Loading...

9 rue de Bouxwiller (Strasbourg)

From Archi-Wiki

9 rue de Bouxwiller

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1895 à 1896
Architecte Jules Berninger
Gustave Krafft
Structure Maison
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1895 à 1896
Architecte Jules Berninger
Gustave Krafft

Maison qui était à l'origine une maison monofamille, avec rez-de-chaussée + un étage + un étage mansardé, construite en 1895, avec façade sur rue en pierre et toit à la Mansart en ardoise.

Elle possède, au dessus de l'entrée, une baie géminée à colonnette et dotée de vitraux proches de l'Art nouveau et qui pourraient donc être d'origine. La porte d'entrée avec ses ferronneries présente un style plus proche du Moyen-Age ou de la Renaissance, mais son oculus comporte également une ferronnerie avec une fleur de lys qui paraît cette fois plus proche des formes du XVIIIe siècle. Le décor de la façade est assez sobre, néanmoins on peut remarquer les allèges sculptées des fenêtres dont les disques et les triangles évoquent encore une fois la Renaissance.

La maison voisine, au 7 rue de Bouxwiller, est de même dimension. Les deux maisons sont de dimensions moindres par rapport aux immeubles qui les entourent. Mais ce n’est guère étonnant au vu de leur date de construction et de celle des immeubles voisins beaucoup plus récents.

Les maître d’œuvre sont les architectes associés Jules Berninger et Gustave Krafft.

L’entrepreneur qui a élevé la maison est Emma Wieger, née Schlagdenhauffen, la veuve d' Emile Wieger, située 30, rue du Faubourg de Pierre (Steinstrasse 30). On précisera, grâce à une note trouvée dans le dossier, que les mêmes sont, la même année, les maîtres d’œuvre et entrepreneur de la propriété d’un certain Zimmer (il s'agit à coup sûr du n° 7), et de la propriété d'un certain Klein (il pourrait s'agir de l'ancien n° 11, remplacé aujourd'hui par un immeuble moderne, mais cela est à confirmer).

Le maître d’ouvrage est Georges Graff, qui est décrit comme « Bauführer ».

L’autorisation de construire est accordée le 5 juin 1895. La construction semble achevée vers le mois de mars 1896.

Projets de démolition et de construction abandonnés2

Date 1971


On apprend en consultant le dossier qu’un projet de démolition, suivie d’un projet de construction d’un immeuble de 22 studios a eu cours à cette date.

Il a reçu un avis défavorable à la date du 26 juillet 1971, signé par l’adjoint au Maire C. de Rendinger.

Deux photos des immeubles modernes voisins (n° 11 et 13) ont été faites à cette occasion.

On ignore quel était le motif de ces deux photos, mais peut-être qu’un des arguments du projet était de montrer que le nouvel immeuble s’harmoniserait bien avec les immeubles déjà en place ?

Autres vues sur cette adresse

Vues prises depuis cette adresse

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

19 months ago
Score 0

Merci beaucoup pour votre réponse, SR., dont je vais m'inspirer. Voici un lien vers une petite moisson d'images de vitraux art nouveau, cela pourrait coller en effet :

https://www....&bih=759 [archive]

Wilfred HELMLINGER

19 months ago
Score 0

Je vois qu'il y a déjà eu des discussions stylistiques par le passé sur cette adresse. Je reprends donc le fil avec cette petite question : ainsi, je ne peux pas m'empêcher de voir les beaux vitraux dans la baie géminée comme des vitraux "modernes", et non comme des vitraux "qui semblent d'origine", comme c'était écrit quand j'ai documenté un peu la fiche.

http://www.a...urg_5196.jpg [archive]

Comme je n'avais aucun argument pour changer cette donnée, quand j'ai un peu documenté la fiche, j'avais laissée cette mention telle quelle. Mais depuis, un autre contributeur a ajouté que ces vitraux étaient de style "Art nouveau". Du coup je me trouve un peu embêté. Car même si cet ajout semble tout à fait cohérent, je me demande quand même si on peut déjà parler d'Art nouveau en 1895 ? De plus, cela va toujours à l'encontre de mon intuition que ces vitraux seraient plus récents. Ils me semble qu'ils représentent un arbre en été, puis un arbre en automne ou en hiver (les feuilles tombent). Donc : deux saisons. Je manque cruellement de notions d'histoire de l'art, mais était-ce bien une manière de faire à l'époque de l'Art nouveau ? Je n'ai malheureusement aucune autre piste à proposer. Mais en signalant la chose, peut-être quelqu'un aura-t-il une piste ?

S R.

19 months ago
Score 0
Je pense aussi que pour le moment, on ne peut pas être certain que ces vitraux soient d’origine ; mais s’ils sont plus récents, il y a visiblement eu une volonté de les faire ressembler au style Art nouveau. En attendant, on pourrait peut-être écrire que ce sont des vitraux "proches de l'Art nouveau" pour montrer que l’on n’est pas sûr de leur ancienneté. L’Art nouveau dans l’architecture avant 1899 est en effet très rare à Strasbourg, mais il n’est pas impossible qu’il apparaisse déjà avant cette date dans les décors, puisque ce courant existe déjà au début des années 1890. Berninger & Krafft figurent d’ailleurs parmi les premiers architectes à construire dans ce style, si l’on considère le bâtiment du magasin Manrique, rue des Grandes Arcades, construit dès 1897.

Fabien Romary

25 months ago
Score 0
Au dessus de la porte ce n'est pas un oculus [archive] qui est forcément rond. L'oculus dont tu parles se trouve dans la porte elle même. Cela dit concernant ce que j'ai qualifié d'imposte j'ai un doute car il n'est pas séparé par une traverse en bois en PVC mais par un arc en pierre. Je parlerais donc plutôt de baie géminé [archive]. Je corrige dans la fiche.

Roland burckel

25 months ago
Score 0
d'après les définitions des termes d'architecture, ce n'est pas un imposte au-dessus de la porte, mais plutôt un genre d'oculus.

Roland burckel

25 months ago
Score 0
les autres immeubles du quartier ont été construits beaucoup plus tard