Loading...

Inspection Académique (Strasbourg)

From Archi-Wiki

65 avenue de la Forêt Noire

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction environ 1894 à 1895
Architecte Max Issleiber
Max Metzenthin
Structure Bâtiments publics
Courant architectural Néo-Renaissance
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Inspection Académique

Date environ 1894 à 1895
Architecte Max Issleiber
Max Metzenthin


Ce vaste bâtiment sert dès le départ à la formation des instituteurs (« Volkschullehrer ») pendant la période d'annexion de l'Alsace-Moselle par l'Empire allemand de 1871 à 1919, et a été conçu par les architectes Max Issleiber et Max Metzenthin. Il est en cours de construction au moment de l'écriture du livre Strassburg und Seine Bauten, qui le décrit avec quelques plans à l'appui1.

Les plans intégraux (certaines pages en état fragile), conservés aux Archives Départementales du Bas-Rhin2 comportent surtout les originaux détaillés de 1893 pour la construction du « Lehrer Seminar zu Strassburg », en vue d'intégrer la formation des instituteurs dans le système impérial déjà lancé dans le royaume de Prusse, et distinguant entre écoles catholiques et écoles protestantes. Cette distinction confessionnelle sera conservée an Alsace-Moselle par l'administration française entre 1919 et 1940, puis entre 1945 et 1972, date à laquelle les internats des Écoles Normales d'instituteurs et d'institutrices, préparant au baccalauréat en trois ans disparaîtront, pour faire place à des Centres de formation en externe des élèves-maîtres et des PEGC3.

Le versement 1469 W des Archives comporte aussi quelques plans établis pour le Rectorat de l'Académie de Strasbourg en 1945 et 1949, apportant des modifications mineures à « L'E.N.I. Du 65, avenue de la Forêt-Noire » : une nouvelle clôture du terrain de sport et une remise pour le gymnase qui se trouve à l'arrière du bâtiment principal, côté rue Pestalozzi.

Depuis l'affectation du bâtiment aux services de l'Inspection académique du Bas-Rhin (devenue Direction des services départementaux de l'Éducation nationale, ou DSDEN-67), sa vocation première d'internat pour la formation pédagogique d'une centaine d'adolescents protestants n'était plus pertinente. On peut se féliciter que l'aspect extérieur ait été conservé, mais l'aménagement intérieur a été considérablement modifié : les anciens dortoirs, le réfectoire, ainsi que les salles de classe sont devenus des bureaux. L'ancien espace de vie est devenu siège administratif.

Dans les plans de 1893 (et jusqu'en 1990 dans la réalité), il y avait: au rez-de-chaussée et au premier étage, des salles de cours (dont un labo de chimie), de nombreuses pièces pour la pratique musicale et quelques bureaux. Au second étage se trouvaient l'espace le plus prestigieux,  l'aula ou salle des fêtes, quatre dortoirs, une infirmerie, des pièces équipées de lavabos et quelques chambres individuelles. La partie centrale arrière du bâtiment comportait : au rdc, les cuisines et magasins ; au premier, un grand réfectoire ; au second, une salle de conférence ; au troisième, les appartements du cuisinier et de la concierge. Les ailes Est et Ouest comportaient, au premier étage, les appartements de fonction du directeur et de l'intendant respectivement.

Quatre escaliers desservent les différents niveaux, celui qui se trouve au centre du bâtiment est le plus vaste.

Les façades sont en grès des Vosges et de style néo-Renaissance allemande1.

A l'arrière du bâtiment, sur l'ancien terrain de sport (football, handball et basket-ball), la Ville a construit des bâtiments pour abriter l’École Européenne de Strasbourg.

Consultation des dossiers d'archives

Documents issus des archives Départementales (1469 W) et Municipales.

Plans & photos

Références

  1. Strassburg und seine Bauten (Livre) - Architekten- und Ingenieur-Verein für Elsass-Lothringen, Strassburg und seine Bauten, Strasbourg, K. J. Trübner, 1894, p.507-509
  2. Versement 1469 W - Ecole normale d'instituteurs de Strasbourg (avenue de la Forêt Noire) : plans et calques du bâtiment.
  3. Ces centres seront intégrés dans les IUFM en 1990, puis dans les ESPÉ en 2013, rebaptisées INSPÉ en 2019). Rappelons que la première école normale de France avait été créée à Strasbourg en 1810. Voir : « L'École normale a cent cinquante ans », par MM. L'Huillier, Eckert, Schneider, Terrisse et Wœrz, plaquette vendue en 1960 au profit des œuvres scolaires du Bas-Rhin par l'Amicale des anciens élèves de l'École normale d'instituteurs, 65, avenue de la Forêt-Noire, à Strasbourg.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jacques TARDIF

60 months ago
Score 0

Exact, JDL!... Les écoles normales protestantes à Strasbourg et Strasbourg-Meinau, catholiques de garçons à Strasbourg et d'institutrices à Sélestat. A cette époque, on ne faisait pas des photos comme on en fait aujourd'hui. Et pour illustrer l'une de mes plus récentes "Chronique" traitant de cette période, j'ai dû me livrer à des prouesses insensées sur Photoshop afin de restituer le caractère que présentait la façade de ce bâtiment à l'époque où nous y étions.

