Loading...

3 Rue de la Division Leclerc (Strasbourg)

From Archi-Wiki

3 rue de la Division Leclerc, 25 rue des Serruriers

Image principale





Chargement de la carte...

Date de construction 1933 à 1935
Architecte Henri Risch
Frédéric Herveh
Entrepreneur Charles Heiss
Emile Heiss
Structure Immeuble
Courant architectural Art déco
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Historique

Date jusqu'en 1933

A cet emplacement (25 rue des Serruriers) se trouvait jusqu'en 1933, la Maison Brackenhoffer un hôtel particulier du XVIIIe, inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques le 23/12/1932, puis déclassé, démoli dans le cadre de la Grande Percée.

Construction1

Date 1933 à 1935
Architecte Henri Risch
Frédéric Herveh
Entrepreneur Charles Heiss
Emile Heiss

A l'origine cet immeuble était numéroté 25 rue des Francs Bourgeois devenu par la suite 3 rue de la Division Leclerc. L'immeuble fait l'angle avec le 25 rue des Serruriers.

La demande d'autorisation de construire date du 26 juin 1933.

Le commanditaire est René Hauss, imprimeur, rue de l'Ail. Il projette l'édification d'un immeuble de rapport avec une imprimerie. Sur la personnalité du commanditaire, voir l'historique ci-dessous.

Les architectes chargés de la réalisation sont Mrs H. Risch et F. Herveh, 32 rue du 22 Novembre à Strasbourg. Les calculs statiques sont dressés par M. Rudmann, ingénieur à Strasbourg.

Les façades sont en pierre de taille et en terranova (type d'enduit des surfaces opaques).

Les architectes envoient à la Ville un premier projet. Celle-ci demande dans un courrier daté du 27/07/1933 des modifications, notamment la suppression des grands balcons prévus sur la façade principale et rue des Serruriers. Plus généralement la Ville demande à ce que le plan des façades soit simplifié pour mieux s'intégrer parmi les nouveaux immeubles construits à proximité. Les architectes se rapprochent de Paul Dopff, l'architecte de la Ville pour valider les nouveaux plans.

L'autorisation de construire est datée du 14 août 1933.

Les entrepreneurs chargés de la construction sont Ch. Et E. Heiss, quai Bruckhof.

Les travaux commencent dans les mois qui suivent. Dans un courrier du 11 septembre 1934, nous apprenons que le gros œuvre est terminé.

La réception finale est demandée par le propriétaire en date du 13 décembre 1934, au moins pour les habitations. La réception finale est réalisée en date du 12/03/1935 en présence du propriétaire.

Des ascenseurs sont installés dans le courant de l'année 1935 dans chacune des cages d'escalier.

La «  Brasserie des Serruriers » (Schlosserstub) prend place dans le local commercial à l'angle avec la rue des Serruriers. A cette occasion, un monte-fûts est installé.

Les vitrines du restaurant sont modifiées en 1965 ainsi que l'aménagement intérieur. Les plans sont réalisés par l'architecte-décorateur Pierre Drexler, 11 rue Graumann à Strasbourg.

Commanditaire et devenir de l'immeuble (historique)

Selon Patrick J. SCHAEFFER, docteur en Histoire, « Ces immeubles jumeaux (deux cages d'escalier distinctes mais passage de l'un à l'autre au 5e étage - mansardes - et grenier et entresol commun) appartenaient à l'origine à l'imprimeur René Hauss (imprimerie au rez-de-chaussée dans la cour) codirecteur du journal autonomiste ELZ2, également conseiller municipal de Strasbourg et conseiller général du canton de Selz (1928-1934), député du Haut-Rhin (1929-1932).  ».

« Condamné pour "autonomisme" au procès des "Nanziger", il fut incarcéré en 1939-1940. Membre éminent du NSDAP, Il fut nommé Kreisleiter de Haguenau en 1940. Il s'enfuit en Allemagne en 1944 où, quoique condamné à mort par contumace à Strasbourg en 1947, il mourut en Allemagne en 1965 sans avoir été inquiété. »

« Après la guerre et jusque dans les années 1970, l'imprimerie fut utilisée par l'entreprise ICAL (Imprimerie Commerciale d'Alsace et de Lorraine) qui, imprimait notamment l'Humanité d'Alsace et de Lorraine (version régionale bilingue du quotidien communiste) dont la rédaction occupait quelques bureaux de l'entresol.»

« Les immeubles eux-mêmes, vraisemblablement saisis par les Domaines à la Libération, furent gérés par la Caisse d'Assurances Mutuelles du Bâtiment jusque dans les années 2010 où ils furent vendus par appartements.  »3.

Descriptif

Immeuble des années 1930 aux lignes néoclassiques avec quelques éléments Art Déco dans les ferronneries des balcons. On retrouve également quelques éléments stylisés caractéristiques de ce style dans les modillons, les chapiteaux des pilastres ou les gardes corps de forme cylindrique des balustrades en grès au deuxième étage.

La façade principale donne sur la rue de la Division Leclerc, l'immeuble fait l'angle avec la rue des Serruriers.

Le rez-de-chaussée et l'entresol possèdent un appareil en grès tandis que les étages alternent crépis pour les surfaces opaques et grès pour le décor et les encadrements de fenêtres.

Le rez-de-chaussée est surmonté d'un entresol dont les dimensions des ouvertures sont les mêmes que pour les étages. Des commerces se trouvent au rez-de-chaussée. On signalera que depuis l'origine une brasserie se trouve dans l'angle. L'immeuble mitoyen, au n°1 (1935-36), présente plusieurs similitudes, mais il s'agit de deux architectes différents.


Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 685W8
  2. Elsass-Lothringer Zeitung
  3. Patrick J. SCHAEFFER, Docteur en Histoire, maître de conférences honoraire d'Histoire à l'Université de Lorraine (Metz), informations communiquées par mail le 26/02/2022

Lien externe