Loading...

Maison Pfister (Colmar)

From Archi-Wiki

11 Rue des Marchands (Colmar)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1537
Structure Immeuble
Courant architectural gothique
renaissance

Classement Monument Historique 14/3/1927
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Maison Pfister

Date 1537

Située à l’angle des rues Mercière et des Marchands, c’est probablement la maison la plus connue de la ville de Colmar (à l’image de la maison Kammerzell [archive], pour la ville de Strasbourg).

Elle doit son nom à la famille qui en fut propriétaire de 1840 à 1892. Elle a été construite en 1537 (date figurant sur l’une des fenêtres) sur l'emplacement d'une ancienne maison dénommée «zum roten Hanen», au coq rouge. Le maître d'ouvrage est Louis Scherer, fabricant de toques ou chapelier, originaire de Besançon, et bourgeois de Colmar, son nom est mentionné dans l’inscription apposée sur une allège de l’oriel. En 1613, un autre marchand, Claude Sison, restaura la maison acquise en 1596. Victor Judlin, l'achète en 1892, et la fait rénover en 1909.

Construite en grès jaune de Rouffach et en bois, ce joyau d'architecture se distingue par son oriel d'angle à deux étages et sa tourelle. Le bâtiment possède un rez-de-chaussée à arcades en segment d'arc, deux étages avec fenêtres à meneau, triplets et croisées et deux niveaux de combles. L'oriel occupe deux étages, avec en bas, au niveau du cul-de-lampe, des pierres d'ogives curvilignes de survivance gothique, et en haut une galerie à balustrade en bois. La tourelle d'escalier en vis, de plan octogonal, est coiffée d'un bulbe.

La structure architecturale de la maison reste largement tributaire de la tradition gothique, mais le décor peint des façades, abondant, est caractéristique de la culture humaniste. C’est le drapier Nicolas Sattmann, époux de Cléophé Wetzel et propriétaire après 1567, qui l’aurait commandé à Christian Vacksterffer (ou Bockstorffer). Il mêle les éléments historiques, bibliques et allégoriques, illustrant les goûts de la bourgeoisie colmarienne du XVIe siècle.

L’on reconnaît de gauche à droite des bustes d’empereurs d’Allemagne (médaillons en bas-relief peints, sur les allèges inférieures de l’oriel), les Evangélistes, des blasons, les Pères de l'Eglise d’Occident, des scènes de la Genèse ayant trait notamment à Abraham, Rachel, Judith, les vertus théologales et cardinales mêlées.


Information 1

Date 1881

Une perspective extérieure et les plans du rez-de-chaussée, du premier et du deuxième étage ont été dessinés en 1881 par G. Wickop. Il pourrait s’agir de Georg Wickop, architecte allemand (1861-1914). (Voir sa biographie en allemand [archive] sur Wikipédia).

Les plans montrent qu'au rez-de-chaussée se trouvait une boutique (Laden) avec des espaces de stockage (Lager). Au premier étage, la cuisine était ouverte sur le couloir, et un salon en lien avec l'oriel occupait l’angle, suivi d’une chambre à coucher et d’une chambre d’amis. Un cellier (Speisekammer) était relié à la cuisine. Au deuxième étage, on trouvait encore une chambre à coucher et un appartement destiné à la location.

Classement Monuments Historiques2

Date 14/3/1927

La maison Pfister a été classée au titre des monuments historiques par arrêté du 14 mars 1927 ( J.O. du 16/03/1930).

Références

Sources

  • Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, éd. La Nuée Bleue, 1995, pages 97 à 99
  • Le Patrimoine des Communes du Haut-Rhin, éd. Flohic, 1998, page 205
  • Article et photo de Wikipedia [archive], consulté le 6.8.2015).

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
J'ai juste corrigé une erreur que j'avais faite en me fiant au texte du dictionnaire des monuments historiques, qui écrit Nicolas" Stattmann", au lieu de "Sattmann". Cléophé Wetzel était fille, petite fille et arrière petite fille de potiers d'étain. Elle avait épousé en premières noces Joseph Glaser, hôtelier et vers 1567 Nicolas Sattmann.