Loading...

9 boulevard Paul Déroulède (Strasbourg)

From Archi-Wiki

9 boulevard Paul Déroulède

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1924 à 1926
Architecte Joseph Nuss
Sculpteur Albert Schultz
Structure Maison

Date de démolition 1971

Date de démolition 1971
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1924 à 1926
Architecte Joseph Nuss
Sculpteur Albert Schultz

Le 7 mars 1924, le sculpteur Albert Schultz, domicilié au n° 7, rue de l'Hôpital Militaire, demande par un courrier daté de ce jour l'autorisation à la Ville de construire une maison ainsi qu'un atelier, à l'angle du boulevard Paul Déroulède et du quai Rouget de Lisle. L'entrée du domaine se trouve au n° 9, boulevard Paul Déroulède (on précisera immédiatement que lorsque le domaine sera détruit, l'adresse sera purement et simplement supprimée. Le nouvel immeuble donnera en effet sur le quai Rouget de Lisle et prendra le n° 31, quai Rouget de Lisle).

Revenons à la construction d'Albert Schultz : les dessins et plans accompagnant sa lettre datent, eux aussi, du 7.3.1924. L'autorisation ne tarde pas à être accordée, à savoir le 4.4.1924. On remarquera que le commanditaire est le seul à avoir signé le projet global, il y appose même son tampon avec son adresse. Mais qui peut bien être alors l'architecte ? S'agit-il déjà de l'architecte-entrepreneur J. Nuss, situé au n° 44, rue du Faubourg de Saverne ? Mais celui-ci ne produit le calcul statique qu'à la date du 3.11.1924, même si un plan du sous-sol sorti de son cabinet d'études date déjà d'octobre 1924 ?

Une hypothèse envisageable est que dans un premier temps, c'est un architecte de la ville qui a conçu le projet, dont la réalisation et la supervision ont été ensuite assurés par J. Nuss.

La réception du gros oeuvre a en tous les cas lieu en présence de ce dernier à la date du 20.1.1925, et le chantier suit son cours. On mentionnera encore qu'est conservé dans le dossier de la Police du bâtiment un courrier intéressant daté du 5.3.1925 dans lequel Albert Schultz plaide auprès de la Ville afin que la partie vitrée de la toiture de son atelier ne soit pas, comme le prévoit la réglementation, en verre armé :

"Considérant que pour un atelier de statuaire une lumière impeccable est de première nécessité et que le verre armé assombrit, et qu'il n'existe aucun danger de destruction pour cette partie vitrée (l'atelier est séparé des autres bâtiments environnants, les cheminées sont très éloignées, le toit contenant ce haut jour est très incliné) je vous prie de vouloir modifier cet article en m'autorisant de pouvoir employer du verre sans armature".

On notera que satisfaction est obtenue par "le doux, mais irréductible sculpteur Albert Schultz" (c'est nous qui mettons cette mention en rapport avec ce courrier, mais elle est écrite en toutes lettres à propos du caractère de l'artiste page 658 de l'ouvrage : Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, vol. 4, éd. DNA-Istra).

La réception finale de l'ensemble du domaine a finalement lieu le 4.2.1926 en présence de Mr. Schultz.

Démolition2

Date 1971

Après la mort de Albert Schultz en 1953, le domaine devient la propriété d'un certain Willy Gisselbrecht, qui se fera d'ailleurs construire un garage à côté de l'atelier, les travaux étant achevés en 1958.

Puis on apprend qu'en 1969, ce dernier demande l'autorisation de démolir le tout dans le cadre d'une opération immobilière. Les documents du dossier précisent que le propriétaire et occupant des lieux sera relogé dans un autre appartement dont il est propriétaire.

L'opération immobilère est encore motivée ainsi : "Bâtiment ancien nécessitant de grosses réparations" (17.11.1969).

Au 2.4.1971 le bâtiment est démoli, et un immeuble en béton de 7 étages sera construit sur la parcelle. Exit le n° 9, boulevard Paul Déroulède et le souvenir de l'atelier de Albert Schultz... Dans la notice biographique consacrée à l'artiste, on trouvera de plus amples renseignements sur ce qui est advenu au contenu de son atelier.

Démolition3

Date 1971

Après la mort de Albert Schultz en 1953, le domaine devient la propriété d'un certain Willy Gisselbrecht, qui se fera d'ailleurs construire un garage à côté de l'atelier, les travaux étant achevés en 1958.

Puis on apprend qu'en 1969, ce dernier demande l'autorisation de démolir le tout dans le cadre d'une opération immobilière. Les documents du dossier précisent que le propriétaire et occupant des lieux sera relogé dans un autre appartement dont il est propriétaire.

L'opération immobilère est encore motivée ainsi : "Bâtiment ancien nécessitant de grosses réparations" (17.11.1969).

Au 2.4.1971 le bâtiment est démoli, et un immeuble en béton de 7 étages sera construit sur la parcelle. Exit le n° 9, boulevard Paul Déroulède et le souvenir de l'atelier de Albert Schultz... Dans la notice biographique consacrée à l'artiste, on trouvera de plus amples renseignements sur ce qui est advenu au contenu de son atelier.


Références

Annexes

Liens internes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Aw2mw bot

51 months ago
Score 0
bonjour, est ce que Willy Gisselbrecht est celui de la famille du viticulteur ? ou juste le même nom ?