacée par un verre plus sobre.

Le décor intérieur est d’inspiration antiquisante et une grande importance est accordée aux espaces de distribution, par le biais de nombreux vestibules et dégagements. Des cours intérieures éclairent l'ensemble19.

Au premier étage, se trouve la salle Pasteur, salle de réception de l'ancien bâtiment collégial, espace commun aux autres facultés.

Pendant l'Occupation, d'autres modifications ont altéré l'aspect de l'intérieur du Palais : les plafonds à caisson des différentes salles ont été recouverts d'un badigeon blanc, les sols du rez-de-chaussée ont été recouverts de marbre qui remplace le terrazzo initial (on trouve encore le terrazzo d'origine dans les sols du 1er étage), les murs de la salle Pasteur au 1er étage ont été recouverts de marbre, remplaçant ainsi les décors d'origine20.

Des travaux sont actuellement en cours afin de retirer le badigeon blanc et remettre à jour certains décors d'origine, par exemple au niveau des petites coupoles du hall.


Musée des moulages

Situé au rez-de-jardin, le musée des moulages présente une collection de moulages en plâtre, reproductions de sculptures antiques.

En savoir plus sur la Gypsothèque [archive]

Classement Monument Historique et Inscription sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques21

Date 21/05/1990

«Façades avec leur décor sculpté (cad. 91 102) : inscription par arrêté du 21 mai 1990 »

«Hall d'entrée ; atrium ; escaliers principaux ; galeries de circulation avec leur décor d'origine (cad. 91 102) : classement par arrêté du 21 mai 1990»

Bibliothèque de Recherche en Sciences Historiques

Date 2016
Agence d'architecture NKS Architecture 2.0


Le 7 novembre 2016 marque pour l'Université de Strasbourg, l'ouverture du regroupement des bibliothèques historiques en une seule entité. 900m2, 90000 volumes et 120 places assises équipées (Wifi et prises électriques). L'esprit initial a été conservé avec un accès aux mezzanines sécurisé. La maîtrise d'ouvrage a été assurée par l'Université de Strasbourg, la maîtrise d'œuvre confiée à l'agence NKS Architecture 2.0 (Justine Knochel). Le coût de l'opération est de 700.000 euros pour les travaux et 370.000 euros de mobilier financés par l'Idex de l'Unistra.

Lien externe: Unistra [archive]

La bibliothèque a été créée dans ce bâtiment dès l'inauguration du palais universitaire. Elle est située au premier étage côté place de l'Université. Elle vient d'être totalement rénovée par l'agence NKS Architecture 2.0.

Photos prises lors d'une visite dans le cadre des Journées de l'architecture 2017.


Autres vues sur cette adresse

Vues prises depuis cette adresse

Références

  1. Roland Recht, Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, PUS, 2017, page 401.
  2. La_Neustadt_de_Strasbourg,_un_laboratoire_urbain_/_1871-1930,_éd._Lieux-Dits_(2017) - page 59
  3. La_Neustadt_de_Strasbourg,_un_laboratoire_urbain_/_1871-1930,_éd._Lieux-Dits_(2017) - page 94
  4. La_Neustadt_de_Strasbourg,_un_laboratoire_urbain_/_1871-1930,_éd._Lieux-Dits_(2017) - page 94
  5. Roland Recht, Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, PUS, 2017, page 401.
  6. wikipédia [archive]
  7. Visite guidée du Palais Universitaire et de la collection de moulage dans le cadre des Rendez vous de la Neustadt [archive], 14/04/2012
  8. La_Neustadt_de_Strasbourg,_un_laboratoire_urbain_/_1871-1930,_éd._Lieux-Dits_(2017) - page 60
  9. conférence "L’Université impériale et le Palais Universitaire" par le service de l'inventaire de la région Alsace dans le cadre des rendez vous de la Neustadt (13/04/2012) [archive]
  10. Roland Recht, Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, PUS, 2017, page 402.
  11. Dictionnaire_des_Monuments_Historiques_d'Alsace_(Livre) - pages 585-586
  12. Visite du Palais Universitaire dans le cadre des Rendez-vous de la Neustadt (14/04/2012) [archive]
  13. Au départ, le projet de l'architecte était de représenter Argentorata tête baissée et Germania en vainqueur, mais finalement les deux statues furent réalisées dans une posture qui ne soit pas humiliante pour l'autre. Sans doute l'intervention du professeur Adolf Michaelis y fut-elle pour quelque chose.
  14. Dans cette source 1919 est indiquée : DNA du 17/02/2013 [archive]
  15. Mais la date de 1920 est confirmée dans deux autres sources, DNA du 18/01/2014 [archive]
  16. Antoine Gaugler, Guy Dirheimer et Bernard Kuballa, La décollation de la Germania du Palais universitaire à Strasbourg (15 mai 1920), Bulletin, Société des Amis des Universités de l’Académie de Strasbourg (SAUAS), n° 67, 2013, p. 61-69, ill.
  17. dna du 18/01/2014 [archive]
  18. Dictionnaire_des_Monuments_Historiques_d'Alsace_(Livre) - page 586
  19. Dictionnaire_des_Monuments_Historiques_d'Alsace_(Livre) - page 586
  20. conférence "L’Université impériale et le Palais Universitaire" par le service de l'inventaire de la région Alsace dans le cadre des rendez vous de la Neustadt (13/04/2012) [archive]
  21. Mérimée_(site_internet) Notice Mérimée n°PA00085185 [archive], consulté le 5/11/2018