Pour marquer ma reconnaissance à tous ceux qui collaborent à "Archi-Strg" et qui m'ont permis d'illustrer parfois ces chroniques, je suis disposé à leur transmettre, gracieusement bien sûr, "Les Espadrilles bleues", et bientôt "Opus 64" où il sera davantage question du fameux "n° 65".

Jean-Daniel Lohner

60 months ago
Score 0
C' était l' une des quatre écoles normales dans le Bas-Rhin. ( trois à Strasbourg et une à Sélestat )

Jacques TARDIF

60 months ago
Score 0

Les pointes d'humour me séduisent toujours. Il se trouve que je suis déjà contributeur... Votre intervention, Wilfried, me permet de vous adresser tous mes compliments pour l'investissement passionné dont vous faites preuve aux côtés de tous ceux qui font vivre le site.

Loin de moi l'intention de vous faire des reproches !...

Bravo ! (et merci mille fois encore)

Wilfred HELMLINGER

60 months ago
Score 0
Tu vois, Roland, c'est ce que je te disais hier : tu fais quelque chose "gratuitement" et ensuite tu hérites de reproches de ne pas en avoir fait assez ! Je plaisante bien sûr. Merci à vous, Monsieur Tardif, car vos renseignements sont plein d'intérêt et nous ravissent ! Mais cette pointe d'humour, a juste pour visée de rappeler que "Archi-Wiki" n'est pas un site officiel, ni commercial, mais un site "collaboratif", qui ne vit que grâce à des contributeurs et des contributions complétement bénévoles et passionnés. Conclusion, plus on sera de contributeurs, plus le site s'enrichira !

Jacques TARDIF

60 months ago
Score 0

Avant d'abriter l'Inspection académique, ce bâtiment remarquable a été très longtemps l'Ecole Normale Protestante (de garçons), chargée de la formation des instituteurs. Cette institution abrita également, dès 1962, le Centre de Formation des Professeurs de CEG (anciens Cours Complémentaires).Une poignée de privilégiés (dont je fis partie) était logée au 3éme étage de l'aile centrale.

Il est dommage que cette page ne présente pas davantage de clichés d'époque. Certains détails sont ainsi passés sous silence alors qu'ils mériteraient d'être mis en valeur, tels que l'escalier central, le gymnase, etc... Mais c'est surtout la Salle des Fêtes qui pourrait être mise à l'honneur ici, avec son orgue très perfectionné : parce que cet instrument avait été démantelé à une certaine époque, Mr Stricker (?)le professeur de musique s'employa sans relâche à en obtenir la restauration par un facteur d'orgue réputé. C'est dans cette perspective qu'il avait organisé une concert au cours duquel chaque élève-maître disposait d'un tuyau de l'ancien orgue dans lequel il devait souffler au moment de jouer "sa note".

Roland burckel

60 months ago
Score 0
L'Ecole Européenne déménagera à la Robertsauen 2014

Aw2mw bot

60 months ago
Score 0

Il est regrettable qu'il y ait une extension de l'école européenne située à l'arrière du bâtiment sis 65 avenue de la Forêt-Noire. Cette extension qui détériorera l'espace jardin, avec probablement l'abattage des arbres me paraît relever plus d'une "opération de promotion" pour la Ville, la Région et le MEN que d'une réelle nécessité.

Merci à vous d'avoir fait l'effort de donner quelques indications sur cette architecture. Il est désolant de constater qu'aucune étude de ce patrimoine n'a été faite jusqu'alors. Pas d'information détaillée sur Internet en tout cas.

Aw2mw bot

60 months ago
Score 0
Au temps pour moi. Il est étrange qu'un batiment "civil" ait une architecture de type militaire, il me semble que c'est le seul exemple que l'on puisse trouver dans notre ville?

Wilfred HELMLINGER

60 months ago
Score 0
L'Ecole Normale d'Instituteurs (Lehrerseminar) était bien la vocation première de ce " vaste complexe à l'allure de caserne en pierres grises, à peine égayé(e) par des motifs Renaissance (pignons découpés, frontons à coquille, obélisques etc...) qui ne sont plus que des prétextes" (Connaître Strasbourg, p. 270). L'ouvrage "Strassburg und seine Bauten", paru en 1894, consacre trois pages (p.507 à 509) à ce projet, contemporain de sa parution.

Aw2mw bot

60 months ago
Score 0
L'architecture qui n'est pas sans rappeller le modèle militaire Prussien (le mur d'enceinte en briques rouges est identique à ceux des casernes strasbourgeoises) et sa situation à deux pas de l'ancienne Manutention militaire et de la Caserne Lecourbe, il y a de fortes chances pour que ce batiment était lié à une quelconque activité militaire. Peut etre une résidence pour les officiers?

Charles Werner

one month ago
Score 0
Je ne trouve pas que l'architecture du 65 avenue de la Forêt-Noire soit militaire. Plutôt institutionnelle, dans un style néo-classique. Les plans d'origine de 1893 par l'architecte Issleiber sont conservés aux Archives départementales et intitulés spécifiquement "Lehrer Seminar zu Strassburg". Ils montraient chaque lit des dortoirs, y compris celui dans lequel j'ai dormi de septembre 1968 à juin 1971, juste à côté de la fenêtre donnant sur la rue Pestalozzi. Impressionnant aussi, dans ces plans, le nombre de pièces prévues pour la pratique de la musique. Par contre, les toilettes étaient réunies dans un petit bâtiment dans la cour, où je suppose qu'il fallait venir vider son pot le matin...