Loading...

Adresse:24 Boulevard de Lyon (Strasbourg)

From Archi-Wiki

24 Boulevard de Lyon (Strasbourg)

Image principale



Chargement de la carte...
Date de construction 1904
Architecte Ferdinand Kalweit
Kirchenbauer et Waltz
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse

Construction1

Date 1904 à 1905
Architecte Ferdinand Kalweit
Kirchenbauer et Waltz


Immeuble construit au tout début du XX e siècle et comprenant un rez-de-chaussée en pierre de taille, qui est occupé par un commerce avec des ouvertures en plein cintre, ainsi que quatre étages ornés chacun par un balcon central, auquel une porte donne à chaque fois accès.

L’immeuble est relativement étroit, comprenant trois à quatre travées, et l’on peut deviner en regardant la façade sur rue qu’il ne compte qu’un appartement par étage.

Les baies sont toutes pourvues d’une allège et d’encadrements en pierre.

Par ailleurs, un bandeau en pierre ourlé de sept petites consoles qui orne la corniche du toit ressemble de loin à un colombage... Quant au toit, il est pourvu de trois lucarnes dont celle du milieu est jumelée.

Historique

D’après l’autorisation de construire (Bauschein) qui date du 13 octobre 1904, le maître d’ouvrage est Heinrich Weber, commerçant situé Schirmeckerring 22d (ancien numéro de l’actuel 28 boulevard de Lyon), et le maître d’oeuvre est, à l’origine, l’architecte Ferdinand Kalweit.

Il semble d’ailleurs que le dossier de la Police du Bâtiment ait conservé tous ses dessins, mais on ne partagera que son plan de situation, son dessin de la façade arrière, ainsi que celui, très intéressant, de la façade su rue.

En effet, suite à un avenant au permis de construire qui intervient assez vite (dès le 17 janvier 1905) le maître d’ouvrage reste Heinrich Weber, mais l’architecte Ferdinand Kalweit cède la place à l’entreprise de constructions de Kirchenbauer et Waltz, située Dietrichstaden 5.

Dès lors, les plans de Kalweit cèdent la place à de nouveaux dessins signés par Kirchenbauer et Waltz, et c’est donc ces derniers que nous partagerons. Mais il est vrai qu’il est surprenant que cet avenant et ces modifications n’aient pas donné lieu à un nouveau dessin de la façade sur rue, ce qui a pourtant probablement été le cas (mais il est en tous les cas, sauf erreur, introuvable dans le dossier).

Il suffit d’ailleurs de comparer le dessin de Kalweit à la façade actuelle pour s ‘étonner de la différence entre les deux. Certes il est fréquent que le fronton principal souvent surmonté d’un « chapeau » disparaisse avec le temps. Mais ici, il semble que toute la façade revêt une plus grande simplicité que le projet initial et il est donc fort probable que cela ait été un choix du maître d’ouvrage lors de la construction, encore que cela soit quasi impossible à vérifier.

On trouve en tous les cas dans le dossier un courrier à en-tête du commanditaire Heinrich Weber datant du 12 décembre 1905, signalant que son immeuble situé Schirmeckerring 22b (sans aucun doute un ancien numéro du n° 24 boulevard de Lyon) est achevé, courrier dans lequel il demande le permis d’occuper pour son immeuble. L’achèvement des travaux ne tarde pas ensuite, puisqu’ il date du 5 février 1906.

Puis, on saute dans le dossier à la date de 1924, lorsque Georges Fauth, cordonnier, demande l’autorisation de poser une enseigne au n° 24.

Puis à la date de 1954, car à cette date est conservé dans le dossier un document, certes anecdotique, mais sans doute caractéristique de cette époque : le propriétaire écrit en effet à la Ville une lettre autographe conservée dans le dossier, où il signale « qu’une cheminée non construite d’après les textes légaux ni d’après l’hygiène la plus élémentaire dégage nuit et jour suie et fumée vers les façades arrières des maisons sises 26, 24 et 22 boulevard de Lyon ». Et l’on apprend même à quelle entreprise appartenait la dite cheminée...

Enfin, les documents les plus récents concernent l’occupation du rez-de-chaussée et des photos sont faites, à chaque fois, à l’occasion de la pose d’une enseigne. Ce sont, successivement : « MCSE , Chauffage Sanitaire Traitement des eaux » en 1974, « Décors et Formes » en 1978, qui devient  « Cuisines, Décors et Formes » en 1984 et 1990.

Références