Loading...

De la Fondation Ehrmann à la Crèche Lovisa (Strasbourg)

From Archi-Wiki

66 rue Mélanie

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1880
Architecte Henri Perrin
Structure Bâtiments publics
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


De la Fondation Ehrmann à la Crèche Lovisa

Date 1880
Architecte Henri Perrin

L'Hospice Lovisa, les frais d' achat, de transformation, de constructions nouvelles et d' aménagement, pour un coût se montant à 246 000 marks, par l'architecte hospitalier Perrin en 1880, situé dans un parc et grand jardin de 5 hectares environ. C'est ce que précise l'ouvrage "Strassburg und seine Bauten". Faisant partie des Hospices Civils, il était destiné initialement à des convalescents des deux sexes. Conçu sous la forme de deux pavillons à deux niveaux, il comprenait des pièces de séjour, des salles à manger et chambres à coucher pour les malades, les deux pavillons étant reliés par une galerie vitrée (Die Krankenraüme, Wohn-, Speise- und Schlafzimmer befinden sich in zweigeschossigen Pavillons, welche durch eine zum Aufenthalt bei schlechtem Wetter bestimmte Glasgallerie verbunden sind). Toujours selon cette source, les plans se trouveraient dans un ouvrage de Krieger, Topographie von Strassburg, page 381. Il y a peu de chance par contre de les trouver dans un des dossiers de la Police du bâtiment, dont le plus ancien ne s'ouvre, semble-t-il, qu'après 1900.

On voit sur une illustration, extraite d'un journal de l'époque, la galerie vitrée telle qu'elle était à l'origine. Un écriteau avec la mention "Stiftung Ehrmann" (Fondation Ehrmann) rappelle que le banquier Jean-Auguste Ehrmann (1786-1876), membre de la Commission administrative des Hospices civils, légua à cette institution par testament du 4.1.1876 la somme de 843.594, 78 marks équivalente à un million de francs de l'époque. Dans sa notice du dictionnaire de biographie alsacienne sur ce personnage, Théodore Vetter précise que "le testateur avait stipulé que cette somme devait faire l'objet d'une gestion particulière, destinée à la fondation et à l'entretien d'un établissement pour convalescents, qui, en souvenir de sa mère, devait porter le nom de celle-ci". Sa mère s'appelant Louise, l'institution reçut le nom de "Lovisa".

Théodore Vetter rajoute qu'au décès de Jean-Auguste Ehrmann, "il fut alors procédé à l'achat d'une propriété à la Robertsau sous la direction de l'architecte hospitalier Perrin ; l'aménagement des locaux avec deux pavillons destinés respectivement aux femmes et aux hommes, fut suivi de l'ouverture, en 1880, de l'Hospice Lovisa. Par la suite, l'établissement devait connaître différentes destinations : asile des orphelins durant la guerre de 1914-1918, il fut converti, à la suite de la dépréciation du capital, en refuge pour les enfants, administré par l'Office municipal de la Jeunesse, avant de devenir, en 1975, Maison de protection maternelle départementale". Actuellement l'Hospice Lovisa abrite une crèche collective.

Références

Sources

  • Notice concernant Jean-Auguste Ehrmann, par Théodore Vetter, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 9, page 773-774
  • Strassburg und seine Bauten, Strasbourg, 1894, page 524
  • Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, éd. DNA, tome IV, Strasbourg, 1982, page 365
  • Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, page 341,- Les Grands Hospices Français Tome I Les Hospices de Strasbourg 1932, page 23. )

P.S. : comme c'est la règle sur archi-strasbourg, ce texte et les photos qui l'accompagnent sont une première ébauche et toute contribution qui pourrait l'améliorer sera bienvenue.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Aw2mw bot

30 months ago
Score 0
Ich wohnte kurz vor und auch nach der Geburt meiner Tochter; 5.2.1965; gratis im Haus Lovisa in Robertsau; die sich auch um das Krankenhaus bemuehten. Es hat mir in einer schwierigen Lebenssituation sehr geholfen; was ich nie vergessen habe. Merci