Loading...

Adresse:7 rue de l'Hôpital militaire (Strasbourg)

From Archi-Wiki

7 rue de l' Hôpital militaire

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1896 à 1897
Architecte Emile Widmann (fils)
Sculpteur Albert Schultz
Structure Maison
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Maison à colombages1

Date 1896 à 1897
Architecte Emile Widmann (fils)
Sculpteur Albert Schultz

Le dossier de cette maison est tellement riche et complexe que nous avons préféré renoncer à y voir tout à fait clair. Mais pas sans avoir essayer de livrer ici "en vrac" quelques données intéressantes.

Petit avertissement : la date de "construction" (1896) que nous donnons concerne en réalité la seule maison à colombages. Et encore ne s'agit-il que d'une transformation et d'un agrandissement.

Rappelons en premier lieu que le dossier consulté concerne deux adresses:

l'adresse principale est le n° 70, rue de Zurich (à noter que le n° 70 remplace un n° 50 barré / on apprend donc déjà que les numéros ont changé au cours du temps). Cet immeuble se trouve en fait à l'angle de l'adresse reliée.

L'adresse reliée à ce dossier est le n° 7, rue de l'Hôpital Militaire. C'est d'ailleurs cette adresse que nous cherchions, mais dans le dossier les deux adresses sont constamment liées.

Ce qui se laisse déduire du dossier, c'est que le menuisier Jacob Schultz, père du sculpteur Albert Schultz, est présent ici dès 1894. A cette date il se fait construire un atelier de menuisier (Schreinerwerkstätte) dans ce secteur du n° 50 rue de Zurich (donc l'actuel n° 70, situé à l'angle). Il a donc sans doute acquis également une maison ici dans laquelle son fils a sans doute vécu quelques années, après son retour de Munich vers 1895.

Toujours est-il qu'on trouve, daté du 24.1.1896, une autorisation de construire (Bauschein) pour une transformation et un agrandissement du domaine de Jacques Schultz (die Umbau des vorderen Theiles des Werkstattgebäudes zu einem zweistöckigen Wohnhause). Sauf erreur, il s'agissait donc de la transformation et extension d'une partie de l'atelier de menuiserie de Jacob Schultz, pour réaliser un domaine d'habitation de deux étages. Le projet est daté du 2.1.1896 et signé Albert Schultz, Bilhauer (Project für Um und Neubau eines Wohnhauses für Jacob Schultz). Les dessins montrent bien le bâtiment à colombages qui se trouve toujours encore au n° 7, rue de l'Hôpital Militaire. Les travaux sont achevés au 21.1.1897.

Presque à la même période, en réalité une année plus tard, on trouve un autre Bauschein daté du 9.9.1898 pour la construction d'un bureau pour Jacques Schultz. Le projet est à nouveau signé par Albert Schultz.

En 1903, enfin, nouveau Bauschein daté du 28.5.1903, qui répond au voeu de Albert Schultz de transformer encore une partie du domaine que se partagent à présent le père menuisiser et le fils sculpteur (den Umbau des Wohnhauses des Herrn Schultz an der Züricherstrasse n° 50 zu einem Einfamilienwohnunghause und Erweiterung der Bilhauerwerkstätte). Ce que nous comprenons ici, c'est que l'atelier du sculpteur Albert Schultz sera agrandi. L'architecte sollicité est E. Widmann.

Nous avons fait le choix de livrer ici ces données "à l'état brut". Rien ici n'est en effet vraiment sûr et nous suggérons à un thésard de s'y attaquer, via une revisitation de l'oeuvre du sculpteur Albert Schultz.

On peine à le croire, mais l'Encyclopédie de l'Alsace (ouvrage collectif formé de 12 volumes, publiés de 1982 à 1986) a "oublié" de consacrer une notice à Albert Schultz, artiste dont le purgatoire ne se terminera donc jamais, si personne ne trouve un argument pour le réhabiliter. Un argument majeur se trouve, comme nous l'avons écrit dans sa notice biographique, dans les réserves du Musée d'Art Moderne et Contemporain. Ce sont ses oeuvres ! Comme la "Gaenseliesel", qui a fait rêver et fait encore rêver quantité de promeneurs à l'Orangerie....

Références

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

Loading comments...