Loading...

6 avenue de la Marseillaise (Strasbourg)

From Archi-Wiki

6 avenue de la Marseillaise

Image principale
"2013-03-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
"2013-03-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1885 à 1886
Architecte Gustav Ziegler
Entrepreneur Joseph Ihl
Ludwig Azone
Structure Immeuble
Courant architectural néo-renaissance

Date de transformation 1905
Architecte Gustav Ziegler
Entrepreneur Albert Wieger

Date de démolition partielle 25/09/1944

Date de reconstruction 1947 à 1949
Architecte Auguste Mossler

Date de ravalement 3/2013
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1 2

Date 1885 à 1886
Architecte Gustav Ziegler
Entrepreneur Joseph Ihl
Ludwig Azone

Ce vieil immeuble de rapport, dit Königsbau, situé à l'angle de l’avenue de la Marseillaise et de la rue Joseph Massol, est âgé aujourd'hui de plus de 130 années. L'appellation de "Königsbau" était évidemment en lien avec le nom que portait à l'époque l'avenue de la Marseillaise, à savoir "Koenigstrasse" ("rue royale").

L'immeuble d'angle s'offre d'autant plus au regard qu'il est en angle. Il donne à voir une imposante façade en pierres de taille de style néo-renaissance allemande, au décor très riche. Sans être exhaustif, on peut remarquer les bossages, les frontons triangulaires au premier étage, les cariatides au deuxième, et les niches à coquilles au troisième. L'oriel d'angle était à l’origine couvert par une toiture munie d’un lanternon coiffé d'un bulbe, que l’on peut voir sur des photographies d'époque.

L'ouvrage Strassburg und seine Bauten3 précise que le commanditaire s'appelle Bilharz et que l'architecte G. Ziegler est de Karlsruhe. Il décrit une façade de style Renaissance allemande en grès blanc des Vosges, avec un aménagement intérieur bourgeois, et mentionne des vitraux dans la cage d'escalier et la présence de mosaïques sur le sol. On y trouve le gaz et l'eau courante, ainsi que des salles de bain (Erbaut 1885-1886. Fassade in Deutscher Renaissance aus weissem Vogesensandstein. Herrschaftlicher innerer Ausbau. Treppenhaus mit Glasmalereien; Fussbodenbelag aus Mosaik. Gas- und Wasserleitung, Badeeinrichtung).

Les plans visibles dans ce livre montrent que chaque étage ne comporte qu’un seul appartement, et que l’ensemble est également desservi par un escalier de service pour les domestiques.

On peut remarquer aujourd’hui que la façade rue Joseph Massol est inachevée au niveau de la dernière travée, vers le pignon. En effet, les pierres de taille sur cette travée n'ont pas toutes été sculptées.

L’explication est que l’immeuble a été endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, et que le temps ou les moyens de restaurer à l'identique ont manqué. Sur une photographie de 1904 ci-dessous, on peut voir que ces pierres étaient sculptées.

Quoiqu'il en soit, il semblerait difficile de tailler à même la façade des cariatides, consoles ou mascarons. En général ce type d'opération s'effectue en atelier, ou au moins sur la terre ferme.

L'autorisation de construire est accordée le 4 novembre 1884. Comme on l'a vu plus haut, le maître d'oeuvre est l'architecte Gustav Ziegler. Les entrepreneurs sont Joseph Ihl et Ludwig Azone, situés dans l'actuel boulevard du Président Poincaré (Steinwallstrasse n° 8). La construction est achevée au 27 août 1886.

On remarquera la fidélité de l'architecte Gustav Ziegler de Karlsruhe à sa réalisation strasbourgeoise, puisque c'est encore lui qui concevra en août 1905 la transformation du rez-de-chaussée, pour la transformation du rez-de-chaussée et l'édification de vitrines. On notera que cela se passe moins de trois ans avant son décès en février 1908. Cet architecte avait aussi conçu en 1884 la villa Ritleng, voisine de cet immeuble.

N.B. : d'une manière fautive, l'architecte est prénommé Günther Ziegler dans le dictionnaire historique des rues de Strasbourg (p.158) ainsi que dans le livret Balades Strasbourgeoises - Strasbourg impérial n°30.

Information 4

Date environ 1904

Sur une carte postale datée de 1904 d'après le cachet, on peut voir l'immeuble avec son oriel, mais celui-ci est coiffé d'une toiture surmontée d'un lanternon qui a disparu entre-temps.

Par ailleurs, au rez-de-chaussée, il n'y avait pas encore de vitrines comme aujourd'hui.

En mettant la photographie en grand format, on peut apercevoir que les blocs de pierre non taillés que l'on peut remarquer de nos jours étaient sculptés à l'époque. On peut en effet apercevoir les cariatides sur les côtés de la fenêtre du deuxième étage, au niveau de la dernière travée à droite.

Transformation du rez-de-chaussée2

Date 1905
Architecte Gustav Ziegler
Entrepreneur Albert Wieger

En août 1905 l'architecte Gustav Ziegler, réalise les dessins concernant la transformation du rez-de-chaussée sous la forme d'édification de vitrines.