Bibliographie

  • Roland Recht, Jean-Claude Richez (dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, PUS, 2017, pages 401-402.


Liens externes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Pierre meyer

44 months ago
Score 0

Les deux statues de façade ont été réalisées récemment par Christian FUCHS et son équipe, C FUCHS est Président de l'association des AMIS de la Collégiale Saint Florent de Niederhaslach et

président de la FREMAA ( Fédération des métiers d'art en Alsace)

Anne-françoise auberger

44 months ago
Score 0
Merci Roland pour l'ajout des belles photos

Anne-françoise auberger

44 months ago
Score 0

Aujourd'hui à partir de 16H30 festivités autour du bâtiment : conférences, visites, inauguration des deux statues et mise en lumière;

article et détails dans lesDNA du 16/09/2014 [archive]

Aw2mw bot

44 months ago
Score 0

commentaire pour Ramsès II

En reconnaissance au professeur Strasbourgeois Pierre Montet qui a découvert à Tanis en 1928. Il a ramenée en 1936 à Strasbourg la statue de Ramsès II. Reposait de 1940 à 1990 dans la cage d'escalier du sous-sol. A retrouver son ancienne emplacement en 1990.

Odile ARRIGHI

44 months ago
Score 0
J'attendais ces photos des "statues dévoilées". Merci d'avoir suivi l'évolution ! Très émouvant et intéressant

Aw2mw bot

44 months ago
Score 0
c'est magnifique!

Fabien Romary

44 months ago
Score 0
Oui les photos de la façade avec les statues sont sur cette page, tout en bas (cliquez ce lien)

Aw2mw bot

44 months ago
Score 0

Vous auriez une photo de cette "nouvelle" façade de l'Université, voire des photos de ces nouvelles Argentorata et Germania.

Merci pour toutes ces infos

Fabien Romary

44 months ago
Score 0

Merci beaucoup pour l'info. Tes photos valent de "l'or" : grâce à toi on peut découvrir en avant première sur Archi-Strasbourg les photos des deux statues !

Blague à part je trouve que la façade est magnifié [archive] avec cette superbe restauration.

Anne-françoise auberger

44 months ago
Score 0
Entre-temps, les statues ont été bâchées de bleu, sans doute pour être dévoilées lors d'un évènement officiel ultérieur

Anne-françoise auberger

44 months ago
Score 0
Retour ce matin des deux statues de la façade du Palais Universitaire

Jean-Daniel Lohner

44 months ago
Score 0
Après la période allemande beaucoup de plafonds et de murs avait été recouverts de peintures blanches, heureusement sans décapage car pour la restauration on a retrouve les décors d'origines.C'est le cas pour le Palais Universitaire mais aussi pour le Palais du Rhin et peut être d'autres bâtiments.C’était le même service d'architecture a l’époque qui s'occupait des travaux.