Loading...

26 rue de la Ménagerie (Strasbourg)

From Archi-Wiki

26 rue de la Ménagerie

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1911 à 1912
Architecte Auguste Haentzler (père)
Entrepreneur Frédéric Haag
Structure Maison
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1911 à 1912
Architecte Auguste Haentzler (père)
Entrepreneur Frédéric Haag

Maison à colombages avec un remarquable oriel d’angle, construite en 1912, allée des Platanes (Platanen-Allee), et qui devient, à partir de l'annuaire d'adresses de 1913 le n° 26, rue de la Ménagerie (Menageriestrasse 26).

Le maître d’œuvre est l’architecte Auguste Haentzler (père), dont le bureau se trouvait encore à cette date rue de la Grossau (Grossauweg 26), au Neudorf.

L’entreprise de constructions qui élève l’édifice est celle de Frédéric Haag, située Rheinziegelstrasse 24, également au Neudorf.

Le commanditaire est Frédéric Schehrer, technicien des Forêts (Forstteckniker / Forstzeichner).

On trouve sur ces dessins et plans la présence d’un tampon officiel mentionnant la « Kaiserliche Fortification Strassburg », qui confirme qu’on se trouvait ici, à l’époque de la construction, dans une zone sensible dite de « glacis » (vastes espaces de défense occupant le terrain devant les fortifications), ce qui explique la présence des colombages, plus sans doute que pour une question de goût du commanditaire, encore qu’il n’est pas possible d’exclure l’existence de celui-ci.


Références

Annexes

Liens internes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

5 months ago
Score 0
Etienne Klein dit que "pour savoir qu'on est incompétent, il faut être compétent"... Bon..., mais comme je me sens de toutes les façons un peu dépassé par toutes ces épineuses questions de droits d'auteur, je vous laisserai juges, Fabien et @Romjerome, à ce sujet. Et soyez assurés que je me réjouirai toujours si le site s'enrichit une fois de plus pour le plus grand bonheur de ses lecteurs...

Digito

5 months ago
Score 0

@Romjerome Pour les plans issus des Archives il est obligatoire d'indiquer la source avec la cote. Exemple : Source: Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - cote XXXX

souvent la quote est déjà indiqué sur la fiche sinon il faut regarder sur le site des archives.

Si la personne qui a pris le cliché est la même que celle qui prends le cliché inutile de le préciser, sinon rajouter en plus de la source : photo : XXXXX

Plus on est précis moins on aura de chose à nous reprocher.

Romjerome

5 months ago
Score 0

Si je comprends bien [page dédiée aux archives de l'Eurométropole [archive]] devient un dépôt alternatif ! Comment retrouver son chemin, l'affichage est dépendant d'un tri alphanumérique (index) dans cette longue liste. On se rapproche du modèle des bases de données utilisées en généalogie, avec leurs soucis de représentation globale. Pour sourcer et afficher les cotes il vous faudra peut être une étape intermédiaire ? Par exemple, en généalogie, il y a un objet "intermédiaire" (des exemple, via une [[1] [archive]] ou des [web classiques [archive]]. Les sources et évènements sont partagés entre plusieurs objets, ces hiérarchies/catégories deviennent presque nécessaires (étapes) pour éviter les longues listes. Pourquoi ne pas utiliser les identifiants ARK ou le format UNIMARC des archives : faire une référence à la notice chez le 'producteur' (archives). Il me sera également difficile de transférer sur AW la masse (même après tri) de photos prises des archives Haentzler.

Par ailleurs, il existait [ancienne page (vide) pour les archives de la ville [archive]], pourtant mieux référencée dans la catégorie 'Nos Sources' !

L'identification de la photo de M. Helmlinger est modifiée. Logiquement le commanditaire (client) signe les plans. Est-ce qu'il n'est pas LE propriétaire du plan, en l'achetant... Pour l'architecte, ses copies du document original, puis modifié par la suite, constituent une autre source. En théorie, nous avons 3 exemplaires/versions d'un même plan signé...

Romjerome

5 months ago
Score 0

Pardonnez-moi, je vais éviter les balises MediaWiki. J'ai aussi un souci de cache dans la prévisualisation et dans la connexion (identification), mais là on s'éloigne du 26 rue de la Ménagerie.

Merci pour ces éclaircissements. Rajoutant uniquement mes copies des travaux (bureau) sur AW, pour ne pas trop réfléchir aux licences des autres dépôts.

