Loading...

Cité Spach (Strasbourg)

De Archi-Wiki

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 Cité Spach
3, 9, 11 rue de Flandre
16 rue Edel

La propriété « Adresse complète » (comme le type de page) avec la valeur d’entrée « 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 Cité Spach3, 9, 11 rue de Flandre16 rue Edel » contient des caractères non valides ou est incomplète, et donc peut provoquer des résultats inattendus lors d’une requête ou d’un processus d’annotation.

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1898 à 1900
Architecte Johann-Karl Ott
Structure quartier
Courant architectural alsacien (colombage)

Date de construction 1903 à 1905
Architecte Albert Nadler
Structure quartier
Courant architectural alsacien (colombage)

Date de extension 1909 à 1910
Architecte Fritz Beblo
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Historique de la cité Spach

Date 1895 à 1898

La cité Spach a été conçue à la toute fin du XIXème siècle et au seuil du XXéme siècle, dans le secteur de l’avenue de la Forêt-Noire.

Comme l’écrit Marie Pottecher dans une étude magistrale parue en février 2011 dans une publication de la Ville de Strasbourg, elle « constitue un objet privilégié pour l’étude du logement social et de son insertion dans cette ville en devenir qu’est alors la Neustadt »1.

La genèse de la Cité est exposée avec tant de détail et de sérieux dans ce document qu’on pardonnera la confusion dans les prénoms du secrétaire général de la ville de Strasbourg Frédéric Gustave Spach (1809-1895) 2, (appelé dans l’article « Louis Gustave » Spach).

C’est en effet grâce à un legs important à la Ville de Frédéric Gustave Spach, qui mourut en 1895 sans héritier direct, et à la création d’une fondation souhaitant aider les fonctionnaires municipaux dans le besoin, que fut décidée le 6 mars 1899 par le conseil municipal la construction de cent-un logements sociaux conformément aux principes de l’hygiène, spacieux, hauts de plafond, bien aérés, équipés de gaz pour le chauffage et l’éclairage. Ainsi naît la cité Spach, qui répond aux mêmes critères hygiénistes qu’une caserne militaire 3.

On précisera encore qu’un frère aîné de Frédéric Gustave Spach, à savoir Louis Adolphe Spach (1800-1879), archiviste du Bas-Rhin de 1840 à 1879 a donné son nom à une rue proche du Parc de l’Orangerie (allée Spach)4.

Un autre frère, Edouard Spach (1801-1879) était par ailleurs un savant naturaliste, dont le vaste herbier fut offert à sa mort au Museum de Paris 5.

Construction de l’alignement sud

Date 1898 à 1900
Architecte Johann-Karl Ott

D’après l’excellent article de Marie Pottecher, déjà mentionné, la construction du plan de la cité a incombé au service municipal d’architecture, dirigé à l’époque par Johann Karl Ott.

Un premier alignement cohérent de 11 immeubles de trois étages accolés est signé par Johann Karl Ott en 1899. Il s’agit des numéros 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16, 18 cité Spach et 9 rue de Flandre, qui sont de couleur jaune.

Les travaux sont confiés à l’entrepreneur strasbourgeois Auguste Brion et sont engagés en avril 1898, leur achèvement étant prévu pour juillet 1900.

Des équipements y seront cependant ensuite progressivement ajoutés au cours des années qui suivent, et dont on trouvera le détail à la lecture de l’article cité1.


Construction de l’alignement nord

Date 1903 à 1905
Architecte Albert Nadler

Dès 1903, la jeune Société coopérative de logements populaires (Gemeinnützige Baugenossenschaft) fait construire le pendant de la cité Spach.

Il s’agit des numéros 1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17 cité Spach et 11 rue de Flandre, qui sont de couleur rouge.

Cette nouvelle cité est conçue par l’architecte Albert Nadler, à qui l’on doit également en matière de logements social, l’ensemble du « Katholischer Bauhof », boulevard de Lyon.

Le pendant de la cité Spach conçu par Nadler est en fait une quasi-réplique, à l’exception des commerces, du premier alignement d’immeubles conçu par la Ville quelques années auparavant.

Selon Marie Pottecher, dont nous partageons les grandes lignes de son article, « ce choix procède sans doute de la volonté de la Ville, qui souhaite assurer une certaine unité à l’ensemble. Celui-ci forme alors une cité-rue proche dans son aspect des courées du nord de la France, des Flandres ou d’Angleterre ».

