Loading...

Hôtel du gouverneur militaire (Strasbourg)

From Archi-Wiki

place Broglie, 13 rue Brûlée

Image principale


Chargement de la carte...

Date de construction 1754 à 1755
Architecte Georges Michel Muller
Joseph Massol
Structure Hôtel particulier
Courant architectural Régence

Date de démolition partielle environ 1830

Classement Monument Historique 1/4/1921
Consultez les 6 actualités de l'adresse


Hôtel Gayot puis des Deux-Ponts

Date 1754 à 1755
Architecte Georges Michel Muller
Joseph Massol

François-Marie Gayot, prêteur royal et représentant du roi Louis XV, fait l'acquisition de la parcelle en 1743, ainsi que d'autres contiguës, en vue d'agrandir sa propriété. Cette dernière est reconstruite pour son frère et lui-même sur les plans de l'architecte Joseph Massol, exécutée par le maître-maçon Georges-Michel Muller en 1754-1755 en ce qui concerne le gros-œuvre1. L'édifice, de style Régence strasbourgeois, respecte le plan typique de l'hôtel parisien, partagé entre cour et jardin. Il est également le dernier des grands hôtels princiers construits à Strasbourg au XVIIIe siècle2. Le bâtiment se distingue par la quasi absence d’iconographie sculptée, exception faite d'une tête de Minerve, déesse de la Sagesse, ornant la clé de cintre de la fenêtre centrale du premier étage. La façade principale fait office de sorte de réduction de celle du palais Rohan avec un portail dans un renfoncement en demi-cercle1.

En 1770 l'hôtel est acheté par la famille de Deux-Ponts. Le prince Maximilien-Joseph le fait alors décorer et achève ainsi l’un des plus beaux palais strasbourgeois. Après l'émigration de la famille de Deux-Ponts, le séquestre est mis sur l'hôtel en 1792. C'est à cette date que le général de Beauharnais y séjourne, en qualité de commandant de l'armée du Rhin. Puis l'hôtel connaît des utilisations plus ou moins heureuses: il reçoit le nom officiel de Maison de l'Egalité et abrite un estaminet (débit de boissons). Sous le Directoire (1795-1799), un cirque, un théâtre d'automates et des baraques foraines auraient été dressés dans la cour.

En 1804 et sur l'intervention du général Moulin, l'hôtel devient la résidence du gouverneur militaire de Strasbourg, ce qui est toujours le cas aujourd'hui. Durant les périodes d'annexion allemande en revanche, cette fonction est suspendue3.

L'hôtel dispose d'une entrée principale rue Brûlée (côté cour) et d'un jardin à la française visible mais non accessible depuis la place Broglie. Les avant-corps centraux des façades côté cour et côté jardin sont surmontés d'un attique4.

Dans le vestibule d'entrée, l'hôtel possède une très belle fresque en trompe-l'œil, classée et peinte par Joseph Melling en 17855. La scène représente Maximilien-Joseph de Deux-Ponts, introduit auprès de l'assemblée des dieux sur l'Olympe, avant d’être couronné. Il s'agit du joyau de ce Palais6.

Démolition de l'aile nord-ouest vers le jardin

Date environ 1830

L'aile nord-ouest donnant sur le jardin et la place Broglie a été démolie au cours du XIXe siècle. Elle était représentée sur le plan Blondel de 1765 et sur un plan du début du XIXe siècle visible ci-dessous. Elle n'est plus visible sur le plan de 1833.

Monument Historique7

Date 01/04/1921

Ancien hôtel Gayot, puis des Deux-Ponts ou hôtel du Gouverneur militaire.

Le classement comprend : les façades donnant sur la rue Brûlée, sur la cour d' honneur, sur les jardins et sur la place Broglie (y compris la clôture), le parterre à la française, le vestibule central avec grands escaliers d' honneur: Classement Monuments Historiques par arrêté du 1er avril 1921 J.O. du 16 03 1930.

Restaurations

Date 7/6/2013

Des travaux sont envisagés comprenant la réfection de dorures dans des pièces du bas, dont le bureau du gouverneur, la fontaine du jardin donnant sur la place Broglie et enfin la fresque de Melling intitulée « L’apothéose de Maximilien », montrée plus haut. Problème, l'armée n'a pas l'argent pour assurer ces travaux et n'a pas le temps de chercher des mécènes. Une demande de fonds pour la restauration de la fresque a été effectuée auprès de la fondation du patrimoine [archive] pour trouver des donateurs5.

Références

Source

  • Article consacré à l'édifice dans Les Saisons d'Alsace, n°49, p.60

Lien interne

Bibliographie

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Joël DURAND

42 months ago
Score 0

La propriété qui se situe à l'emplacement de l'actuel Hôtel du Gouverneur militaire est mentionnée dès 1385 comme appartenant à Jean de Müllenheim-Raichenberg. Elle changea maintes fois de propriétaires jusqu'en 1743, où François-Marie Gayot en fait l'acquisition. Arrondissant sa propriété par l'achat de parcelles contiguës, il fait reconstruire l'hôtel en 1754. Il cède sa demeure en 1770 au duc Christian IV de Deux-Ponts, qui l'achète pour ses deux neveux Charles-Auguste et Maximilien-Joseph.

Ce dernier, est colonel-propriétaire du régiment d'Alsace, au service de la France. En 1780, il a l'entière propriété de l'Hôtel qu'il fait magnifiquement décorer. De 1804 jusqu'à aujourd'hui, c'est la résidence du Gouverneur militaire de Strasbourg, excepté lors des périodes d'annexion allemandes. (source Seyboth)