Loading...

9 rue de l'Argonne (Strasbourg)

From Archi-Wiki

9-11-15-17 rue de l' Argonne

Image principale









Chargement de la carte...

Date de construction 1931 à 1932
Architecte Georges Hirsch
Entrepreneur Jacques Kaiser
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1931 à 1932
Architecte Georges Hirsch
Entrepreneur Jacques Kaiser

Ensemble immobilier datant du tout début des années 30, dont les immeubles présentent une homogénéité certaine, avec leurs quatre étages en plus du rez-de-chaussée, mais également des variations significatives.

Ainsi, les n° 9 et 11 sont pourvus de deux oriels latéraux de trois étages, mais distribués autrement sur la façade. Les portes des deux immeubles diffèrent aussi dans leur présentation. Le n° 11 est par ailleurs pourvu d'une grande porte cochère permettant aux voitures de se rendre vers les garages, qui ont pu être construits, grâce à l'existence d'un grand terrain à l'arrière des immeubles respectifs.

Les n° 15 et 17 ne comportent plus d'oriels, mais un simple ressaut vertical, plus ou moins central, situé au dessus des portes des immeubles. Au deuxième étage, des fenêtres à l'arc en plein cintre alternent avec les fenêtres rectangulaires.

La construction des garages à l'arrière de l'immeuble semblant s'être échelonnée au cours du temps, il est difficile de donner une date exacte de construction. La dernière en date pourrait avoir eu lieu en 1965. Toujours est-il qu'aujourd'hui on peut vérifier la présence d'environ 30 boxes.

Les partenaires engagés sont évidemment les mêmes pour les quatre immeubles :

L'architecte est Georges Hirsch, situé 8, rue de Dossenheim.

L'entreprise de constructions est la Maison de J. Kaiser, située à l'époque 18, boulevard d'Anvers.

Le commanditaire est Aloïse Hirsch, propriétaire, domicilié route de Mittelhausbergen.

L'autorisation de construire est peu ou prou également la même pour les quatre immeubles, à savoir le 10.8.1931 (pour les n° 15 et 17), et le 24.11.1931 (pour les n° 9 et 11). On peut observer que le n°13 n'existe pas, le n°11 étant situé directement à côté du n°15.

La réception finale a lieu pour les quatre immeubles à la même date, à savoir le 30.12.1932.

Information1

Date 1941

Courriers calomnieux et racistes sous l'occupation nazie :

On trouve dans les quatre dossiers consultés pour cet ensemble immobilier la même lettre, écrite à chaque fois sous un nom différent, et adressée à la Police du Bâtiment les 27 février et 5 mars 1941. Le destinateur explique à chaque fois qu'il a loué un appartement dans l'immeuble, que celui-ci se trouvait dans un état d'insalubrité déplorable, il précise que le bailleur était de confession juive, et donne les coordonnées précises du propriétaire. Sans être un spécialiste de cette période de l'histoire, il paraît évident qu'on a affaire ici à une délation de type calomnieuse et raciste, comme elle se pratiquait sans doute couramment sous l'occupation nazie.

Ces lettres n'ont qu'un lien ténu avec l'architecture, mais sont livrées ici à la réflexion du visiteur du site, comme "clés de compréhension des processus individuels, collectifs et institutionnels qui ont conduit - et qui peuvent encore conduire - à l'horreur génocidaire"2.

Références

  1. a et b Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 643W29, 643W30, 643W32, 643W34
  2. page 49, in postface d'Alain Chouraqui au témoignage poignant du pasteur Henri Manen, "Au fond de l'abîme, Journal du Camp des Milles", éd. Ampelos 2013

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.