Elle ajoute que la présence d’oriels d’angles est particulièrement remarquable du point de vue urbanistique, participant pleinement à l’identité visuelle de la cité1.


Construction d’extensions perpendiculaires aux alignements

Date 1909
Architecte Fritz Beblo

Mais la cité Spach connaissant rapidement un important succès, l’ensemble des logements sont occupés au cours des années et la fondation et la Ville décident alors d’une extension. Il s’agit des n° 3, rue de Flandre, et 16, rue Edel, commencés en 1909.

Comme en 1899, les plans des bâtiments sont dressés par le service municipal d’architecture.

Marie Pottecher, dans son article, précise que ces extensions sont implantées perpendiculairement par rapport aux premiers bâtiments de la cité, et que les références à la renaissance alsacienne sont abandonnées au profit du vocabulaire cher au nouveau responsable du service municipal d’architecture, à savoir Fritz Beblo1.

Inauguration d'un atelier d'artiste

Date 8/2/2011

Mardi le 8 février 2011 a été inauguré au n° 9, rue de Flandre un atelier d'artiste, à côté de la Maison de l'Azerbaïdjan. A l'origine : Emmanuel Suzan, artiste peintre, qui avait déjà lancé au printemps dernier l'opération "Quartiers en couleurs " avec l'école Vauban. Nous proposons ci-joint l'article des DNA paru le 15.2.2011 dans les éditions de Strasbourg (nous avons légèrement modifié la "maquette" afin de rendre la lecture plus agréable).

Références

  1. a, b, c et d Article de Marie Pottecher : « Une cité dans la Neustadt : la cité Spach », pages 6 à 15, in « L’urbanisme à Strasbourg au XXe siècle. Document PDF en ligne [archive], consulté le 30/06/2018
  2. Caroline Tourette, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 35, page 3677
  3. Base CANOPE, Académie de Strasbourg, Base numérique du Patrimoine d’Alsace : http://www.crdp-strasbourg.fr/data/albums/idf_reichsland_strasbourg_germanisation/index.php?img=16&parent=1 [archive], consulté le 30/06/2018
  4. Christian Wolff, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 35, pages 3675 et 3676
  5. François Schaller, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 35, pages 3676 et 3677

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 5 mois
Pointage 0
Merci, Fabien, pour tes encouragements et tes conseils et surtout d'être passé à l'action !

Digito

Il y a 5 mois
Pointage 0

Bravo pour ce travail de synthèse c'est vraiment ce dont nous avons besoin sur le site. Les progrès sont vertigineux quand je compare le contenu aujourd'hui par rapport à il y a quelques années...

J'ai mis à jour quelques points de détail :
1) Regrouper les sources, voir l'aide:
Comment utiliser plusieurs fois la même source :

http://www.a....AAme_source [archive]

2) au niveau ponctuation c'est plus cohérent de mettre la référence <ref> avant le point finale "." de chaque phrase.

Voir l'aide :
Ponctuation, ou mettre la référence <ref>

http://www.a....28source.29 [archive]

3) j'ai encore des soucis pour afficher tous les points sur la carte mais je penses que ça devrait être faisable.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 5 mois
Pointage 0

J’ai remodelé à fond cette adresse (c’était utile), mais je demande de suite l’indulgence des lecteurs, car à l’impossible nul n’est tenu : 1) Ainsi, j’ai renoncé à ajouter les numéros des immeubles, espérant que le lecteur compensera en étudiant la carte. 2) J’ai renoncé aussi à consulter les dossiers aux Archives, cette fois par crainte du trop plein, mais je n’ai en revanche pas non plus réussi à synthétiser dans la rubrique « Références » les renvois à ma source principale (article de Marie Pottecher). 3) Enfin, j’espère ne pas avoir enfreint le code de bonne conduite en citant abondamment cette dernière source, à laquelle j’apporte heureusement aussi un petit « plus », concernant les prénoms exacts de « Frédéric Gustave » Spach, secrétaire général de la ville de Strasbourg et généreux donateur.

Ceci dit, cette contribution m’a apporté en retour que je suis à présent incollable concernant les trois frères Spach , Frédéric Gustave déjà cité, Edouard, le savant naturaliste et Louis Adolphe, l’archiviste !

Aw2mw bot

Il y a 15 mois
Pointage 0

Merci beaucoup, venez me rencontrer au 9, rue de Flandre. Des projets et des actions.

http://www.s...l?ci38041=35 [archive]