Loading...

Bains Municipaux (Sélestat)

De Archi-Wiki

8 Paul Déroulède

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1927 à 1928
Architecte Lucien Cromback
Sculpteur Albert Klein
Entrepreneur Killy Frères
Structure Bains publics / Piscine / Thermes
Courant architectural Art déco

Date de transformation 2016
Structure Bâtiments publics
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1927 à 1928
Architecte Lucien Cromback
Sculpteur Albert Klein
Entrepreneur Killy Frères


«A Sélestat, les bains municipaux étaient appelés communément bains chauds, en opposition aux bains froids. Les bains froids étaient une sorte de piscine aménagée sur le Mulbach, de 1891 à 1956.»2

L’architecte strasbourgeois Lucien Cromback dresse les plans de l’établissement de bains. Le commanditaire est la ville de Sélestat qui «souhaite rattraper son retard car toutes les grandes villes d’Alsace possèdent déjà un établissement de bains». Le gros œuvre est réalisé par l’entreprise Killy Frères.

L’établissement ouvre en septembre 1928 et propose aux usagers bains et douches ainsi que des bains médicinaux, des salles de détente et de massages.

«Une piscine devait être construire dans un second temps mais cette construction n’a jamais vu le jour.»

Le programme décoratif est en lien avec la fonction du lieu. Les sculptures de la façade ont été réalisées par le sculpteur strasbourgeois Albert Klein et les vitraux par Victor Rubert de Sélestat. Le portail est du maître ferronnier d’art Joseph Andrès de Sélestat.

Sur la façade se trouvent des bas-reliefs de cygnes, canards, naïades, de chevaux de mer… Le porche est précédé d'un bassin avec motifs sculptés dont un phoque sur l’escalier. La porte d’entrée est ornée d’une tête de Neptune. Les ferronneries et autres ornements sont représentatifs du style Art Déco.

La généralisation des salles de bains dans les logements, dans les années 1960, a pour conséquence le déclin progressif de l’établissement de bains.

«A partir de 1968, des bureaux administratifs et associatifs sont aménagés dans le bâtiment…»

Dans les années 1980, les bains municipaux occupent seulement le sous-sol. Ils ferment définitivement leurs portes au début des années 1990. Les dernières baignoires ont été détruites durant les travaux de rénovation de 2016.

En septembre 2017, l’Ecole de Musique de Sélestat s’installe dans le beau bâtiment des anciens Bains municipaux rebaptisé les "Bains Musicaux". Sur la façade, on découvre une plaque mentionnant l’inauguration des "Bains musicaux" le 21 juin 2017.

Références

Contribuez aussi à cet article


Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 2 jours
Pointage 0
J’ai toujours du mal à renoncer à une recherche, avant d’avoir épuisé toutes les ressources... Du coup, à l’occasion d’une visite aux Archives, j’ai consulté le fichier domiciliaire pour la période 1920-40. Mais, à part un « Albert Klein » lithographe, mort en 1915, aucun « Albert Klein » sculpteur ! Conclusion : sauf lacune dans le fichier (ce qui est très improbable), soit le Service de l’Inventaire a fait une erreur (ce qui est aussi peu vraisemblable, car à part des erreurs d’orthographe ou des coquilles malencontreuses, je n’ai jamais observé d’erreur flagrante), soit la seule piste restante est qu’il s’agit bien d’ « Albert Klein », ingénieur-géomètre. L’hypothèse serait qu’il serait l’auteur des dessins (car cela aurait été son hobby) et que la réalisation aurait été faite par un sculpteur resté anonyme. Cela serait d’ailleurs cohérent avec l’info proposée par Jean-Luc Déjeant donnée pour le n° 33, rue du Conseil des Quinze. J’ai d’ailleurs déjà observé la chose concernant des vitraux. Ils étaient attribués à l’auteur du dessin ou du projet, et pas à l’artisan qui a réalisé le vitrail.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 5 jours
Pointage 0

J'ai essayé, à l'aide de dictionnaires et surtout des annuaires d'adresses de Strasbourg, de trouver la trace du sculpteur "Albert Klein" à Strasbourg, et je n'ai rien trouvé. C'est quand même étrange, d'autant qu'il existait un ingénieur géomètre de ce nom qui a fait sculpter en 1932 sur sa maison un médaillon représentant sa fille née trois ans auparavant. D'après la source citée, il est dit qu'il "a fait" sculpter le médaillon. J'ai essayé de lire la signature et il semble bien qu'on puisse lire "A K", mais c'est à confirmer. Il est cependant difficile d'identifier cet ingénieur-géomètre et le dit sculpteur... Je renonce du coup à poursuivre la recherche, à moins qu'elle puisse être relancée à partir d'un nouvel indice. Voici le lien vers la maison en question située au n° 33, rue du Conseil des Quinze :

https://www....(Strasbourg) [archive]