Loading...

Monument aux morts (Strasbourg) 1

From Archi-Wiki

place de la République

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1911
Architecte Fritz Beblo
Sculpteur Ludwig Manzel
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de construction 1919
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de construction 1936
Sculpteur Léon-Ernest Drivier
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Statue de l'empereur Guillaume 1er1

Date 1911
Architecte Fritz Beblo
Sculpteur Ludwig Manzel

Au bout de la place, en direction de l'université, se trouvait la statue équestre de Guillaume 1er; elle fut déboulonnée par les strasbourgeois la veille de l'entrée des troupes françaises en 1918 ; un avion vint la remplacer sur son socle.2

La statue a été réalisée par Ludwig Manzel [archive] en 1911 et la tête acquise en 19993.

Le nom de Ludwig Manzel figurait sur le socle de la statue en bronze4. Jean-Marie Le Minor précise que la signature apparait clairement sur la partie toute postérieure du bord inférieur droit de la base de la statue, juste en arrière de la patte postérieure droite du cheval de l' empereur. Last but not least, le grand dictionnaire des artistes allemands, Thieme-Becker, Künstler Lexikon, Leipzig, 1930, porte également au crédit de Ludwig Manzel la statue de Guillaume 1er à Strasbourg.

La statue était fixée sur un grand socle parallélépipédique constitué, de l' assemblage de simple blocs en pierre, avec à l' avant l' inscription: Wilhelm I. L'entreprise de construction de celui - ci ainsi que ses abords fut: Ets Kirchenbauer et Waltz et l' architecte Fritz Beblo.

A noter qu'un autre nom de sculpteur est mentionné dans le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 160. Selon cette source, "près du Palais du Rhin s'élevait jusqu'à sa destruction en 1918 la statue équestre de l'empereur d'Allemagne, une œuvre estimable du sculpteur Louis Tuaillon". Le dictionnaire en question répète cette information dans sa page 406, précisant que Louis Tuaillon (1862-1919) était un sculpteur allemand néo-classique. La nouvelle édition du Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, parue en 2012, répète cette affirmation, dont la crédibilité est cependant mise en difficulté, si l'on se fie aux sources précédentes, qu'on peut juger fiables.

Parmi les illustrations ci-dessous, on trouvera un vieil extrait de presse non daté, montrant l'empereur Guillaume II, juste après l'inauguration de la statue de Guillaume 1er à Strasbourg, en conversation avec d'autres éminents personnages, dont on trouvera la liste dans la légende de la photo.

14/7/19195

Date 1919

un biplan allemand a remplacé la statue de Guillaume 1er.

Monument aux morts6

Date 1919

Monument aux morts érigé en 1919 en bordure de la place de la République.

Monument aux morts7

Date 1936
Sculpteur Léon-Ernest Drivier

Ce monument a été réalisé par le sculpteur Léon-Ernest Drivier, à l'initiative de Henry Lévy (1871 - 1937), Maire Adjoint de Strasbourg.

L'inauguration du monument a eu lieu le 18/10/1936 par le Président de la République Albert Lebrun.

Lors de l'inauguration Henry Lévy prononcera un discours emprunt de pacifisme dont voici un extrait : "toute cette tragédie est évoquée dans la douleur que reflète cette belle figure de femme non seulement symbole de la patrie, mais symbole aussi de l'humanité meurtrie... recueillant avec une émouvante sollicitude deux guerriers mourants, tombés sous les plis de deux drapeaux, mais, dont les mains se cherchent pour s'unir dans une suprême étreinte.

