Loading...

Eglise Sainte Jeanne d'Arc (Mulhouse)

From Archi-Wiki

77 rue Vauban

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1933 à 1954
Architecte Paul Kirchacker
Sculpteur Pierre-Alexandre Morlon
Verrier d'art Frères Ott
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 30/10/1990
Consultez les 1 actualités de l'adresse


Eglise Sainte Jeanne d'Arc

Date 1933 à 1954
Architecte Paul Kirchacker
Sculpteur Pierre-Alexandre Morlon
Verrier d'art Frères Ott

Eglise en béton armé et briques

L'église, commencée en 1933 et bénie dès 1935, ne sera consacrée qu'en 1954, les travaux de décoration ne s'achevant qu'en 1956, soit 23 ans après la pose de la première pierre1.

Cette construction de béton armé et de briques, œuvre de l’architecte François-Paul Kirchacker-Demant2 est très représentative des tendances architecturales et décoratives en vogue dans la période de l’entre-deux-guerres. Elle tranche fortement avec les lieux de culte construits jusque là. L'église présente des élévations extérieures, aux formes géométriques marquées, dont notamment à la croisée d'un transept peu saillant, une tour- lanterne octogonale coiffée d'un dôme à huit facettes d'inspiration byzantine. Elle comporte également sur son flanc gauche un campanile carré de quarante-quatre mètres, très élancé et décoré d’anges. Disposées aux quatre angles du sommet, ces statues monumentales d'anges-orants de cinq mètres de haut ont été réalisées par le sculpteur-médailleur Pierre Alexandre Morlon (1878-1951)2.

Par ses dimensions imposantes: soixante cinq mètres de long par trente mètres de large et une hauteur de la nef de plus de treize mètres, pour une capacité de plus de mille places assises, ce sera la plus grande église construite en Alsace au XXe siècle.

Décor intérieur

A l’intérieur de l’édifice le style néo-byzantin prédomine. Il en va ainsi du chœur très richement décoré, arborant un arc triomphal en bas-reliefs et de nombreuses dorures, de la coupole à caissons qui repose sur des trompes en escalier au dessus desquelles figurent les symboles des quatre évangélistes, ou encore du maître-autel à baldaquin avec sa voûte peinte imitant la mosaïque, oeuvre du strasbourgeois Valentin Jaeg.

Les quatre autres médaillons carrés au niveau de la coupole représentent les visions de Jeanne d'Arc (Saint Michel, Sainte Marguerite d' Antioche et Sainte Catherine d'Alexandrie), et les quatre colonnes comportent sur les chapiteaux les vertus attribuées à Jeanne d'Arc lors de sa béatification en 1909 par le pape Pie X (Force ,Justice, Prudence et Tempérance)3. Tous ces motifs en bas-reliefs ont été réalisés par la maison Abel Fabre de Paris, et peints par l'artiste mulhousien François Talenti. Le sculpteur des bas-reliefs est inconnu.

Les 21 vitraux, qui figurent les douze apôtres, la Vierge de Lourdes, le Sacré-Coeur de Paray-le-Monial, St Antoine de Padoue, St Joseph, le baptême du Christ et la vie de Jeanne d’Arc, sont réalisés entre les années 1933 et 19564.

Tous ces vitraux ont été réalisés par la maison Ott-frères, maîtres verriers à Strasbourg2,5.

Note: Le nom de l'architecte Demant est donné en plus dans la base Mérimée5, il s'agit d'une erreur, l'auteur de cette église est bien l'unique architecte Paul Kirchacker-Demant, nom donné sur le site de l'Observatoire du Patrimoine Religieux2.

Inscrit Monument Historique

Date 30/10/1990

Eglise catholique Sainte-Jeanne-d'Arc

Inscrite en totalité à l' inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 30/10/19905.

Restauration

Date 5/5/2017

La Fondation du Patrimoine lance un appel de fonds pour la restauration de cette église qui a des gros problèmes d'étanchéité6.

Une médaille commémorative, représentant une élévation de l'église surmontée du médaillon de Jeanne d'Arc en prière ornant le chœur de l'église, a été réalisée par souscription en 2018 afin de participer au financement des travaux de toiture7.

Toutes les photos ci-dessous sont extraites du site de la Fondation du patrimoine6 et ont été prises par Michel Charbonnier (exception faite de la fresque en bas-relief de l'arc triomphal).

Photos de l'extérieur

Photos de l'intérieur

Rénovation

Date 2019


La rénovation de la toiture est en cours de réalisation pour un coût de 250000 euros8.

