Loading...

Communauté Assomptionniste de l'Orangerie (Strasbourg)

From Archi-Wiki

26 Boulevard de l' Orangerie

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1908 à 1909
Architecte Otto Zache
Heinrich Backes
Structure Maison

Date de transformation 1972
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Corpshaus der Burschenschaft Arminia1

Date 1908 à 1909
Architecte Otto Zache
Heinrich Backes

Belle maison dûe aux architectes Backes et Zache et construite pour une association d'étudiants pratiquant l'escrime, appelée "Arminia" (Corpshaus der Burschenschaft Arminia). L'autorisation de construire date du 15.6.1908., suivie d'une nouvelle autorisation avec modification en date du 11.12.1908. La fin des travaux intervient autour du 5.5.1909. Comme on le lira plus loin, l'association d'étudiants Arminia quitte Strasbourg à la fin de la Première Guerre Mondiale. En 1920 la maison est sous séquestre. En 1922, la villa appartient Pierre Violland, qui n'habite pas la maison (domicilié au n° 7 rue Fridolin ), mais est à l'origine de la construction d'un garage en 1931.

Nous verrons plus loin ce qu'il est advenu de cette maison par la suite. Mais mentionnons de suite le décor sculpté ornant le pignon, qui évoque la destination première de l'immeuble. On y reconnaît une panoplie du parfait escrimeur, et en utilisant la taille maximale de l'image, on peut lire les mots "Ehre" et Vaterland", qui forment avec le mot "Freiheit" la devise de l'association. L'autre originalité de cette maison, liée à son usage communautaire, est l'existence d'une grande salle de près de 80 m², servant de taverne aux étudiants (Kneipsaal), et occupant deux niveaux, si l'on se fie aux plans initiaux.

Voici d'ailleurs un essai de description de l'intérieur de l'immeuble à l'époque de sa construction, en se basant sur les plans de Backes et Zache. Il ne prétend évidemment pas à une parfaite exactitude.

- un 1er niveau, appelé Kellergeschoss, comprend des chambres à coucher (Schlafzimmer), un séjour (Wohnzimmer), un hall d'accueil et une garde-robe, des toilettes, une cuisine, un local pour les provisions de bière et de vin (Wein / Bier Vorräte), un local à charbon (Kohle) et une salle d'escrime (Fechtboden) d'environ 38 m².

- un 2e niveau, appelé Erdgeschoss, comprend un vestibule (Diele), une salle de réunion (Konventzimmer), une chambre appelée "Lejezimmer", un local à boissons (Schenke), une terrasse, mais surtout une grande salle, évoquée plus haut, appelée "Kneipe" sur le plan, en somme une grande salle d'environ 80 m², servant de taverne aux étudiants et qui semble avoir occupé deux niveaux en hauteur. En se rendant sur le site consacré à l'histoire de l'association, on trouvera une photo de cette salle.

- un 3e niveau, appelé Obergeschoss, qui serait donc forcément plus réduit, en raison de l'espace occupé par la taverne, et comprenant des chambres de séjour.

Voici par ailleurs quelques données complémentaires concernant l'association d'étudiants Arminia [archive] extraites du site consacré à son histoire : elle a été fondée le 18.1.1886 à Strasbourg par un étudiant du nom de Teichmann avec d'autres membres de l'Université strasbourgeoise. Elle se reconnaît dans les valeurs de l'association mère, fondée en 1815 : "Liberté, Honneur, Patrie" (Freiheit, Ehre, Vaterland). En 1909 est inaugurée d'une manière festive le siège de l'association dans la maison nouvellement construite au n° 26, boulevard de l'Orangerie. Elle serait la première du genre à Strasbourg. A la fin de la guerre, en 1919, l'association strasbourgeoise d'étudiants Arminia quitte Strasbourg pour Frankfurt-am-Main, puis s'installe en 1922 à Tübingen. D'après notre source, l'association aurait été de retour à Strasbourg en 1941, sans qu'il soit précisé dans quel lieu, et en 1944 ce lieu aurait subi des bombardements et les archives de l'association auraient été détruites.

