Loading...

La Douëra (Malzéville)

De Archi-Wiki

2 rue du Lion d'Or (Malzéville)

Image principale



Chargement de la carte...
Structure Villa

Date de transformation 1856
Structure Villa
Courant architectural Mauresque

Date de transformation 1989
Structure Bâtiments publics

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 29/06/1993
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


La Douëra

Date 1856

- La Douëra est l'oeuvre de Charles Cournault, artiste peintre français, né le 9 novembre 1815 à Langres, et mort le 28 janvier 1904 à Malzéville. Charles Cournault a étudié la peinture auprès d'Ingres et Delacroix en pleine période orientaliste.

Historique

- Vers 1856, suite à des voyages en Algérie, Charles Cournault modifie la maison offerte par le père de son épouse, "un chalet à tourelles sur les bords de la Meurthe", en villa mauresque. "Il en assure la décoration intérieure, par ses peintures murales et de plafond, ainsi que par divers objets importés par ses soins."1
- Son petit-fils Étienne Cournault (1891-1948), peintre sur verre, décorateur et graveur s'établira dans la maison familiale en 1930.
- La Douëra reste la propriété de la famille Cournault jusqu'en 1986, date à laquelle la ville de Malzéville en fait l'acquisition.
- De 1989 à 1995, la ville entreprend une campagne de réhabilitation et de restauration.

L'édifice est depuis un centre culturel animé par la commune et une association, les Amis de la Douëra2.
L'atelier du peintre Etienne Cournault est devenu la salle des mariages de la mairie de Malzéville.

Description

"La façade ouest donne sur la rue du Lion-d'Or et sur le pont Vayringe. Le portail est d'inspiration byzantine, le portique d'influence arabo-andalouse et des banquettes d'angle rappellent l'intérieur des mosquées maghrébines.
La façade orientale, qui donne sur le parc, est agrémentée d'éléments décoratifs divers, en particulier une tour minaret à degrés, qui donnent à la Douëra une allure de mosquée. Les deux premiers niveaux de la tour sont inspirés de mosquées de mamelouks cairotes."1

Détails orientalistes d'inspiration mozarabe

La transformation de la demeure durera trente ans. Charles Cournault y consacre une partie de son temps et de ses finances. Il l'orientalise progressivement. "Il commence par construire un minaret tout en conservant dans un premier temps les volets pour garder le cachet lorrain de la maison. En 1890, il installe le chauffage central puis le toit terrasse. Le minaret est ensuite habillé de ses rayures roses, des arcs brisés sont aménagés près des fenêtres. Pour tout cela, il s’inspire de la mosquée d’Alger..." 3 

Intérieur

Douëra (mariage) Capture d’écran 2022-06-16 Est Républicain.png

"À l’intérieur, on peut découvrir le salon persan avec son plafond peint sur une toile tendue, un bow window turc et l’ancien atelier du petit-fils de Charles Cournault, Étienne recèle d’une atmosphère pakistanaise et maghrébine. Un mélange des genres accentué par les peintures arabisantes, égyptiennes et les lettres arabes peintes par des artisans lorrains qui n’avaient aucune idée de ce que signifiaient ces mots."3

Inscription sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques4

Date 29/06/1993

"Aménagé dans le style arabe par l'érudit Charles COURNAULT (1815-1904) , le domaine témoigne de la pénétration et de la connaissance de l'Orient au milieu du 19e siècle."4
Précision sur la protection de l'édifice:

"Façades et toitures ; salle du premier étage avec sa fontaine d'angle ; grande salle décorée, salle à coupole qui la prolonge et cabinet adjacent au deuxième étage ; jardin, à l'exception du mur de clôture sur rue : inscription par arrêté du 29 juin 1993."

Références

Lien externe

Contribuez aussi à cet article


Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Pour commenter cette page vous devez soit créer un compte ou vous connecter


Jocelyne

Il y a 3 mois
Pointage 0

Merci Fabien pour l'ajout de la visite virtuelle qui permet de voir le décor intérieur, les plafonds et même un petit tour sur la terrasse du toit.

La Douëra fait penser à la maison de Pierre Loti à Rochefort.