Loading...

Eglise du Christ Ressuscité (Paroisses Catholiques) (Strasbourg)

De Archi-Wiki

4 rue de Palerme, 30 rue du Maréchal Juin

Image principale
« 1964-10-00 » contient une séquence qui ne peut pas être interprétée avec une matrice de correspondance disponible pour les composants de date.
Chargement de la carte...

Date de construction environ 1880
Entrepreneur Auguste Schlagdenhauffen
Structure Château d'eau

Date de démolition 10/1964

Date de construction 1968 à 1971
Architecte Norbert Prévôt
Francis Lévy
Alphonse-Roger Adrion
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)

Date de construction 1986
Architecte Robert Wilhelm

Date de rénovation 12/4/2013 au 8/2013
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Château d'eau

Date environ 1880
Entrepreneur Auguste Schlagdenhauffen

Château d'eau construit vers 1880 par l'entrepreneur Auguste Schlagdenhauffen.

Il avait une allure massive, et une architecture qui le faisait ressembler à un donjon moyenâgeux. La partie haute était ornée de deux fines tourelles. Une coupe et une élévation du château d'eau sont visibles dans le livre Strassburg und seine Bauten1 .

Démolition du château d'eau

Date 10/1964

A cet emplacement se trouvait autrefois un château d'eau .

Sur le site officiel de l'église [archive] on peut lire :

"En octobre 1964 commence la démolition du château d'eau. Ses fondations seront utilisées par la suite comme soubassement de la nouvelle église."

Eglise du Christ Ressuscité (Paroisses Catholiques)2

Date 1968 à 1971
Architecte Norbert Prévôt
Francis Lévy
Alphonse-Roger Adrion

Eglise construite en 1971 sur les fondations circulaires d'un ancien château d'eau, qui a été détruit vers les années 1960.

Elle est l’œuvre de l’architecte DPLG Alphonse Roger Adrion, avec la collaboration des architectes DPLG Norbert Prévot et Francis Levy, oeuvrant sans doute dans son cabinet d'architecture. Celui-ci se trouvait à l’époque au n° 10, rue des Pucelles, à Strasbourg.

Le maître d’ouvrage est l’association pour la construction de l’église, représentée par l’abbé Kammerer, curé de la Paroisse.

Le permis de construire est accordé le 1er octobre 1968, avec un avenant du 11.1.1971. La fin des travaux est datée du 12.10.1971. La superficie du terrain est d’environ 35 ares.

Une photo d’une maquette de structure de l’édifice, datée du 22 avril 1968, est conservée dans le dossier, et mérite d’être partagée.

L'église est labellisée "Patrimoine du XXe siècle" par le Ministère de la Culture.

Liens externes :

- Site ArtEsplanade [archive], consulté le 22/01/2017

- Site de la Communauté de paroisses de l'Esplanade [archive], consulté le 23/01/2017.

Intérieur

Peintre Camille Claus
Verrier d'art Ernest Werlé

L'intérieur de l'église présente un ordonnancement remarquablement étudié.

Vitraux :

On mentionnera en particulier les vitraux, qui sont l'oeuvre d'Ernest Werlé, datant de 1972, et dont la signature est visible à la base du vitrail figuratif vertical, placé vers le centre de l'édifice.

Peintures :

On sera également frappé par la présence dans l'église de nombreuses oeuvres du peintre Camille Claus.

Les plus impressionnantes sont les quatre peintures placées derrière l'autel, qui ont été réalisées spécialement pour l'église du Christ Ressuscité et présentées au paroissiens le 17 février 1991. Selon une plaquette de la paroisse, citée en source, de même que selon la source en ligne, ces tableaux représentent "les moments liturgiques de Noël, du vendredi Saint, de Pâques et de la Pentecôte".

Mais à bien y regarder, le quatrième tableau censé évoquer l'événement de la Pentecôte, ne représente-t-il pas plutôt Jésus apparaissant à deux reprises à ses disciples après sa résurrection, et leur disant : "La paix soit avec vous !"  ? On sait que Thomas, l'un des douze n'était pas présent lors de la première venue de Jésus et avait dit qu'il refusait de croire s'il ne voyait pas la marque des clous, etc... D'où sans doute l'insistance de l'artiste à représenter les plaies de Jésus ?

