Loading...

Eglise protestante du Temple Neuf (Strasbourg)

From Archi-Wiki

19 Place du Temple-Neuf

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1874 à 1877
Architecte Emile Salomon
Sculpteur Eugène Dock
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)
Courant architectural néo-roman

Date de extension 1887 à 1888
Architecte Emile Salomon

Date de rénovation 2006

Date de rénovation 2018
Consultez les 6 actualités de l'adresse


Eglise protestante du Temple Neuf

Date 1874 à 1877
Architecte Emile Salomon
Sculpteur Eugène Dock

A l'origine se trouvait une église romane bâtie en 1260, l'église des Dominicains. Après l'annexion de Strasbourg à la France en 1681 par Louis XIV, de grands travaux sont entrepris dans l'église car le Roi veut redonner la Cathédrale aux Catholiques.

Ainsi l'église devient Église-Neuve. Ce n'est que sous l'Empire que le bibliothécaire de la ville, amené à vider les locaux occupés par les livres entreposés à l' école centrale (alors situé dans l'actuel lycée Fustel ), obtient le chœur qui reçoit sa nouvelle et dernière destination, la ville ayant obtenu par accord du 10 vendémiaire an XII un motus vivendi avec l'administration de la haute école vestige institutionnel de l'ancienne université. La bibliothèque de Strasbourg abritait donc, sous l'Empire trois fonds: la bibliothèque centrale du département, composé de saisies révolutionnaires, la bibliothèque héritée de Jean - Daniel Schoepflin et ouverte au publique, la bibliothèque de l'Académie, provenant de l'ancienne université protestante.

La disposition des lieux vers 1810 respectait les entités: les livres de l' université se trouvaient dans un local accolé au chœur, sur son flan nord, du coté du gymnase. La bibliothèque Schoepflin fut dès sa donation logée dans le chœur, sur une galerie permettant de mettre en relation de plein - pied cette collection et la bibliothèque universitaire. La bibliothèque centrale occupait le reste de l' espace. Le bibliothécaire de la ville gérait l' ensemble, mais sans qu'il y eût confusion des collection1.

Malheureusement le siège de la ville en 1870 [archive] détruira l'église ainsi que 400000 incunables dont l'irremplaçable Hortus Deliciarum par Herrade de Landsberg [archive]

C'est notamment suite à cette perte importante pour la ville de Strasbourg que l'envahisseur prussien décide rapidement la construction d'édifices nouveaux.

Le Temple Neuf en est un exemple.

Le 23 mai 1874 eut lieu la pose de la première pierre.

Les entrepreneurs sont: Lauer et Schlagdenhauffen2.

Concernant l'architecte, Emile Salomon a été chargé de rédiger le programme du concours pour le nouvel édifice. 35 architectes y ont participé et le jury en a retenu cinq (dont M. Salomon) qui se sont répartis les primes prévues. Mais c'est le projet de l'agence Bernard Motte et Tournade qui a été désigné pour être exécuté.

Toutefois, les lauréats ayant fait savoir qu'ils n'avaient pas le temps de réaliser le projet, le consistoire a chargé Emile Salomon de dresser les plans définitifs sur la base du projet couronné. Emile Salomon n'avait donc pas remporté le concours, mais il a été l'architecte d'exécution. C'est ce qui explique que son nom est gravé sur la façade3.

En automne de 1877, l'église était achevée à l'exception de la tour de façade et le 4 octobre 1877, l'édifice fut inauguré par le pasteur Louis Leblois.

Construction du clocher

La construction de la tour débuta le 29 août 1887 et, une grande nouveauté pour l'époque, l'entreprise Hug chargée de la construction fit usage d'une locomobile.

Cette fois, c'est l'architecte Emile Salomon qui fut concepteur du clocher3.

