Loading...

L'Archevêché (Strasbourg)

From Archi-Wiki

3 rue du Parchemin, 16 rue Brûlée

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1724 à 1733
Architecte Malo Auguste Saussard
Robert de Cotte
Entrepreneur Arnaud Lagardelle
Structure Hôtel particulier
Courant architectural Régence

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 25/6/1929
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Historique

Date 1724 à 1733
Architecte Malo Auguste Saussard
Robert de Cotte
Entrepreneur Arnaud Lagardelle

Ancien Hôtel du Grand-Doyenné. D'après le dictionnaire historique des rues de Strasbourg cet hôtel est le premier construit dans le style d'une demeure parisienne pour le prince de Turenne, Frédéric-Constantin de la Tour d'Auvergne 1 2 (1682-1732)3 .

La façade est de style Régence, avec un archaïsme dans l'utilisation de tuiles en queue de castor.

On apprend dans l'ouvrage Panorama Monumental4 que l'édifice est dû à l'architecte exécutant Malo Auguste Saussard, architecte des bâtiments du Roi et ancien élève de l'Académie de France à Rome, et à l'entrepreneur Arnaud Lagardelle5.

L'ouvrage précédemment cité ajoute même qu'il est probable que les extérieurs soient de Robert de Cotte, Premier Architecte du Roi. Cet architecte ayant été consulté sur les intérieurs et le jardin. Il a en effet été consulté pour les trois cheminées des salons, et a donné des conseils à l'architecte Saussard pour le lambrissage des salons et le perron avec l'escalier extérieur2. Et de conclure "Les belles proportions de l'édifice, sa calme simplicité, portent en tout cas la marque de son influence"4.

Bien national en 1789, il est acheté par le maréchal de Lückner auquel Rouget de Lisle dédie la Marseillaise, le "Chant de guerre de l'Armée du Rhin". Ensuite propriété de l'hôtelier Jean-Daniel Busch, il revient à l'église en 1855 qui en fait le siège de l'Évêché6.

Dans le livre "Description de Strasbourg" par P.J.Farges Méricourt on nous apprend que l'Hôtel de Luckner devient la propriété de l'Administration de la Loterie Royale de France en 18407.

Un article paru dans les DNA du 25.11.1998 consacré à la rue Brûlée résume également bien les différentes vocations du n° 16 : "Le n° 16 avait été racheté par Jacques de Duntzenheim, ammeister en 1548 et 1554. C'est le premier grand hôtel de type parisien construit à Strasbourg de 1724 à 1733. Le doyen du Grand Chapitre, Frédéric de la Tour d'Auvergne, fait appel à l'architecte Malo Auguste Saussard, qui construit un hôtel entre cour et jardin, soit deux façades avec un portail (rue du Parchemin n° 3). Les intérieurs ont conservé une grande partie de leur décor d'origine. L'hôtel fut habité par quatre grands doyens dont le prince Armand-Jules de Rohan-Guéménée, archevêque de Reims. En 1789 l'hôtel est acheté par le général Luckner, maréchal de France en 1791. Au 19e siècle, l'hôtel a connu des usages divers : auberge, loterie impériale, pensionnat de jeunes filles, avant de devenir en 1855 et jusqu'à aujourd'hui le siège de l'évêché."8.

Aujourd'hui, l'ancien hôtel sert de résidence à l'évêque de Strasbourg.

Un élégant bâtiment administratif conçu par l'architecte Max Metzenthin a été ajouté au tout début du XXe siècle du côté de la rue Brûlée.

Côté rue Brûlée

Côté rue du Parchemin

adresse : 3 rue du Parchemin

Intérieur

Monument Historique9

Date 25/6/1929

Ancien hôtel du grand doyenné, palais épiscopal.