On fera remarquer cependant à juste titre que dans le récit évangélique, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient fermées. Or dans ce quatrième tableau, elles sont représentées ouvertes ou en train de s'ouvrir. Mais ne pourrait-on pas penser que l'artiste a voulu représenter de cette manière l'irreprésentable de la scène ?

Ou mieux, qu’il a voulu représenter le corps spirituel du Christ ressuscité. Et le lien avec la Pentecôte pourrait être ainsi retrouvé, puisque lors de l’événement de la Pentecôte, le Christ s’est rendu présent à la foule des fidèles par son Esprit, justement…

De l'artiste Camille Claus, on mentionnera encore douze autres tableaux réalisés pour l'église du Christ Ressuscité, et présentés aux paroissiens le 24 novembre 2002. Il s'agit des "Icônes de la Présence".

Voici ce que l'artiste a écrit à leur propos le 15 juin 2002 : "Ce ne sont pas des portraits. Il ne représentent pas le visage de quelqu'un. La même figure, simplifiée, répétée, rehaussée d'une variante de modulations colorées, claires ou foncées, voudrait symboliser la présence de Dieu en chaque être humain, en toute création. Inspiré par la mystique rhénane du Moyen-Age, par la musique et les écrits de Hildegarde von Bingen, par les traités et les sermons de Maître Eckhart, de Jean Tauler et de Angelus Silesius, le peintre s'est laissé guider par son intuition. Il ne l'a pas voulu. Cela s'est fait ainsi".

Orgue:

Pour finir, on mentionnera l'orgue construit en 1975 par le manufacturier Paul Adam de Lingolsheim. En 1968, il a fait l'objet d'importants travaux de rénovation et de mise à niveau réalisés par Georges Walther.

Centre Universitaire Georges Bernanos3

Date 1986
Architecte Robert Wilhelm

La construction du Centre Universitaire Georges Bernanos a lieu en 1986.

Le maître d’œuvre est l’architecte Robert Wilhelm, situé au n° 2, rue Sainte Catherine.

Le permis de construire est accordé le 10 mars 1886. La date de la fin des travaux n’est pas connue.

L'adresse du centre est le n° 30, rue du Maréchal Juin.

Travaux

Date 12/4/2013 au 8/2013

L'Eglise est actuellement entourée d'échafaudage, pour travaux d'étanchéité sur la couverture notamment;

Références

  1. Strassburg und seine Bauten (Livre) - Architekten- und Ingenieur-Verein für Elsass-Lothringen, Strassburg und seine Bauten, Strasbourg, K. J. Trübner,1894, p.628
  2. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 795W40 et 795W41
  3. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 795W41

Sources

- Site ArtEsplanade, [archive] consulté le 22/01/2017

- Plaquette de la Paroisse du Christ Ressuscité pour la présentation des "Icônes de la Présence" (24.11.2002).

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 9 mois
Pointage 0
J'ai ajouté le lien vers l'entrepreneur Schlagdenhhauffen et changé la date : la construction du château d'eau date en effet forcément d'avant 1894, puisque l'entrepreneur est décédé à cette date. Il y a nombre de magnifiques photos de cet ouvrage sur le site. Ce serait superbe d'ajouter dans la mesure du possible des légendes et des dates, en particulier celle du château d'eau en construction.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 14 mois
Pointage 0
Merci Fabien ! J'ai rajouté la mention du label du Ministère de la Culture, que j'avais oubliée ! En fait, il n'y avait pas grand chose à ajouter à la fiche !

Fabien Romary

Il y a 14 mois
Pointage 0

si nécessaire le lien cassé est archivé ici :

https://web....x.php?info=5 [archive]

je rappel l'existence de ce site très pratique qui archive régulièrement certains sites et certaines pages:

https://web.archive.org [archive]

Wilfred HELMLINGER

Il y a 14 mois
Pointage 0
Le lien vers "un petit historique de l'église" n'est pas valide, mais ce n'est pas grave, je vais en effet apporter quelques petits compléments et modifications à la fiche et remplacer le lien défectueux par un nouveau lien.