Loading...

2 Rue Wérinhar (Strasbourg)

De Archi-Wiki

2 rue Wérinhar et 22 quai Zorn (Strasbourg)

Image principale


Chargement de la carte...

Date de construction 1883 à 1884
Architecte Albert Tobias
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date 1883 à 1884

La maison du 2 rue Wérinhar forme l'angle avec le quai Zorn. Elle constitue la partie nord d'un ensemble plus vaste incluant au sud dans l'angle le 1 rue Sabine et face à l'Aar le n°22 quai Zorn.

D'après la consultation du dossier de la Police du Bâtiment, ces immeubles ont été construits pour le compte de l'architecte-entrepreneur Tobias Albert, également auteur de la passerelle des Arquebusiers située à proximité. Les premiers plans de façade sont datés du 14/09/18801.

Dans cette fiche, nous traitons du 2 rue Wérinhar et du 22 quai Zorn qui font l'objet d'un dossier commun aux archives. Nous avons choisi de traiter le 1 rue Sabine indépendamment, bien que ces trois maisons forment un ensemble réalisé par le même maître d'oeuvre.

Un projet plus vaste de 16 maisons (non réalisées)

plan d'urbanisme avec l'ensemble du quartier sur la rive droite de l'Aar (probablement vers 1880)

Un plan d'urbanisme datant probablement de 1880 établit l'implantation de seize maisons1. L'entrepreneur a sans doute agit dans ce quartier comme lotisseur. Peut être avait t-il pour objectif de revendre chaque maison individuellement après leur construction ? On notera que sur ce plan étaient prévus seulement deux immeubles, à chaque angle, à la place des trois maisons actuelles situées 1 rue Sabine, 22 quai Zorn et 2 rue Wérinhar. L'entrepreneur a sans doute modifié ses plans pour rentabiliser les parcelles et leur surface constructible.

plan daté de 1899 et conservé dans le dossier du 4 rue Wérinhar, on y voit une partie des maisons conçues par Albert Tobias

Ce projet, finalement réalisé que très partiellement, est cité par l'historien de l'art Tobias Möllmer dans un article Der Wohnbau der Strassburger Neustadt zwischen Kaiserplatz und Contades2.

Sur les seize maisons projetées, sept seulement seront réalisées par Albert Tobias entre 1883 et 1899. Néanmoins d'autres maisons seront bâties dans le même style que le projet d'Albert Tobias.

Les maisons finalement réalisés sont (par ordre chronologique) :

Description architecturale

Contrairement au 1 rue Sabine situé au sud, la maison 2 rue Wérinhar possède trois étages massifs à trois faces surmontés d'un étage en attique avec de petites fenêtres. La toiture est surmontée d'un imposant épi de faîtage, qui sert de nos jours sans doute de paratonnerre. A l'origine, l'édifice devait être pourvu d'un épi de faîtage probablement décoratif, comme en témoigne le plan en élévation d'origine (1880) et une photo d'archive datant de 1958.

Les angles de la façade sont décorés de pierres taillées en grès des Vosges disposées en quinconce.

Côté 22 quai Zorn, les grandes lucarnes en toiture sont une modification de la toiture d'origine.

En raison d'un style architectural très proche, cette maison semble faire partie d'un ensemble plus vaste incluant sept maisons jumelées aux n° 1 et 3 rue Wérinhar, 2 rue Wérinhar, 22 quai Zorn et 1 rue Sabine et enfin les maisons 3 et 5 rue Sabine. On notera que les maisons situées au 2 rue Wérinhar et 1 rue Sabine forment un angle. Les seize maisons projetées initialement par Albert Tobias n'ont probablement pas toutes été réalisées, comme c'est souvent le cas dans ce type d'initiative.

Documents d'archives

Photos anciennes et récentes

Projet de Démolition / Reconstruction

Date 1958
Architecte Théo Berst


Dans le dossier conservé aux archives, on est surpris d'apprendre que, en 1958, les deux maisons 2 rue Wérinhar et 22 quai Zorn sont menacées d'un projet de démolition au profit d'une nouvelle construction, imposante, comportant 6 étages et 17,80 mètres au niveau de la corniche1.

L'auteur de cet avant-projet est l'architecte Théo Berst. On remarquera sur le plan que les toitures reprennent vaguement les formes des maisons démolies. Le contraste avec le 1 rue Sabine conservé (mais d'après un courrier conservé de l'architecte susmentionné, en sursis), est saisissant.

Bien évidemment et sans fausse naïveté, le courrier de l'architecte témoigne du mépris à cette époque pour le patrimoine ancien - plus particulièrement celui datant de l'époque allemande - et du peu de cas que l'on en faisait.

Le service d'architecture de la Ville de Strasbourg donne son accord de principe pour ces démolitions, en demandant que la nouvelle construction ne dépasse pas, selon les règles d'urbanisme en vigueur, 15 mètres au niveau de la corniche principale.

Le projet n'ira cependant pas à son terme, sans que nous sachions pourquoi. Nous ne pouvons émettre que des hypothèses: abandon du projet par le commanditaire ? Protestation des riverains ?

A titre de comparaison, peu d'années après ce projet, la plupart des villas autour du Parc des Contades seront démolies (exemple 20 avenue de la Paix). Ce projet n'était donc pas un cas isolé à cette période.

Références