Wilfred HELMLINGER

5 months ago
Score 0
Mais non, Fabien, tu fais toujours bien ! Si le beau relève parfois de l'architecture, il faut en profiter comme d'une aubaine, mais la question du beau est en effet essentiellement une question philosophique ("Tout ce qui est beau est difficile autant que rare", disait Spinoza) !

Digito

5 months ago
Score 0

@Romjerome j'ai ajouté le dessin d'archive sur la fiche. J'ai bien noté que l'architecte auteur des plans étaient décédé il y a moins de 70 ans, mais en votre qualité d'ayant droit je suppose que c'est légalement possible. Si bien sur cela pose un problème libre à vous de le supprimer. J'estime comme vous que cela fait honneur à la mémoire local, à votre famille et à la profession d'architecte.

@Wilfred: j'ai supprimé la notion de "beau" pour le plan, même si bien entendu on peut se l'autoriser de temps en temps :-) Nous restons quoiqu'il arrive des êtres humains qui tâchons de nous améliorer.

Si je fais mal corrigez-moi :-)

Romjerome

5 months ago
Score 0

Messieurs. J'imagine que AW se trouve dans la même situation que les logiciels libres par rapport au droits d'auteur (point de vue français) et le droit à la copie (copyright anglo-saxon) ? Obtenir l'accord d'un auteur pour obtenir un "copyleft", étant de fait compliqué, vous patientez jusqu'à ce que "l’œuvre" soit dans le domaine public ! Il y a peut être une subtilité qui nécessité un éclaircissement : qui est l'auteur lorsque la source a été modifiée ? Par exemple, une photo d'un document implique que le medium n'est plus le même (ce qui, par ailleurs peut aussi garantir la survie de l’œuvre originale sous forme "numérique"). Deuxième point, l'architecte produit un document (l'auteur). Qui devient l'auteur lorsque l'administration modifie une copie du document d'origine ?

Nous pouvons consulter un des descendant de Auguste Haentzler (père) - ancien professeur d'art-plastique et artiste "déclaré" - à savoir, M. Bruno Haentzler (attention il a un homonyme...) ! Je vous rejoins, la qualité de ce fonds est dans son ancrage local (ou néo-régionale et néo-classique, si vous préférez dans le domaine de l'architecture). Le coup de crayon ou le plan en 3D ?

Pour les photo de @Wilfried (documents administratifs), j'irai vers ceci :

Summary[edit | edit source]

Description
Version modifiée par l'administration de la version de l'architecte (1911-04-00).
Auteur Auguste Haentzler (père) ; Administration de l'époque
Date 1911-07-07
Licence ?
Tags
Source Wilfred HELMLINGER (photo de ...)

Pour les archives (pas encore publiques) de l'architecte, peut être :

Summary[edit | edit source]

Description
Projet de maison pour une famille (et boulangerie), 15 allée des platanes à Strasbourg-Neudorf (1911)
Auteur Auguste Haentzler (père)
Date de 1907 à 1911
Licence Ce fichier est disponible selon les termes de la licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 [archive]. ou Ce fichier est disponible selon les termes de la licence Creative Commons paternité – pas d’utilisation commerciale - partage à l’identique 4.0 [archive].
Tags
Source Cabinet A. Haentzler

Dans ces archives, les "beaux" dessins sont conservés. Les archives d'Auguste Haentzler (père) sont une importante source pour l'architecture et l'urbanisme à Neudorf (Musau, Route du Rhin, Neuhof, etc.).

Il faudrait détacher un(e) archiviste pour faire le tri (correspondance familiale et personnelle, archives du fils et du petit-fils, vie privée, etc.). Il y a une dizaine d'années nous avions fait un rapide inventaire (et des photos numériques de +/- bonnes résolutions). La qualité est encore réduite avant le téléversement sur AW (minimal pour l'affichage et déchiffrage à l'écran). Le souci lors de le consultation devient le choix de l'envoi... De plus, les "gros" dossiers (congrégations, écoles ménagères, lots de reconstruction, bailleurs sociaux/ville, etc.) sont encore fermés ! Cela intéressera peut être quelqu'un de consulter les plans des canalisations d'un couvent ou des documents techniques d'une tribune (Meinau), ou d'un anneau de cyclisme à Strasbourg du côté du Wacken, nous en avions pas le courage. La possibilité de regrouper des lots vers un fonds pour les archives de Strasbourg, existe. Les historiens accéderaient alors à une source alternatives aux documents des services de la ville. Idem pour le Bas-Rhin.