Il le fait peut-être depuis Karlsruhe, car il est possible que ce soit l'architecte-entrepreneur strasbourgeois Albert Wieger qui réalise la transformation. Cela est cependant à confirmer. Celle-ci implique, entre autres transformations, l'ouverture d'une entrée à l'angle, où l'on peut d'ailleurs encore lire aujourd'hui les initiales du commanditaire, à savoir : GF au-dessus de l'entrée.

Celui-ci s'appelle en effet Gustav Feeser, et il est commerçant en gros, actif dans le domaine de l'habillement, confectionnant des costumes pour l'administration (Massgeschäft für Uniformen u. seine Herren-Garderobe5). Son domicile était alors le n° 10, rue des Bouchers (Metzgerstrasse 10).

Démolition partielle2

Date 25/09/1944

L’immeuble a subi des dégâts importants sur la façade donnant sur la rue Joseph Massol lors du bombardement aérien du 25 septembre 1944, ce qui est attesté en particulier par un certificat de sinistré en date du 14 septembre 1945.

Première mention de la pharmacie de la Marseillaise2

Date 1946

La première mention de la pharmacie, qui occupe encore les lieux aujourd'hui, date du 27 juillet 1946, comme le montrent deux documents ci-joint, signés par Antoine Leclercq.

On proposera également deux projets d'enseignes sous verre de médicament, conçus par Ott Frères.

Reconstruction de la partie détruite2

Date 1947 à 1949
Architecte Auguste Mossler

La reconstruction de la partie détruite de l’immeuble par le bombardement aérien du 25 septembre 1944 a bénéficié d’un permis de construire en date du 29 avril 1947.

Un document manuscrit conservé dans le dossier précise qu’il s’agissait « en l’occurrence de la reconstruction de la partie détruite du bâtiment principal donnant sur la rue Joseph Massol (3 travées de la façade) ».

Le maître d’œuvre est l’architecte Auguste Mossler, situé 14 a, quai Koch (il s'agit sans doute d'une de ses dernières réalisations, puisque l'architecte décédera le 19 octobre 1947).

Le commanditaire est la compagnie d’assurance « La Nationale Vie ».

Les travaux sont terminés à la date du 7 novembre 1949, la réception ayant été faite le même jour.

Quatre photos d'archives2

Date 1969 à 1988

Quatre belles photos d'archive, l'une en couleurs datant de 1969, et trois en noir et blanc datant de 1988 sont conservées dans le dossier et méritent d'être partagées.

Ravalement

Date 2013


Références

  1. Balades Strasbourgeoises (Livre)
  2. a, b, c, d, e et f source|Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque)}} - Cote 852W234
  3. Livre : Strassburg und seine Bauten (1894) pages 556-557
  4. BNUS (site internet)
  5. Annuaire d'adresses de Strasbourg de l'année 1910

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Archigeek

16 months ago
Score 0

Concernant les pierres non sculptées de la dernière travée rue Massol, l'explication du bombardement est plus que certaine si l'on en croit ce document : http://www.o...10068/966841 [archive]

Une des personnes de la pharmacie me l'a confirmé

Fabien Romary

39 months ago
Score 0
Parfait. Merci beaucoup Wilfred pour la vérification. J'informerais l'office de tourisme pour la prochaine publication des Balades strasbourgeoises.

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
La consultation du dossier permet de trancher : il s'agit bien de Gustav Ziegler, architecte renommé de Karlsruhe

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Merci pour ta mise au point avec laquelle je suis d'accord ! L'absence de source visait la fiche de l'architecte, qui était vierge comme un papier sorti de chez l'imprimeur !

Fabien Romary

39 months ago
Score 0

C'est moi qui ai indiqué l'architecte Günther Ziegler, ma source est indiqué, il s'agit des Balades Strasbourgeoises (Strasbourg impérial - n°30). Tu as raison les erreurs se répète, en tout cas aussi vite que la vérité, je penses que la source des Balades Strasbourgeoises est le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, ce n'est pas la première fois que nous trouvons ce type d'erreur en cascade.

En lisant la biographie de Gustav Ziegler [archive] sur wikipédia, il est probable qu'il s'agisse de cet architecte jusqu'à preuve du contraire!

Wilfred HELMLINGER

39 months ago
Score 0
Une fois de plus, le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg semble avoir induit en erreur un contributeur d'Archi-Strasbourg, qui a noté, sans donner sa source ! (mais les erreurs se repèrent parfois plus vite que la vérité !), le prénom Günther pour l'architecte Ziegler. Ne s'agirait-il pas plutôt de Gustav Ziegler [archive] ? A moins que je me trompe... Mais il faudrait encore le prouver ! Pour le moment j'ai mentionné simplement mon questionnement dans la fiche de l'architecte.

Aw2mw bot

39 months ago
Score 0
L'officine pharmaceutique a été créée en 1946 par Antoine Leclercq . Depuis lors c'est la troisième génération Leclercq Conrath qui assume le fonctionnement de la Pharmacie . Avant 1946 un atelier confectionnant des costumes pour l'administration occupait les lieux.