Remarque concernant le nom "Arminia" de l'association : Ce nom n'est sûrement pas sans rapport avec un certain Arminius (16 av. JC - 21 ap. JC), fils d'un chef chérusque, élevé à Rome, devenu citoyen romain et qui, de retour dans ses terres d'origine, libéra les peuples germains à la bataille de Teutoburg. On le voit d'ailleurs figuré dans le fronton triangulaire qui surmonte la loggia du Palais du Rhin, en compagnie de Clio, la muse de l'Histoire2

Remarque générale : cette maison nous fait penser à deux autres maisons strasbourgeoises datant de l'époque allemande, et destinées à des associations d'étudiants : - le n° 2, rue du Conseil des Quinze, et le n° 10, quai Rouget de l'Isle

Communauté Assomptionniste de l'Orangerie1

Date 1972
Architecte J. Roland Neppel

En 1952, commence une nouvelle étape pour cette maison. Le 22 juillet 1952, en effet, la congrégation des Assomptionnistes l'achète, via l'association Odilia, à Mme Camille Henriette Schwoerer née Brunck, propriétaire depuis le 28 juillet 1947. C'est ce que nous apprenons en nous rendant sur le site de la Communauté Assomptionniste de l'Orangerie [archive], où l'on peut découvrir également, dans la rubrique "historique" de très intéressantes photos extérieures et intérieures de la maison, avant que celle-ci n'acquierre sa nouvelle destination. L'une d'entre elles est particulièrement pittoresque, et représente la maison, "dans les années cinquante", si l'on en croit la légende, mais à notre avis cette photo est beaucoup plus ancienne. Nous nous questionnons aussi concernant la photo censée représenter la salle d'escrime : ne représente-t-elle pas plutôt la taverne (Kneipe), évoquée plus haut ? La salle d'escrime (Fechtboden) se trouvant plutôt au Kellergeschoss ? (voir notice consacrée à la première destination de l'immeuble).

Reprenons l'historique proposé par le site de la communauté assomptionniste : " En 1952-53, le P. Emile Jean habite seul dans la maison et loue les chambres à des étudiants. De septembre 1953 à 1970 la maison sert de résidence et de maison de formation de religieux étudiant en Faculté. De 1970 à juillet 1980 elle est Foyer de Lycéens et depuis 1980, communauté d'accueil de jeunes adultes ".

Pour ce qui concerne l'architecture de la maison, le dossier de la Police du Bâtiment nous apprend que la Communauté des Pères assomptionnistes dépose le 12.4.1972 une demande d'autorisation de permis de construire, en vue d'apporter une importante transformation de l'immeuble, à la fois extérieure et peut-être intérieure.

L'auteur des dessins et plans est J. Roland Neppel, technicien en bâtiment, 25 avenue du Général de Gaulle, à Eckbolsheim. L'arrêté portant permis de construire date du 5.5.1972. Pour ce qui est visible, on notera qu'on a remplacé la forme curviligne de deux baies de la façade par des formes rectangulaires. Le décor sculpté ornant le pignon a été préservé, mais on observe l'apparition sous ce décor de deux oculus, qui n'existaient pas sur la façade originale, si l'on se fie aux dessins de Backes et Zache.

On saisit de suite que la configuration des lieux ait pu séduire une communauté cultuelle. Ceci est une pure déduction, mais il est probable que l'ancienne taverne des étudiants est aujourd'hui un espace consacré à la prière, à savoir aux Laudes (prières du matin), à la prière de midi, et à la messe du soir avec les Vêpres, comme cela est indiqué sur un petit panneau explicatif à l'entrée de l'immeuble.

Références

  1. a et b Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 886W12
  2. Elisabeth Loeb-Darcagne : Sept siècles de façades à Strasbourg, I.D. Edition, 2012, page 134