Loading...

Centre socio-culturel Camille CLAUS (Strasbourg)

From Archi-Wiki

41 rue Virgile

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1988 à 1989
Architecte Jean Moreau
Maria Mayerl
Structure Bâtiments publics

Date de ravalement 2020
Peintre Sherley Freudenreich
Consultez les 1 actualités de l'adresse


Centre socio-culturel Camille CLAUS

Date 1988 à 1989
Architecte Jean Moreau
Maria Mayerl

Le centre socio-culturel est idéalement situé à la confluence des trois types d'habitats que sont la cité du Hohberg, la cité Engelbreit (accession à la propriété) et le quartier des Romains (maisons individuelles et petits collectifs construit avant 1939), il fait le lien entre ces trois secteurs. Le centre sert aussi de halte-garderie.

Une extension, sous forme de multi-accueil, est installée à quelques mètres dans le prolongement du centre.

Rappelons que Camille Claus était un peintre dont l'atelier se situait à Koenigshoffen. Une école porte également son nom dans le quartier, au 9 rue Gerlinde.

Articulé autour d'un patio central aux contours irréguliers, le bâtiment est composé de plusieurs petits volumes juxtaposés, couverts pour la plupart d'entre eux par des toits en pente douce en appentis ou en bâtière.

Le patio est nommé "Roger Koehren" du nom du président fondateur de l'Association J.S Koenigshoffen 1964-1978. Camille Claus en a été le vice-président fondateur.

La façade principale, côté est, est animée par une pergola rythmée par des poteaux en béton. Ces poteaux en béton ont été conçus à l'origine pour faire office de scène extérieure via quelques légers compléments1. Un avant-corps hémisphérique et des faïences géométriques multicolores contribuent à décorer la façade. Plusieurs encadrements de fenêtre sont également colorés.

Le centre a été construit dans les années 1988-89. Il était en effet en cours de construction en 1989 d'après une vue aérienne de septembre 19892.

L'édifice est l'oeuvre des architectes Jean Moreau et Maria Mayerl. Le cahier des charges en vue de la réalisation du centre a été effectué par les habitants et membres de l'association JSK, qui pour ce faire s'étaient adjoints comme prestataires, la compétence de deux architectes qui in fine ont été ceux qui ont réalisé l'oeuvre. Ce cahier des charges a nécessité près de 1800 heures de bénévolat. L'une des originalités du bâtiment est qu'aucun des murs intérieurs des salles ne sont porteurs, permettant une modularité des espaces. Des édicules visibles en toiture permettent aussi d'avoir une belle hauteur sous plafond3.

Création d'une fresque

Date 09/2020
Peintre Sherley Freudenreich

Le carrelage en façade a été enduit et recouvert d'une fresque s'inspirant d'un dessin de Camille Claus4.

La fresque représente une grande femme rêveuse, autour d'elle des plantes sauvages du quartier poussent démesurément. Des habitants se promènent dans cette jungle, d'autres s'envolent. Des éléments réels du quartier se retrouvent transformés dans le rêve de Camille4.

L'artiste Sherley Freudenreich5 a imaginé ce dessin en s’inspirant du travail de Camille Claus et de la nature présente à Koenigshoffen4.

Des jeux aux couleurs chatoyantes ont également été peints au sol.


Références

  1. En rajoutant une bâche pour faire un toit sur le réseau de grilles métalliques et des tréteaux d'un mètre de hauteur entre les poteaux, l'arrière côté entrée du CSC servant de coulisse
  2. remonterletemps.ign.fr, vue datée du 18 septembre 1989 [archive], consulté le 04/09/2020
  3. Informations recueillies auprès de Jacques Schumpp, président de l'association J.S. Koenigshoffen, lors de l'Inauguration de la nouvelle fresque en façade, le 14/10/2020 et correspondances par courriel du 15/10/2020
  4. a, b et c https://jskoenigshoffen.asso.fr/participez-au-reve-de-camille/ [archive] consulté le 06/10/2020
  5. Voir le site de l'artiste Sherley Freudenreich [archive]

Lien externe