Références

  1. JDS [archive], site consulté le 5/5/2017
  2. a, b, c et d Site de l'observatoire du Patrimoine Religieux [archive], texte de M. Michel Charbonnier, président du conseil de fabrique de cette église, consulté le 29/04/2019
  3. Message par mail de M. Michel Charbonnier, président du conseil de fabrique de cette église, le 29/04/2019
  4. Tourisme Alsace [archive], site consulté le 5/5/2017
  5. a, b et c site Mérimée [archive] consulté le 29/04/2019
  6. a et b Site de la Fondation du Patrimoine [archive], texte de M. Michel Charbonnier, président du conseil de fabrique de cette église, consulté le 5/5/2017
  7. https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2018/03/une-medaille-pour-leglise-ste-jeanne-darc-de-mulhouse/ [archive] consulté le 30/04/2019
  8. https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2019/02/14/un-chantier-a-37-000-tuiles [archive] consulté le 30/04/2019

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • Almanach Sainte-Odile [archive], 2016, page 22-23, L'église Sainte Jeanne d'Arc, la plus grande église construite au XXème siècle, Michel charbonnier

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Il y a plus fort encore : c'est l'architecte bien connu Pierre Michel d'Ixnard (1723-1795) : il s'appelait en effet Pierre MiCHEL. Il a ensuite pris le patronyme de son épouse Thérèse Isnard, puis il l'a "musclé" un peu avec un "x", et en ajoutant une "particule", tout en gardant son patronyme comme deuxième prénom... J'essaierai dès que possible de relater cela, ainsi que la source de ce renseignement dans la biographie sur notre site.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Effectivement, j'ai de mon côté trouvé sur le site de la BNUS et mis en ligne un numéro de l'Echo des communes de 1934, où l'architecte communal est P. Kirchacker-Demant. Je pense que c'est sûr à présent.

Roland burckel

27 months ago
Score 0

Merci pour vos observations, j'ai corrigé.

Je pense effectivement que Kirchacker et Demant sont le même homme. J'ai trouvé son nom sur le site de l'observatoire du fait religieux pour cette église: http://www.p...e-JeannedArc [archive]

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0

En fin de compte, je me demande même si cet architecte "Demant" existe vraiment. Voir ce document où on parle de l'architecte "François Paul Kirchacker-Demant (1875-1935)":

http://www.s...he_Brune.pdf [archive]

Affaire à suivre, donc !

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Merci Fabien, mais je me suis abstenu, de peur de créer un bug encore plus important !

Fabien Romary

27 months ago
Score 0

Le problème avec l'architecte 'Demant' est résolu. Il s'agit bien d'un bug dont je n'ai jamais trouvé l'origine.

Pour résoudre le problème il faut :

1) supprimer la personne (le bouton supprimer est accessible depuis la fiche)

2) puis la recréer

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Merci Roland. Vérifie juste l'orthographe dans le texte : Demant (et non Demand). En fait, j'ai trouvé qu'il est également fait mention de ce dernier dans la notice sur l'église en question dans l'ouvrage "Le Patrimoine des communes du Haut-Rhin". Mais on n'y trouve pas non plus davantage de renseignements sur celui-ci, et même pas son prénom. Peut-être s'agit-il d'un beau-frère de l'architecte Paul Kirchacker, qui a, semble-t-il, épousé une personne de ce nom ? Juste encore une petite remarque : quand on clique sur "Demant", on constate qu'il s'est produit un petit "bugg". Ce qui a pour conséquence que si jamais je trouve quoi que ce soit sur cet architecte, je ne pourrais donc pas le rajouter. Merci, Roland (ou Fabien) de trouver la solution à cette bizarrerie.

Fabien Romary

27 months ago
Score 0

ok merci Roland.

Par contre il faudrait respecter le format ci-dessous pour les sources car ces informations seront automatiquement remontés sur la futur version du site.

Ainsi au lieu de :1(site consulté le 5/5/2017)

il faut écrire:2

Dans le nouveau site ce type d'information sera affiché comme référence, comme sur Wikipédia. S'il y a deux parenthèses comme actuellement seul les premières parenthèse seront migré en référence, mais pas les secondes.

Roland burckel

27 months ago
Score 0
J"ai complété le texte, mais je n'ai trouvé aucune information sur l'architecte Demant cité dans la base Mérimée.

Wilfred HELMLINGER

27 months ago
Score 0
Tu n'es pas seul, moi aussi je ne suis pas entendu ! Je pense en effet que sur le site actuel, il est très utile d'écrire le nom de tous les maîtres d'oeuvre dans le texte de la fiche, et pas seulement de l"épingler" en haut. Car, seul le texte de la fiche apparaît ensuite avec la date et le nom du contributeur dans l'historique. Ainsi, Roland, si tu as bien évoqué P. Kirchacker dans le texte de la fiche, il n'en n'est pas de même de l'architecte Demant, sans parler des Frères Ott que tu as rajouté encore ensuite. Merci d'y penser !

Fabien Romary

27 months ago
Score 0
source internet consulté = date de consultation OBLIGATOIRE; Roland souviens toi je l'ai redit et expliquer pour la Xème fois lors de la rencontre contributeur, il en va de la crédibilité du site; un lien internet est par nature fragile, il peut disparaître (être brisé, cassé, déplacé etc). Ceci est valable tant pour les liens que pour les photos récupéré d'autres sites. C'est lourd à l'affichage actuellement mais sera affiché autrement sur le futur (je me répète mais je ne suis pas compris...)
  1. JDS
  2. site JDS, consulté le 5/5/2017