Loading...

5 avenue de la Liberté (Strasbourg)

From Archi-Wiki

5 avenue de la Liberté

Image principale
"2011-05-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
"2011-05-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1890
Architecte August-Gustav Bautz
Structure Immeuble

Date de rénovation environ 5/2011
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1890
Architecte August-Gustav Bautz

Le n° 5 constitue bel et bien un jumeau de l'ancien n°3 , qui étaient tous deux dûs au même commanditaire (Wohmann, maître-forestier), et au même architecte, dont nous avons enfin déchiffré la signature : il s'agit de Bautz, qu'on trouve dans les livres d'adresses de Strasbourg indifféremment sous les prénoms de August (de 1884 à 1887) ou Gustav (en 1882 et en 1888), au n° 20, quai des Bateliers (Schiffleutstaden 20). Il s'agit sans aucun doute de la même personne. Mais le temps où il est repérable à Strasbourg est donc relativement court, et peut signaler sa mobilité éventuelle. Dans un premier temps je n'avais pas réussi à déchiffrer sa signature, que j'avais prise pour une abréviation de Bauunternehmer. J'avais alors pensé à l'architecte Frédéric Illinger, car on trouvait la signature de ce dernier tout au long de la progression des travaux de 1889 à 1891. Mais cette hypothèse n'est plus tenable, depuis que j'ai constaté que c'était aussi le cas des immeubles n° 7 et 9, qui sont manifestement d'un autre architecte . Illinger était donc sans doute à l'époque un architecte superviseur ou inspecteur des constructions en cours.

Quant aux destins différents des immeubles jumeaux, le sort aura donc épargné le n° 5. En effet, s'il a été également fortement endommagé lors du bombardement du 25.9.1944, il a pu cependant être sauvé et reconstruit en l'état, à l'opposé de ce qui s'est passé pour le n° 3, qui est une toute nouvelle construction. On remarquera, si l'on se réfère au dessin de Bautz, que la reconstruction aura au minimum concerné le toit, car les combles sont aujourd'hui couverts de lucarnes.

A noter encore qu'en 1903, le propriétaire, Mr Wohmann, qui est maintenant Regierungsrat, fait construire pour Friedrich Altenkirch, occupant le rez-de-chaussée, une terrasse sur la rue. Dans le décor champêtre du balcon, on reconnaîtra un laurier (Laurus nobilis) souvent associé au chêne à cette époque (notamment avec sa baie, à l'origine du "baccalauréat" bacca laurea). Les 2 sont honorifiques et bien dignes d'un "maître" forestier2.

Date environ 5/2011


Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 743W200
  2. une amie qui se reconnaîtra