Loading...

Adresse:2 rue Silbermann (Strasbourg)

From Archi-Wiki

2 rue Silbermann

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1892 à 1893
Architecte J. & E. Klein
Structure Immeuble

Date de démolition 25/9/1944

Date de construction 1949 à 1951
Architecte Claude Misbach
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1892 à 1893
Architecte J. & E. Klein

Belle maison bourgeoise de la fin du 19 e siècle construite par les architectes-entrepreneurs J. et E. Klein, situés 9 rue Fritz (Fritzgasse 9 ) , pour Roger Picquart, rentier, domicilié jusque là au n° 18, rue des Serruriers (Schlossergasse 18).

L’autorisation de construire est donnée le 8.7.1892. La construction est achevée au 21.3.1893.

Le premier propriétaire Roger Picquart décède dans la maison le 9 janvier 1903, laissant une veuve et un fils.

En 1937, le propriétaire est Jules Apprill, chef des travaux municipaux, domicilié 43 avenue des Vosges, qui fait construire une cuisine au rez-de-chaussée annexée à la façade postérieure, par la Société alsacienne des Travaux Publics (S.A.T.P.)

Démolition2

Date 25/9/1944

Selon des renseignements trouvés dans le dossier, l’immeuble aurait été « complètement détruit » lors du bombardement aérien du 25.9.1944.

Il n’est jamais facile d’évaluer dans quelle mesure une destruction a été totale. Mais dans ce cas, il est possible que cela soit exagéré et signifie simplement qu’il a fallu reconstruire les parties endommagées . Sans que cela puisse être assuré, il est possible, par exemple, que la façade sur rue ait pu être sauvée, etc…

Construction3

Date 1949 à 1951
Architecte Claude Misbach

Après la guerre, Jules Apprill, ingénieur, domicilié 11, rue Schweighaeuser, est toujours propriétaire et fait reconstruire la maison à l’identique, confiant la reconstruction et la transformation de l’immeuble à l’architecte Claude Misbach, situé n° 6, rue des Arquebusiers.

L’autorisation de construire est accordée le 12.10.1949. Les travaux sont achevés au 30.5.1951.

Aujourd’hui, il serait bien difficile de deviner, sans avoir consulté le dossier, que cette belle maison a été gravement endommagée pendant la guerre et qu’elle est une « reconstruction à l’identique ». En consultant les plans de 1949 de Claude Misbach, il est malheureusement impossible de savoir ce que signifient exactement les mentions, sous forme de couleurs, «Existant» (bleu), «A détruire» (jaune), «A reconstruire» (rouge). Faut-il penser que tout l’ «existant » constitue ce qui a résisté à la destruction, ou que c’est ce qui a été reconstruit à l’identique ?, etc…

On notera qu’ on peut encore lire aujourd’hui dans la grille en fer forgée de la porte d’entrée les initiales du premier commanditaire (RP = Roger Picquart) !

Références