Chacun ressentira profondément la grande pensée qui se dégage de cette oeuvre et puisse-t-elle être pour ceux qui nous suivront un objet de méditation ainsi qu'un enseignement. Je voudrais que l'écho des sentiments qui nous animent soit porté plus loin par les flots du Rhin, et que ce monument soit une pierre à l'édifice de la paix, qu'il soit un appel à l'union des peuples, à une fraternité fondée sur la justice et le respect des droits en même temps qu'un acte de foi dans les destinées de notre pays."8

Sur la sculpture est mentionnée "A nos morts" sans que nous en sachions davantage sur la nationalité des guerriers mourants.9

Certaine source y voit l'allégorie d'une mère représentant la ville de Strasbourg, tenant ses deux fils mourants, l'un regardant vers l'Allemagne l'autre vers la France. Ils sont tombés après avoir combattu l'un contre l'autre, mais devant la mort, ils se donnent la main. L'absence d'uniforme rend le drame de Strasbourg et de l'Alsace encore plus pathétique.10

Rappelons que l'Alsace est devenu allemande lors de la guerre de 1870-1871, elle est redevenu française après la guerre de 1914-1918.

D'après le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 160, le monument "a été respecté par l'occupant en 1940".

A noter qu'il existe, dans le village de Wintzenbach (Bas-Rhin), un monument en grès représentant une mère qui tient ses deux fils morts, l'un en uniforme de la Wehrmacht, l'autre en uniforme français11

Références

  1. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre)
  2. Strasbourg Naguère 1855-1945.
  3. Musée Historique
  4. Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg XXXI 2004 - 2005 auteur de l' article Jean Marie Le Minor page 133 à 140
  5. Archives de la ville (site internet)
  6. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque)
  7. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre)
  8. blog Monuments aux morts pacifistes [archive], consulté le 04/10/2016
  9. dépliant "A la découverte des quartiers de Strasbourg", Le coeur de la Neustadt, CUS, 2012
  10. blog Monuments aux morts pacifistes [archive], consulté le 04/10/2016
  11. Protestants d'Alsace et de Moselle, lieux de mémoire et de vie, éd. Oberlin / saep, 2006, page 102

Annexes

Liens externes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
Le Ginkgo biloba appelé aussi arbre aux quarante écus, l' arbre des pagodes est planté depuis l' antiquité autour des temples et dans les parcs en Asie orientale. Du japon il fut introduit en Europe en 1727. Ce arbre est le seul survivant d' un groupe de végétaux qui couvraient la terre voici deux cents millions d' années.

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
D'après Françoise Deluzarche, qui consacre 4 pages d'un livre aux quatre Ginkgos du Jardin Botanique (dont trois au moins ont été plantés entre 1875 et 1881), ceux de la place de la République datent de la même époque. Mais ceux de la place de la République, précise-t-elle, ont une plus belle silhouette que ceux du Jardin Botanique, car faute de place suffisante ces derniers n'ont pas pu s'étaler1.

Aw2mw bot

23 months ago
Score 0
maintenant que le groupe équestre de Guillaume 1er est attribué à Ludwig Manzel,il se pose une question importante quant à cette place de la République,de quand datent les 4 ginkgos bilobas mâles?la tradition en fait un cadeau de l'empereur du Japon(le père d'HIRO HITO)à Guillaume 1er;or sur les photos,on les distingue mal.En quelle année sont-ils arrivés à Strasbourg et quelle était alors leur taille?

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Pour pimenter un peu la discussion, j'ai ajouté un document montrant Guillaume II en grande conversation après l'inauguration de la statue de Guillaume 1er. Le document, sorti de mon fonds personnel, est assuré authentique !

Roland burckel

23 months ago
Score 0
Il faudrait aussi connaître les sources de Jean Marie Le MMino.r

Fabien Romary

23 months ago
Score 0

Concernant Wikipédia je peux répondre : pas plus fiable qu'Archi-Strasbourg ! Je rappel que Wikipédia est un site collaboratif mis à jour par des citoyens, comme Archi-Strasbourg. En fait tout dépend donc des contributeurs et de la citation des sources.