Romjerome

5 months ago
Score 0

> J'ai bien noté que l'architecte auteur des plans étaient décédé il y a moins de 70 ans

Je n'ai pas connu mon ancêtre. Il y a une fibre artistique, mais est-ce vraiment des œuvres ?

Existe-t'il des exceptions pour cause de source permettant d'obtenir la vérité ? Je peux comprendre que les périodes de guerre ou impériale soient sensibles pour leurs acteurs. Certains arguments mentionnés sur AW (DNA, ville de Strasbourg, architectes, etc.) ne sont pas "factuelles" (sources secondaires ou tertiaires) ! 70 ans, cela laisse le temps de s'imaginer une histoire... 70 ans après son décès, cela permet aux plans de Auguste Haentzler (père) de disparaître avec les immeubles du début de la route du Polygone...

Wilfred HELMLINGER

5 months ago
Score 0
J'écris encore une fois le commentaire déjà posté sur le 15 rue des Platanes, car il concerne en priorité cette adresse : je viens en effet d'adresser au contributeur disposant d'un fonds Haentzler les images d'archives du n° 26, rue de la Ménagerie par courriel. Elles ne présentent en réalité pas de caractère artistique à proprement parler. Ecrire qu'ils étaient "beaux" était de ma part l'expression d'un éloge subjectif concernant leur qualité, plus que d'un avis objectif. Mais je pense qu'un minimum de subjectivité se glisse toujours dans nos contributions, quoiqu'on fasse...

Romjerome

5 months ago
Score 0
@Wilfred : merci pour cet envoi. Mes sources pour cet immeuble n'étaient pas aussi complètes. Le courrier de l'administration de 1974, fait d'autant plus apprécier que le bâtiment soit toujours là. C'est donc cela la construction durable ! Plus sérieusement, la diffusion des photos de la signature ou des plans de la façade, ne devraient pas poser de problèmes à Auguste Haentzler (père) ou à la Baupolizei, de l'époque. Les plans de l'intérieur me dérange un peu plus, surtout si l'agencement intérieur n'a pas changé. Certains documents administratifs mettent aussi en lumière les relations entre l'administration, les entrepreneurs/architectes et l'histoire locale. Selon les sources, le bureau de Auguste Haentzler (père) s'ouvrit au Neudorf, soit en 1904, soit 1902, disons 1903 ! Le père de son épouse, maître menuisier (décrit par erreur comme charpentier, dans un autre commentaire), était propriétaire au 42 rue de la Grossau (1884-1893 et peut être 1898), puis au 26 rue de la Grossau (1900-1907). Auguste Haentzler (père) né à la Krutenau, habite de 1904 à 1906, au 1 klein Amerika (chemin de la Grossau)... puis de 1909 à 1914, au 26 rue de la Grossau. On notera ses relations, dès 1910, avec Albert Gerig (future entreprise locale de travaux publics, puis Alsia en 1932). Auguste Haentzler (fils), stagiaire en 1915 aux services d'architecture de la cathédrale, va faire le parcours "classique des francophones" (les Beaux-arts et les concours). Distinguer l'auteur des travaux est parfois impossible (dessinateur employé, fils-stagiaire non déclaré ou contact différent selon le client ou la langue, etc.)

Wilfred HELMLINGER

58 months ago
Score 0
Ayant documenté l'adresse, c'est l'occasion de dissiper un malentendu qui pourrait surgir d'un très ancien commentaire encore lisible sur le site. Le domaine de Charles Louis Schulmeister (1770-1853) se trouvait en réalité à la Meinau, où une rue et un parc portent son nom. Les historiens ne sont en effet pas avares de renseignements à son sujet et si l'espion et contrebandier qu'il était (mais il avait également réussi à être ici et là, un préfet de police, et un notable connu pour sa piété et son honnêteté !) a gardé des secrets, c'est dans sa tombe, qui se trouve au cimetière Saint-Urbain...

Fabien Romary

58 months ago
Score 0
Malheureusement je n'en sais pas plus sur cette maison. Pour bien faire il faudrait se rendre aux archives municipales route du Rhin.

Aw2mw bot

58 months ago
Score 0

Cette maison est semble-t-il en face d'une résidence de l'espion de Napoléon ,Schulmeister.

Connaissez-vous l'histoire de cette maison et ses premiers propriétaires?