Loading...

Ancienne église des Récollets (aujourd'hui détruite) (Strasbourg)

From Archi-Wiki

12a rue de l' Arc-En-Ciel

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1746 à 1749
Architecte Gaspard Théodore Rabaliatti
Charles Hiski
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)
Courant architectural Baroque

Date de transformation 1888 à 1889
Architecte Alexander Rühle von Lilienstern
Gustave Adolphe Beyer
Structure Bâtiment militaire

Date de démolition 1904
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Ancienne église des Récollets (aujourd'hui détruite)1

Date 1746 à 1749
Architecte Gaspard Théodore Rabaliatti
Charles Hiski

Au 13e siècle l'église Saint André existait à cet emplacement2.

Elle figure sur le plan Morant de 15483.

Au 18e siècle elle est détruite et on construit à son emplacement l'église des Récollets, accolée au couvent éponyme, édifié entre 1746 et 1749 par les architectes Gaspard-Théodore Rabaliatti (déjà connu pour l'hôtel du 7 quai Saint Nicolas) et Charles Hiski4.

Descriptif architectural

Une planche comportant plans, coupes et l'élévation de la façade principale de l'église et du couvent, dressée en 1821 par le Chef du Génie5, alors que le bâtiment a déjà une vocation militaire, permet de savoir a quoi ils ressemblaient à l'origine.

La façade principale de l'église ést construite dans un style baroque soigné, organisée en trois travées. La partie basse de la travée centrale, où se trouve le portail d'entrée en plein cintre précédé d'une courte volée de marches, est surmontée d'un fronton triangulaire. Ce dernier surmonte également une niche baroque au-dessus du portail, flanquée de volutes. Les hautes fenêtres latérales présentent des arcs déprimés. Au niveau du pignon, très élancé, domine un édicule abritant probablement une cloche, couronné d'une toit à l’impériale. Celui prend sa naissance par un cul-de-lampe dans le tympan du fronton curviligne brisé surmontant la partie centrale. Les travées latérales du pignon sont marqués par d'immenses ailerons sans volutes qui se terminent aux angles par des ornements placés en amortissement ressemblants à une forme de pomme de pin ou d'artichaut.

L'église possédait une seul grande nef, deux fois plus longue que le choeur, et une crypte voutée au sous-sol.

Magasin d’habillement militaire6

Date 1888 à 1889
Architecte Alexander Rühle von Lilienstern
Gustave Adolphe Beyer

Après la Révolution, l'église elle est transformée en magasin à l'administration de guerre. Sur le plan de 1832, on peut lire qu'elle abrite un magasin d'habillement militaire. Après 1870 elle sert aussi de magasin pour les prussiens. En 1889, le bâtiment fait l'objet de réaménagements intérieurs, et sert encore à cette époque de magasin d'habillement militaire. Un plan de transformation du 2e étage mentionne que celle-ci a été conçue par l'architecte inspecteur de garnison von Lilienstern en 1888, et que les travaux ont eu lieu jusqu'en 1889 sous sa direction et celle de l'architecte inspecteur de Garnison Beyer7.


Démolition de l'église

Date 1904

En 1904, l'église est détruite pour améliorer l'accès à la rue du Parchemin et la rue des Juifs.

Le bâtiment de l'ancien couvent des Récollets est quant à lui conservé et se touve au 1 quai Lezay-Marnezia

L'ouvrage 'Strasbourg 1900 - Naissance d'une capitale (p.209) nous apprend que la démolition est lié avec la construction de l'hôtel des postes.

A l'école Saint Thomas, construite entre 1905 et 1907, connue pour avoir réutilisé des vestiges de l'hôtel de la Monnaie à l'emplacement duquel elle a été construite, se trouve un puits dont la façade ressemble de manière troublante à la niche baroque de la façade de l'église des Récollets, et il est très probable que ce soit un réemploi de cette église.


Références

  1. Strasbourg 1900 - Naissance d'une capitale (Livre)
  2. notices historiques, statistique et littéraires sur la ville de Strasbourg de Jean F Hermann de 1817
  3. DNA du 12/10/2010_Ballades dans l'Histoire
  4. Strasbourg_1900_-_Naissance_d'une_capitale_(Livre) - page 207
  5. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 316MW233 [archive] (plan numérisé, consulté le 29/08/2021)
  6. Strasbourg 1900 - Naissance d'une capitale (Livre)
  7. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 316MW236 [archive] (plan numérisé, consulté le 29/08/2021)

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

51 months ago
Score 0

Merci pour ce lien vers la copie du plan vers 1900 par Camissar. Il se trouve aux Archives Municipales à Strasbourg, mais il paraît que l'original qui est à Nuremberg "a une justesse vis à vis de l'architecture et des volumes bien supérieure à sa copie ainsi que des couleurs plus fines". Liliane Châtelet-Lange dixit, qui "s'est plusieurs fois rendue à Nuremberg voir le plan du 16e siècle qui, hormis quelques trous, est en assez bon état" (DNA du 11/12/2001).

Par ailleurs je me suis trompé concernant l'ouvrage paru chez Taschen. Il s'agit là de l'intégrale des planches des "Civitates orbis terrarum", dont le premier des 6 volumes est paru à Cologne en 1572 !

Fabien Romary

51 months ago
Score 0

On trouve une copie du plan Morant sur le site du SIG [archive] mais la qualité est médiocre et ne permet pas de zoom suffisant.

A ma connaissance il n'y a pas de copie sur Archi-Strasbourg

Wilfred HELMLINGER

51 months ago
Score 0
Je cherche sans succès sur le site une notice qui soit consacrée au plan Conrad Morant, du nom du peintre-graveur qui l'a réalisé en 1548, et dont le seul exemplaire conservé se trouve à Nuremberg. Pour dessiner la ville en balayant 360 degrés d'azimut, Morant est simplement monté sur la cathédrale. C'était "Google Earth à Strasbourg, en 1548", comme titrait un article de Georges Bischoff, dans un "Strasbourg Magazine" de l'époque, pour rendre hommage à l'édition scientifique qu'en a donnée Liliane Châtelet-Lange aux Presses Universitaires de Strasbourg en 2001. Y-a-t-il une image intégrale de ce plan sur Archi-Strasbourg ? Elle est magnifique. On peut la voir dans "Villes du monde" paru chez Taschen, vers 2008.