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques le 25 06 1929


Autres vues sur cette adresse

Lien externe

- Voir le site officiel du Diocèse de Strasbourg [archive]


Références

  1. Strasbourg_insolite_et_secret_(Livre)
  2. a et b Chanoine Bernard Xibaut, Service Diocésain des Affaire Culturelles, Le Palais Episcopal, document en 4 pages fourni lors des journées du patrimoine 2020
  3. Chanoine Bernard Xibaut, Frédéric-Constantin de La Tour d’Auvergne (XVIIIe siècle) - https://neswscathoalsace.tumblr.com/post/125333972152/personnage-dalsace/amp [archive] , consulté le 29/9/2020
  4. a et b Strasbourg_Panorama_Monumental_(édition_G4J)_(Livre), p113)
  5. on trouve dans d'autres sources une transcription erronnée du prénom Armand Lagardelle, comme dans l'Encyclopédie Larousse ou dans "Strassburg und seine Bauten")
  6. Connaître_Strasbourg_(édition_1988)_(Livre)
  7. "Description de Strasbourg" par P.J.Farges Méricourt, 1840
  8. DNA du 25.11.1998
  9. Mérimée_(site_internet) Notice Mérimée PA00085034 [archive] consulté le 19/09/2020

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean-Michel Wendling

39 months ago
Score 0
Malo Auguste Saussard devient tributaire chez les Maçons le 3 décembre 1726. Il a passé contrat de mariage le 14 septembre devant le notaire royal Humbourg. Il est à Paris en juin 1736 quand sa femme vend leur bien de la Robertsau et à Versailles en mai 1739 à l’inventaire après décès de sa belle-mère.

Fabien Romary

39 months ago
Score 0
Merci pour la rectification concernant la démolition, cela m'avait étonné car j'avais lu quelque part qu'il s'agissait l'un des intérieur du XVIIIème les mieux conservé de la ville.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
J'ai profité d'être allé à cette adresse pour compléter la petite biographie de Malo Auguste Saussard [archive], architecte du roi.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Merci beaucoup pour cette rectification. Effectivement, le texte est très dense, et en allemand, et je me suis pris les pieds dans le filet !

S R.

39 months ago
Score 0
Les destructions mentionnées dans le livre Strassburg und seine Bauten à la page 341 concernent l'hôtel de Klinglin [archive] et non l’archevêché. La façade de l’archevêché figure dans le texte sur l'hôtel de Klinglin, mais elle est liée au paragraphe précédent, ce qui a sans doute été à l'origine de la confusion...

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Le prénom de l'entrepreneur Lagardelle est bien Arnold / Arnault / Arnaud (voir petite biographie). Le prénom Armand et donc une erreur de lecture. Autre chose : l'édifice a subi d'importantes destructions en 1870, d'après l'ouvrage "Strassburg und seine Bauten", qui signale la reconstruction, dirigée en 1872-1874, par les architectes Conrath et Roederer (page 341)

Fabien Romary

39 months ago
Score 0

Un début de réponse: dans l'ouvrage Strasbourg - Panorama Monumental - édition G4J (p113) [archive] on apprend que l'édifice est dû à l'architecte exécutant Auguste-Malo Saussard, architecte des bâtiments du Roi et ancien élève de l'Académie de France à Rome, et à l'entrepreneur Arnaud Lagardelle. J'ai surligné le prénom Arnaud car on trouve effectivement dans vos sources Armand, laquelle de ces sources est la bonne ?

L'ouvrage précédemment cité ajoute même qu'il est probable que les extérieurs soit de Robert de Cotte, Premier Architecte du Roi. Cet architecte ayant été consulté sur les intérieurs et le jardin. Et de conclure "Les belles proportions de l'édifice, sa calme simplicité, portent en tout cas la marque de son influence"

É. C.

39 months ago
Score 0

Strassburg und seine Bauten mentionne Armand la Gardelle pour la construction (peut être simplement comme responsable des travaux).

L'encyclopédie Larousse [archive] est du même avis.

Topic topos [archive] et monuments-alsace.com [archive] mentionnent Auguste Malo-Saussard également.

Quel a été le rôle exact de chacune de ces personnes ?

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0
Je fais des recherches sur ce patronyme. Malo Auguste SAUSSARD,école d'architecture de Rome, marié à Strasbourg avec la fille d'un seigneur, aura 5/6 enfants. Puis rappelé à Paris fût par la suite architecte de Louis XIV des "dehors de Versailles", cependant que HARDOUIN-MANSART était l'architecte des "dedans de Versailles". On pourrait croiser nos informations.