Loading...

29 rue du Fossé-des-Treize (Strasbourg)

From Archi-Wiki

29 rue du Fossé-des-Treize (Strasbourg)

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction environ 1871
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date environ 1871

Essai d'historique

Cet immeuble possède de superbes encadrements de fenêtre, géminés, en grès des Vosges.

Le rez-de-chaussée est en pierre de taille avec un grand portail à l’arc cintré, pourvu d’une belle porte en fer forgée.

Ce portail d'entrée a très certainement été modifié pour le passage des véhicules.

Malheureusement, la consultation aux Archives n’apporte pas de réponse facile à toutes les questions qu’on peut se poser en regardant cet immeuble.

Les premiers documents contenus dans le dossier datent d’ailleurs de 1858, et précèdent de loin la date d’ouverture du dossier (1898). C’est déjà une première énigme. Mais il ne s’agit là, à n’en pas douter, que d’une simple erreur de lecture.

En 1858, donc, une autorisation de construire est donnée au maître-maçon Oberholtz pour surélever la maisonnette de Mr Rapp, maisonnette dont l'adresse est à l'époque, le n° 35, rue de la Soupe à l'Eau.

On peut cependant supposer que la construction actuelle remonte à 1871, date à laquelle un autre propriétaire, Mr. Friedel, l fait reconstruire son immeuble qui a été détruit par un incendie.

Puis, en 1891, l’entrepreneur J.Hug, transforme le rez-de-chaussée de l’immeuble, qui a peut-être pris alors la physionomie qu’il a encore aujourd’hui. Et peut-être que la belle grille en fer forgé date de cette époque ? Mais tout cela reste cependant très hypothétique.

Après 1900, est installé dans les lieux le commerce de charbon et de bois de Louis Rollé. Mais en 1904, l’architecte Auguste Haentzler intervient pour A. Boegelmann, maître -peintre, qui a investi les lieux et dont il est propriétaire.

En 1925, s’y est installé un atelier de surmoulage de pneumatiques, pour André Diehl, ingénieur, domicilié au n° 13, rue Oberlin.

Et en 1938, on y trouve la quincaillerie de Paul Lévy.

Reconnaissons-le, toutes ces précisions ne donnent aucune vision globale de l’occupation de cet immeuble. On sait cependant, grâce aux annuaires d’adresses qu’une construction constituée de logements existe également l’arrière.

On regrettera enfin qu’aucune piste concernant la date d’installation et le nom de l’auteur de la belle porte en fer forgée du portail d’entrée n’ait pu être trouvée grâce au dossier.

Documents d'archive

Références