Loading...

Adresse:5 rue Schwendi (Strasbourg)

From Archi-Wiki

5 rue Schwendi

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction environ 1902
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date environ 1902

Immeuble de taille moyenne, proche du style néoclassique, qui date d’environ 1902. Muni d’un bandeau de pierre séparant le rez-de-chaussée du 1er étage, on peut également admirer ses beaux encadrements de fenêtre en pierre aux niveaux supérieurs, ainsi que trois arcs de décharge au-dessus des baies du premier étage.

Ces arcs de décharge sont peut-être le seul indice de son origine militaire. De cette origine, on n’a malheureusmement que des informations indirectes. En effet, la date exacte de construction, le nom de l’architecte, ou le projet de construction ne sont pas à trouver aux Archives de Strasbourg. Le premier dossier concernant l’immeuble n’est ouvert qu’en 1974, alors que son destin a sans doute déjà changé.

D’où vient alors sa date estimée de construction ? La date de construction est en réalité déduite du fait que l’adresse apparaît pour la première fois dans les annuaires de Strasbourg en 1903. L’immeuble appartient alors sans aucun doute au Ministère de la Défense allemande de l’époque, car sa dénomination dans l‘annuaire est « Militär-Fiskus » , et les trois niveaux sont occupés par des personnels militaires spécialisés dans la construction ou l’entretien des fortifications (Festungs-Bauwart).

Mais où se trouve alors le dossier de construction de l’immeuble ? Il est probable que ce soit, comme dans le cas des immeubles relevant de la responsabilité de l’armée allemande de l’époque : à Berlin. Et on peut raisonnablement penser que le dossier de construction se trouve encore aujourd’hui dans un service d’archives militaires à Berlin.

Comme il est logique, lorsque l’Alsace devient française, l’immeuble reste la propriété du Gouvernement militaire (1920). Dans les annuaires des années 1920, il sera systématiqueent question de « Chefferie du Génie », et encore en 1953 l’immeuble est propriété du « Service du Génie ». Y logent à chaque niveau pendant toute cette période des sous-officiers ou plus souvent des officiers supérieurs (lieutenant, capitaine, colonel, commandant).

Enfin, lors de la constitution du dossier en 1974, où on assiste à la construction de 9 garages et de parking sur le terrain à l’arrière de la maison, il ne semble plus que l’immeuble soit la propriété de l’Armée, mais plutôt d’une société immobilière, même si cela est à confirmer. Le long terrain à l’arrière de l’immeuble subsiste en tous les cas toujours et à vol d’oiseau on peut vérifier que les nombreux garages et le parking sont toujours en place.

Références