Bien que le chantier fut interrompu du 5 décembre au 28 mars 1888, la tour put être achevée le 8 avril de la même année. Le 9 juillet, deux nouvelles cloches furent fondues par l'atelier Louis Edel. La tour et ses nouvelles cloches furent inaugurées le 15 juillet 1888.4

Description de la chaire et de l'autel par Suzanne Braun

Se détachant de façon surprenante sur le fond assez sombre de la nef, la chaire est remarquable. Adossée au mur oriental et surmontée d'un abat-voix en forme de tourelle, elle développe un double escalier symétrique. Ce dernier, orné d'arcatures rampantes, encadre la cuve polygonale dont la base ornée de billettes est portée par une colonnette engagée. Une Bible ouverte portant les lettres alpha et oméga est sculptée sur le plan central.

Devant est posé l'autel qui forme un bloc rectangulaire divisé latéralement par des colonnettes à chapiteaux sculptés.

Ces deux pièces du mobilier ont été exécutées par le sculpteur M. Dock et sont en pierre calcaire blanchâtre5,6.

Intérieur du Temple

Date 9/2005


Orgues

Date 1877

Orgues Märklin de 18777

Le buffet d'orgue est en chêne et a été exécuté par les sculpteurs Dock et Blumer d'après les dessins de Salomon5.

Lien externe

- A la découverte de l'Orgue [archive]

Monument commémoratif de Jean-Laurent Blessig

Date 1847
Sculpteur Landolin Ohmacht

Jean Laurent Blessig est né le 29.3.1747 à Strasbourg, et décédé le 17.2.1816 à Strasbourg. Il était l'aîné des 12 enfants (6 garçons et 6 filles) de Jean Laurent Blessig, pêcheur et marchand de poisson au quartier Finkwiller à Strasbourg, et de Suzanne Siegwald (sa maison natale est sans doute le n° 7, place Henri Dunant, dont ces derniers étaient les propriétaires).

Il a été professeur en théologie, docteur en philosophie, en droit et en théologie, inspecteur ecclésiastique de l'Inspection du Temple Neuf et membre du Directoire. Il a été pendant 35 ans pasteur au Temple Neuf, de 1781 à 1816. Le foyer de cette paroisse, ainsi qu'une rue à Strasbourg portent son nom. Une fondation à son nom a rendu de grands services à des mères en difficulté pour l'éducation de leurs enfants.

On notera aussi qu'il salua la Révolution Française avec enthousiasme. Devenu suspect en 1792, il fut emprisonné jusqu'à la chute de Robespierre. Il se tint dès lors éloigné de la politique et a rendu de grands services à l'Eglise protestante.

Un monument commémoratif, daté de 1847, et épargné par l'incendie de 1870, lui est dédié dans la partie occidentale de l'église du Temple Neuf. Il est surmonté d'une sculpture en ronde-bosse du Christ avec des enfants, et orné d'un portrait en relief sculpté par Landolin Ohmacht.

Autres vues sur cette adresse

Références

  1. Annuaire de la société des amis du vieux Strasbourg texte de Benoît Jordan, page 93
  2. Lettre du 8/05/1873 dans le dossier de l' église.
  3. a et b Jean-Louis Jung, arrière petit-fils d'Emile Salomon, in Courrier des lecteurs, DNA du 23/04/2019, page 41
  4. Eglises de Strasbourg (Livre), 2002, Suzanne Braun et Jacques Hampé
  5. a et b Suzanne Braun, in Eglises de Strasbourg (Livre), éd. Oberlin, 2002, pages 164 et 165
  6. Église du Temple Neuf sur Wiki-protestant [archive]
  7. A la découverte de l'Orgue, fiche sur l'orgue du Temple Neuf [archive] consulté le 02/11/2014

Sources

  • Panneau explicatif dans l'église du Temple Neuf
  • Marcel Thomann, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 4, pages 249 à 252
  • Suzanne Braun, in Eglises de Strasbourg, éd. Oberlin, Strasbourg, 2002, page 165)

Liens externes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Roland burckel

27 months ago
Score 0
Le site Wikidédia est pratiquement vide en ce qui concerne le Temple-Neuf

Fabien Romary

27 months ago
Score 0

Merci Wilfred à propos de la reproduction du paragraphe de Suzanne Braun à propos de l'autel et de la chair. Tu étanches ma soif d'apprendre !

