Loading...

50 route du Polygone Maison Bowé (Strasbourg)

From Archi-Wiki

50 Route du Polygone

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1894
Personnalité Philippe Bowé
Structure Maison

Date de rénovation 2006

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 21/4/1995
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Maison Bowé1,2

Date 1894
Personnalité Philippe Bowé

Belle maison aux murs de briques rouges entourée d'un jardin. Les encadrements des fenêtres et des portes, et même les gouttières sont richement décorés de motifs très fins. La date 1894 figure au-dessus de la porte.

D'après la brochure "Neudorf, le charme de la diversité"1 : "Cette maison a été réalisée par Philippe Bowé qui avait séjourné aux Etats Unis. Au moment de la construction, Bowé dirigeait une fonderie située à l'arrière de la parcelle (où ont été fabriqués les candélabres du pont Saint Guillaume). La charpente, l'ossature et les autres éléments décoratifs, comme les encadrement de fenêtres, sont en fonte." La maison est inscrite à l'inventaire des monuments historiques.

On citera également, in extenso, ce qu'écrit à propos de cette maison Benoît Jordan, conservateur aux Archives de la Ville de Strasbourg3 : " D'un style historisant, la maison Bowé, au 50 route du Polygone, a été construite en 1894 pour une famille d'industriels dont l'atelier se situait à l'arrière du logis. Celui-ci est séparé de la rue par un jardinet, lui-même clôturé par une grille en fonte. La façade évoque l'art rocaille avec une charge décorative portée sur les encadrements des fenêtres du rez-de-chaussée et de la porte".

La maison est aussi connue sous le nom de "s'Amerikaner Hus" (la maison de l'américain), parce que des membres de la famille, ou Philippe Bowé lui-même, ont séjourné un temps aux Etats-Unis. Dans la biographie de Philippe Bowé, il a en effet pu être établi qu'un frère de ce dernier est venu lui rendre visite depuis New-York, du 24 juillet au 30 août de l'année 1895. Et sur la fiche domiciliaire rédigée par la police strasbourgeoise, la nationalité du sujet en question est notée : "Am "...

Aucun dessin lié à la construction de cette belle maison n'est malheureusement à trouver dans le dossier des Archives, à l'exception d'un dessin concernant les armatures en fonte, qui est signé par J. Conrad, sans doute un ami ou un parent du propriétaire. Il faudra donc patienter ou procéder un jour par recoupement pour connaître l'auteur des plans.

L'autorisation de construire est donnée le 5.4.1894, suivie d'un avenant en date du 25.9.1894. Dans le premier document il est précisé que Philippe Bowé est proprétaire du terrain (le n° 50 route du Polygone porte alors encore le n° 34). Mais c'est J. Conrad, déjà évoqué, qui signe comme maître d'ouvrage, après avoir déjà rédigé et signé la demande d'autorisation de construire.

C'est le même J. Conrad qui signe ensuite l'avenant, mais cette fois il est question de la construction de M. Bowé (Neubau des Herrn Bowé ). Une troisième autorisation de construire est donnée le 15.10.1895 pour une remise et une buanderie. Le pétitionnaire est Ph. Bowé, Eisengiesser, mais le dessin en est à nouveau signé par J. Conrad, pour le propriétaire (für den Eigenthümer ).

La clôture et le muret, en mauvais état, ont été restaurés, à partir d'anciennes photos, en 2007 par le ferronnier Robert Rimmelspacher4.

La tombe de la famille Bowé se trouve au cimetière Saint-Urbain5.

Rénovation

Date 1994

Voir l'article des DNA du 26-4-19946

Inscription Monument Historique7

Date 21/4/1995

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques le 21/04/1995 façades et toitures

Cette inscription est intervenue peu après que l'association "Maison Bowé", présidée par Jacques Deiss, ait conçu un projet pour une nouvelle vie de cette maison dès lors centenaire. Voir l'article des DNA du 26.6.1994.8

Rénovation

Date 2006

Rénovation complète du portail, dans les règles de l'art

Fonderie Bowé2

Date 1890


Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Digito

22 months ago
Score 0

J'ai renommé cette page. Comme je l'ai déjà dis en commentaire le renommage n'est pas si simple que ça. Pour moi la solution c'est de mettre adresse + nom du bâtiment c'est ce qui donne les résultats les plus satisfaisant dans le moteur de recherche et dans le au niveau de la rue.

Malheureusement impossible d'appliquer cette "recette" à toutes les adresses concernés c'est un travail titanesque. Je vais faire un mail aux contributeurs pour expliciter le problème ce sera plus simple et toutes les personnes concernés verront le message.