En l'occurrence pour ce que j'ai pu consulter pour Ludwig Manzel (fr) [archive] et Ludwig Manzel (de) [archive] concernant la statue équestre de Strasbourg, la référence précise à une source me parait ténu. N'oublions pas que les erreurs se répètent d'une source à l'autre, ce qui ne signifie pas que Wikipédia est dans l'erreur bien entendu.

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Merci Roland, superarbitre ! Mais Wikipedia est-il totalement fiable ? Je me suis dit qu'un site allemand comme la Deutsche Digitale Bibliothek devrait permettre de trancher. J'ai eu deux surprises : la plupart des statues de Guillaume 1er à cheval, montrent un cheval qui a une patte qui se lève ! Les pattes figées du cheval de Strasbourg auraient-elles eu une signification symbolique ? Autre surprise : Louis Tuaillon a réalisé la statue de Lübeck [archive], près de Hambourg... On l'aura compris : je n'ai malheureusement rien trouvé sur l'ancienne statue de Strasbourg...

Roland burckel

23 months ago
Score 0
Sur Wikipedia, la statue de Guillaume I figure dans la liste des oeuvres de Ludwig Manzel.

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Merci, Jean Daniel Lohner, pour ces précisions et pour le trait d'humour alsacien, qui rejoint l'humour universel. Concernant le nom du sculpteur de la statue de Guillaume 1er, je m'improvise arbitre. Malheureusement l'historien François Igersheim n'y fait aucune allusion dans ses articles sur Guillaume Ier et Guillaume II, parus dans le NDBA n° 14, pages 1326-1327. En attendant, il est peut-être bon de continuer à mentionner les deux versions.

Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
Pour la petite histoire de le statue de Guillaume 1er: Les alsaciens disaient que quand les français reviendrons il sera dans la bonne direction pour retourner dans son pays.

Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
Jean-Marie Le Minor précise: La signature apparait clairement sur la partie toute postérieure du bord inférieur droit de la base de la statue, juste en arrière de la patte postérieur droite du cheval de l' empereur.

Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
Pour la statue de Guillaume 1er l' auteur de la sculpture est bien Ludwig Manzel car son nom figurait sur le socle de la statue en bronze.2

Roland burckel

23 months ago
Score 0

Le DHRS édition 2012 n'a pas varié par rapport à l'édition 2002.

Je supprime la photo de l'inauguration de la statue de Guillaume I car le cheval a une patte levée, ce qui n'est pas le cas sur les autres photos

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Je mentionne les deux noms de sculpteurs, dans l'évenement "Statue de l'empereur Guillaume 1er", car la source évoquant Ludwig Manzel (Musée Historique) reste trop vague, alors que le DHRS est formel. A moins qu'il ait changé de version dans sa nouvelle édition ?

Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
La statue équestre de Guillaume 1er était du sculpteur Ludwig Manzel et non de Louis Tuaillon, car son nom figurait sur le socle de la statue.

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Je viens de rajouter une image du monument de l'empereur Guillaume I. Je ne vois toujours pas de différence !

Wilfred HELMLINGER

23 months ago
Score 0
Il faut bien regarder les deux images en taille maximale : il n'y a aucune différence, si ce n'est une différence de point de vue !

Jean-Daniel Lohner

23 months ago
Score 0
l' inauguration de la statue de Guillaume I n' est pas celle de Strasbourg, car en regardant bien les pieds du cheval et le socle qui ne sont pas les mêmes que celui de la statue qui se trouve sur la place.

B Magnin-Landreh

23 months ago
Score 0

Il s'agit d'un des rares monuments aux morts pacifistes français.

Le sculpteur Léon-Ernest Drivier (1878-1951) était grenoblois de naissance

La statue équestre du sculpteur Louis Tuaillon a été détruite et remplacée provisoirement en 1918 par un trophée de guerre, un biplan Fokker.
  1. pages 80 à 84, in Les arbres historiques du Jardin Botanique de Strasbourg, 2013
  2. Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg XXXI 2004 - 2005 auteur de l' article Jean Marie Le Minor page 133 à 140.