Concernant le plan de E. Salomon je me doutais bien qu'il s'agissait d'un projet. J'aime bien que l'on reproduise ici les projets réalisés ou non, et c'est encore mieux quand on sait ce qui a poussé à retenir tel ou tel option.

Roland burckel

27 months ago
Score 0
le plan figurant sur la page n'est qu'un projet et pas le plan définitif.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0

Voici ce qu'écrit Suzanne Braun à propos de la chaire et de l'autel :

"Se détachant de façon surprenante sur le fond assez sombre de la nef, la chaire est remarquable. Adossée au mur oriental et surmontée d'un abat-voix en forme de tourelle, elle développe un double escalier symétrique. Ce dernier, orné d'arcatures rampantes, encadre la cuve polygonale dont la base ornée de billettes est portée par une colonnette engagée. Une Bible ouverte portant les lettres alpha et oméga est sculptée sur le plan central.

Devant est posé l'autel qui forme un bloc rectangulaire divisé latéralement par des colonnettes à chapitaux sculptés.

Ces deux pièces du mobilier ont été exécutées par le sculpteur M. Dock et sont en pierre calcaire blanchâtre."(1

Fabien Romary

27 months ago
Score 0

J'ai (re)découvert cet église rarement ouverte aujourd'hui dans le cadre de la très belle exposition Philippe Dutilleul, un copiste dans la peau des grands maîtres. jusqu’au 9 novembre, une soixantaine de toiles signées Philippe Dutilleul, dit « Van Der Linden », sont exposées au Temple Neuf à Strasbourg. Toutes reproduisent à la perfection les toiles de grands maîtres de la peinture classique.2

A l'intérieur j'ai été surpris par l'autel et la chair qui semble être en pierre blanche. En marbre ? S'agit-il d'une pièce rapporté ?

Sur le plan de E. Salomon [archive] le choeur est niché dans une abside, hors ici le fond de l'église semble plat (confirmé par la vue aérienne [archive]). Peut être le plan a t-il été modifié ?

Fabien Romary

27 months ago
Score 0

Sur le premier évènement j'ai supprimé cette phrase qui servait de démarrage à la fiche :

Pour en savoir plus sur l'église du Temple Neuf, cliquer ici [archive] et [archive]

Il est plus logique d'amener l'internaute à en savoir plus à la fin de l'évènement, c'est pourquoi j'ai ajouté à la fin de l'évènement :

Lien externe :

- Église du Temple Neuf sur Wikipédia [archive]

- Église du Temple Neuf sur Wiki-protestant [archive]

J'utilise "Lien externe" comme sur Wikipédia, merci aux autres contributeurs d'utiliser la même terminologie pour tout ce qui renvoie l'internaute vers d'autres sources externes pour en savoir plus.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Je corrige la fin de mon premier commentaire. J'ai trouvé en effet une autre source, qui précise qu'en 1873, Emile Salomon fut chargé de remanier les projet des architectes parisiens Motte et Tournade, puis construisit l'édifice (1874-1876), à l'exception du clocher qui ne fut ajouté qu'en 1888 (Roger Lehni). On trouvera les précisions sur toutes ces sources dans le résumé biographique d'Emile Salomon.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
J'assume la faute d'orthographe pour Marrakech, mais pas la mauvaise langue"! J'avais bien compris que le lien actuel n'avait plus rien à voir avec le lien lors de sa création...

Roland burckel

27 months ago
Score 0

Tu es mauvaise langue, par ce lien on pouvait aussi visiter Strasbourg.

J'ai mis de nouveaux liens, mais ils ne sont pas très développés.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Le premier lien , à moins de vouloir aller à Marrackech pour pas cher, n'a plus aucun intérêt. Pour la construction du Temple Neuf, il faudrait mettre comme date de début : 1874, et date de fin : 1877. J'ai lu par ailleurs que, si les plans sont d'Emile Salomon, l'exécution a été faite sur les plans des lauréats parisiens M.M. Bernard Motte et Fournade. Je le signale à tous hasards.
  1. Suzanne Braun, in Eglises de Strasbourg, éd. Oberlin, 2002, pages 164 et 165,
  2. DNA du 01/11/2014 [archive]