Loading...

23 rue du Maréchal Joffre (Strasbourg)

Aus Archi-Wiki

23 rue du Maréchal Joffre

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1909 à 1910
Architecte Emile Werler
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1909 à 1910
Architecte Emile Werler

Immeuble éclectique de l'année 1910, dont la façade est animée par de nombreux balcons, et dont le rez-de-chaussée a été remanié au fil du temps. Aujourd'hui, cela n'apparaît plus, mais en se fiant au dessin d'origine de la façade et aux documents contenus dans le dossier, on peut déduire que le rez-de-chaussée était dévolu à un commerce. On notera la présence à ce niveau d'une porte et d' ouvertures "modernes", qui tranchent avec le reste de l'édifice.

L'architecte est Emile Werler, situé au n°35, rue du Vieux Marché aux Vins.

La réalisation est assurée par l'entreprise de construction de la veuve Bendler.

Le commanditaire est Frédéric Keller, qui est sans doute commerçant, et qui est domicilié près de la place Broglie, au n° 15, passage Walter Benjamin (à l'époque Schiltigheimergasse 15), puis dès 1911 au n° 11, rue de Rosheim.

On verra sur le plan de situation que l'immeuble jouxte à l'arrière un immeuble donnant sur le quai Koch, à savoir le n° 14, quai Koch, qui est l'oeuvre du même architecte. L'autorisation de construire est donnée le 10.12.1909. La construction paraît terminée dès le 31.12.1910, mais est déclarée complètement achevée au 22.3.1911.

En comparant la façade réalisée avec le dessin de la façade projetée, on note encore des différences dans la distribution des balcons, et dans la disposition du rez-de-chaussée, qui semblait disposer à l'origine d'une porte supplémentaire, à moins que concernant tous ces éléments, le projet n'ait pas été appliqué à la lettre par la suite.

D'après le dossier, il est attesté que Marguerite Mehl tenait une épicerie fine au rez-de-chaussée en 1950, et cela a encore duré jusqu'à au moins la tempête de grelons du 11 août 1958, dont les dégâts occasionnés semblent avoir convaincu la commerçante de mettre la clef sous la porte peu d'années plus tard, d'après un courrier adressé à la Ville le 17 octobre 1961.

Références