Wilfred HELMLINGER

22 months ago
Score 0

Je viens de le vérifier : comme je le supposais, l'adresse est introuvable dans la catégorie "route du Polygone", sauf sous la mention "Fonderies Bowé". Voici un lien pour le voir :

http://www.a...(Strasbourg) [archive]

Wilfred HELMLINGER

22 months ago
Score 0

Je suis d'accord avec toi, Fabien, que la question des titres est un problème sur le site. En premier lieu, pour la raison que tu invoques (je n'ai en effet pas réussi à trouver avec le moteur de recherche d'Archi-Wiki le n° 50 route du Polygone, en écrivant cette adresse en toutes lettres. Il est même conseillé "en rouge" à l'internaute de créer cette adresse ! C'est dire ! On trouve certes l'adresse, si on est très, très attentif, en écriture noire, sous le titre en rouge "Fonderie Bowé". Ce n'est cependant pas évident, surtout pour celui qui n'est pas au courant de la saga de cet industriel...

C'est d'ailleurs la deuxième raison, qui à mon avis, fait problème: je trove en effet qu'une maison a une vie en dehors de son commanditaire ou d'un résident distingué qui a marqué son histoire. D'ailleurs, ici, appeler cette maison : "Fonderie Bowé", n'est pas si adéquat, puisque, certes, la fonderie Bowé se trouvait sur ce terrain, mais à l'arrière. Le titre : "Maison Bowé" conviendrait donc déjà mieux...

Conclusion pragmatique: à mon avis, l'adresse postale est "sacrée", c'est le sésame qui permet de trouver une maison, un bâtiment, etc... Mais le titre, quel qu'il soit, présente cepednant aussi son intérêt, mais vient pour moi en second lieu. Il faudrait réussi à trouver un juste équilibre.

Conclusion positive : si on a ce genre de souci sur Archi-Wiki, c'est que les soucis purement "pratiques" sont peut-être devenus moins prégnants ?

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
L'écusson de Strasbourg au-dessus des fenêtres est à l'envers. Voir le détail de l'image [archive]. Sans doute le moule a-t-il été placé à l'envers au moment de la réalisation !

Fabien Romary

24 months ago
Score 0
D'après mes notes (visité guidée de l'exposition sur l'histoire de l'architecture à l'ENSAS [archive]), c'est sous le gouvernement de Vichy, en 1940, que la décision a été prise de rendre le diplôme d'architecte obligatoire. J'ai pris cette note car cela m'a semblé extrêmement récent. Jusqu'à un passé récent il fallait parfois plus de 10 ans pour obtenir le diplôme d'architecte, c'est pourquoi de nombreux futurs "architecte" (puisque tout le monde pouvait se présenter comme tel) n'achevait pas leurs études. A titre d'exemple, Pierre Jules Haas, n'a validé que sa première année à l'ENSAS. Il est pourtant considéré comme le plus grand représentant du mouvement moderne en Alsace en raison de sa fameuse Villa Schranz à la Meinau.

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
Je suis ok pour mettre sous "architecte" des maîtres d'oeuvre qui ne sont qu'entrepreneurs ou même technicien en bâtiment, etc... (ce qu'on précise de toutes façons à l'intérieur de la fiche), puisque jusqu'à une date récente (je ne me souviens plus exactement quand ? ) le diplôme d'architecte n'était pas requis pour s'affirmer architecte d'une construction. Mais c'est vrai que dans le cas de Philippe Bowé, s'il a été le maître d'oeuvre de sa maison, cela a sûrement été exceptionnel. Donc le mentionner sous "personnalité" est plus judicieux.

Fabien Romary

24 months ago
Score 0
J'ai changé la qualité de Philippe Bowé par "personnalité" au lieu de "architecte". C'était effectivement une erreur. J'ai préféré "personnalité" plutôt que "entrepreneur" pour la profession car cela aurait créé une confusion avec sa fonction de dirigeant de fonderie. Jusqu'à preuve du contraire d'après la source c'est bien lui a réalisée la maison, il peut très bien avoir dessiné les plans et coordonnées les travaux et donc avoir joué le rôle de maître d'oeuvre.

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
A mon avis Philippe Bowé est le commanditaire et propriétaire (ce qui a donné son nom à la maison) , mais sûrement pas l'architecte. S'il dirige une fonderie, cela ne lui donne pas pour autant les compétences d'un entrepreneur de constructions et encore moins d'un architecte.

Burckel

22 months ago
Score 0
Wilfred, je suis d'accord avec toi, il faudrait remettre "Maison Bowè" comme titre de l'article.